par Elisabeth Studer

Ford sacrifie ses bénéfices court terme pour résoudre son coûteux problème de rappel

Le DG de Ford, Jim Farley, semble vouloir prendre le taureau par les cornes. Soucieux d’être à la tête du constructeur automobile qui fait l’objet de plus de rappels aux Etats-Unis, il est désormais prêt à perdre de l'argent pour résoudre ce qui est devenu un - coûteux ! - problème de 4,8 milliards de dollars par an !

Zapping Le Blogauto Essai de l'Abarth 500E

Contrôles qualités supplémentaires, retard de mise sur le marché

Jim Farley a ainsi indiqué que Ford retardera la mise sur le marché des modèles nouvellement redessinés pendant une période pouvant aller jusqu'à six semaines afin d'effectuer des contrôles de qualité supplémentaires qui vont au-delà des tests approfondis effectués par Ford dans ses usines.

Au fil du temps, le constructeur automobile espère réduire les réserves de garantie qui ont plus que doublé en cinq ans. À court terme, cependant, cela signifie que Ford subira une baisse de ses revenus en n'expédiant pas immédiatement les modèles aux concessionnaires. "Nos bénéfices pourraient être un peu inégaux", a déclaré Farley aux analystes lors de la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre de Ford en avril. "Ce que nous allons constater à long terme, c'est moins de rappels et une baisse des coûts de garantie grâce à ce nouveau processus."

Farley pionnier de la méthode « produire et conserver »

Plus tôt cette année, Farley a été le pionnier de cette approche « produire et conserver » avec le pick-up F-150 nouvellement redessiné – le véhicule le plus vendu de Ford.

Plus de 60 000 F-150 fraichement sortis des chaînes de production sont restés dans les parkings de la région de Détroit pendant des semaines afin que les ingénieurs puissent vérifier s'ils présentaient des problèmes de qualité.

Ford a annoncé une baisse de 65 % du bénéfice avant intérêts et impôts de son unité de moteur thermique, parallèlement à cette opération de report de livraisons de l'un de ses modèles les plus rentables.

Mais les contrôles de qualité supplémentaires ont également permis au constructeur automobile d'éviter 12 rappels, a déclaré Farley, notamment des problèmes logiciels et des problèmes d'assemblage.

Explorer, Bronco Sport et Maverick concernés

Les modèles concernés sont l’Explorer, le Bronco Sport et le Maverick année-modèle 2025, qui profitent tous d’une mise à jour de mi-parcours. Seul le premier a déjà été dévoilé et sa production a même commencé le mois dernier à l’usine de Chicago.

Farley a donc décidé de retarder les livraisons d’un modèle phare, une version redessinée de l’Explorer, pour des tests supplémentaires. Il prévoit une approche similaire plus tard cette année avec des éditions mises à jour du SUV compact Bronco Sport et du petit pick-up Maverick qui connaît un important succès.

Des problèmes de qualité tenaces ont persisté dans plusieurs ajouts récents à la gamme Ford. Les problèmes très médiatisés incluent un défaut de connecteur de batterie dans le Mustang Mach-E qui a causé une perte de puissance à certains, des pannes de moteur dans le SUV Bronco et le risque d'incendie de moteur dans le pick-up hybride Maverick.

Les problèmes de qualité : une véritable crise pour Ford

Les problèmes de qualité ont frappé Ford tout au long de son histoire, mais ils sont devenus une véritable crise ces dernières années. La procédure de rappel elle-même et les dépenses liées aux réparations et mise à jour nécessaires grèvent fortement les comptes du groupe automobile alors que les problèmes se multiplient.

L'année dernière, Ford a mis de côté 1 203 $ pour les réparations sous garantie sur chaque véhicule vendu, contre 591 $ en 2019, selon le magazine Garantie Week, qui suit les dépenses de réparation du constructeur.

Au total, en 2023, Ford a dépensé 4,8 milliards de dollars pour réparer les voitures de ses clients, soit environ 4 % de son chiffre d'affaires automobile, un taux environ trois fois supérieur à celui du secteur.

Avant que Ford ne commence à conserver de nouveaux véhicules pour des contrôles de qualité supplémentaires, en avril dernier, le dirigeant avait déclaré aux investisseurs qu'il avait constaté une augmentation de 70 % des défauts lors du lancement de nouveaux modèles.

Des rappels de plus en plus nombreux pour tous les constructeurs

De manière globale, les constructeurs automobiles procèdent à davantage de rappels depuis quelques années. La complexité accrue de l'électronique avancée et une plus grande propension à anticiper les problèmes potentiels ont conduit à une augmentation de 42 % des rappels de véhicules entre 2013 et 2023, selon les dernières données de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA).

Pourtant, les rappels annuels de Ford ont dépassé ceux de ses concurrents : il a la particularité d'être le constructeur automobile le plus rappelé aux États-Unis depuis 2020.

Amélioration de la qualité des modèles 2024

Ford a déclaré avoir constaté une amélioration de 10 % de la qualité des modèles 2024, sur la base de mesures internes. Son taux de défauts pour ses derniers lancements est tombé à 20 % … ce qui, selon Ford, est conforme à la moyenne du secteur.

Reste que des études indépendantes montrent que Ford se classe toujours en dessous de la moyenne parmi ses pairs. "Nous sommes quelque part au milieu du peloton et, évidemment, nous ne sommes pas satisfaits d'être au milieu du peloton", a déclaré Kumar Galhotra, directeur de l'exploitation de Ford, dans une interview. Ajoutant que l’'objectif était d'agir très rapidement pour rattraper Toyota."

Farley tire la sonnette d’alarme

Farley, qui a passé les deux premières décennies de sa carrière chez Toyota, tire la sonnette d'alarme sur la qualité déclinante de Ford depuis qu'il est devenu DG en octobre 2020. Ford « avait besoin d’une réinitialisation beaucoup plus fondamentale que je ne l’avais imaginé », a-t-il déclaré aux investisseurs lors d’une conférence en février dernier.

En plus de tests plus rigoureux, la société a re-étudié la rémunération des dirigeants afin que les salariés ne reçoivent pas l'intégralité de leur prime s'ils n'atteignent pas les objectifs de qualité.

Notre avis, par leblogauto.com

La gamme croissante de véhicules électriques du constructeur automobile a également tendance à figurer parmi les modèles les plus riches en fonctionnalités, ce qui signifie souvent plus de problèmes …

Le fait que Ford se précipite sur le marché de technologies avancées naissantes, comme son système de conduite mains libres BlueCruise, n’est pas fait pour arranger les choses …

Sources : Bloomberg

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men Life
 

Pour résumer

Le DG de Ford, Jim Farley, semble vouloir prendre le taureau par les cornes. Soucieux d’être à la tête du constructeur automobile qui fait l’objet de plus de rappels aux Etats-Unis, il est désormais prêt à perdre de l'argent pour résoudre ce qui est devenu un - coûteux ! - problème de 4,8 milliards de dollars par an !
Ford a déclaré avoir constaté une amélioration de 10 % de la qualité des modèles 2024, sur la base de mesures internes. Son taux de défauts pour ses derniers lancements est tombé à 20 % … ce qui, selon Ford, est conforme à la moyenne du secteur.

Reste que des études indépendantes montrent que Ford se classe toujours en dessous de la moyenne parmi ses pairs.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.