par Nicolas Anderbegani

Aston Martin : une grosse bouffée d'argent frais venue d'Arabie Saoudite

Depuis plusieurs années, le constructeur britannique se démène pour survivre, face à un endettement important et une entrée en bourse qui n’a pas obtenu les résultats escomptés. L'Etat saoudien prend une part conséquente dans son capital.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Dette et investissement

Aston Martin Lagonda a annoncé vendredi 15 juillet une augmentation de capital de 770 millions d'euros à l'issue de laquelle le fonds souverain saoudien Public Investment Fund (PIF) deviendra son deuxième actionnaire. Quasiment la moitié de cette entrée d'argent frais sera utilisée pour "désendetter de façon significative" le groupe, a annoncé le constructeur pour calmer les récentes inquiétudes du marché sur ses finances. Sa dette nette était de 957 millions de livres au 31 mars, en hausse d'un tiers sur un an.

Aston Martin a accumulé les déconvenues depuis son entrée ratée en bourse à Londres fin 2018. Le constructeur avait annoncé en mai le départ de son directeur général, Tobias Moers, remplacé par l'ancien patron de Ferrari, Amedeo Felisa, alors que sa perte s'était creusée au premier trimestre. Aston Martin Lagonda, qui reste à la traîne pour l'électrification de ses modèles, avait cependant divisé ses pertes par deux en 2021, porté par une forte accélération des ventes avec la levée des restrictions liées à la pandémie.

Le reste des fonds permettra notamment de soutenir l'investissement "dans un environnement opérationnel qui reste difficile, impacté par la guerre en Ukraine, les confinements liées au Covid-19 en Chine et les perturbations persistantes des chaînes d'approvisionnement", a ajouté le groupe dans un communiqué. Les investisseurs applaudissaient cette annonce et le titre a bondi de 20,66% à la Bourse de Londres - mais il reste en baisse de plus de 65% depuis le début de l'année.

Recomposition du capital

Sauvée de la faillite début 2020 par le milliardaire canadien Lawrence Stroll, son premier actionnaire devenu président exécutif, l’emblématique firme britannique a amorcé le virage vers l'électrification. Une somme de 335 millions de livres sur le total de l'augmentation de capital sera apportée par le PIF, le Yew Tree Consortium - un groupe d'investisseurs dirigé par Lawrence Stroll - ainsi que Mercedes-Benz AG. Le fonds souverain saoudien investira à lui seul 78 millions et détiendra à l'issue de l'opération à peu près 16,7% du capital.

Aston Martin annonce aussi avoir rejeté une offre concurrente du fonds européen Investindustrial et du constructeur chinois Geely. La proposition "surestimait nettement les nouveaux besoins en fonds propres de la société", a fait valoir Aston Martin, qui considérait en outre "qu'il s'agissait d'une tentative (...) d'acquérir une position de contrôle et potentiellement majoritaire".

L'Arabie continue d'avancer ses pions

8ème fond souverain au monde, avec près de 500 milliards, le fonds saoudien s’est énormément diversifié ces dernières années, investissant dans General Electric, Nintendo, Electronic Arts ou même Boeing. L’Arabie saoudite renforce aussi sa présence dans le secteur automobile, comme en atteste son partenariat privilégié avec la F1 via la société pétrolière Aramco. Pour Aston Martin, il est temps de retrouver de la performance et aussi de la stabilité, après la restrucuration et la réorganisation opérées par Lawrence Stroll depuis son arrivée.

"Globalement, c'est un événement qui change la donne pour Aston Martin, soutenant la concrétisation de nos projets stratégiques et l'accélération de notre potentiel de croissance à long terme", commente Lawrence Stroll. "Il transforme notre bilan, nos liquidités et notre flux de trésorerie tout en clarifiant notre chemin pour être durablement dans le positif pour ce qui est de la trésorerie disponible et créer une valeur significative pour les actionnaires. Avec la nouvelle équipe dirigeante en place, menée par Amedeo Felisa, nous avons les bonnes personnes et la bonne stratégie pour pleinement concrétiser le potentiel d'Aston Martin."

Pour résumer

Avec un investissement de plus de 700 millions d'euros dans le capital d'Aston Martin, le fonds souverain Saoudien devient le 2ème actionnaire d'importance du constructeur britannique, propriété du milliardaire canadien Lawrence Stroll.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.