Accueil Ecologie La pièce automobile d’occasion est-elle sûre ?

La pièce automobile d’occasion est-elle sûre ?

0
0
PARTAGER

La pièce automobile d’occasion est utilisée depuis longtemps via les casses auto ou les garagistes. Mais, est-on certain de la qualité de ces pièces recyclées ?

Les pièces automobiles coûtent de plus en plus cher. Elles sont en effet de plus en plus complexes comme les feux à Matrix LED, technologiques, et avec des matériaux qui peuvent valoir cher comme l’aluminium par exemple. Lors d’un accrochage, ou en cas de panne, la facture de réparation peut alors vite flamber. Le propriétaire de la voiture peut alors être tenté de reporter les réparations, aggravant le problème. Depuis le 1er avril 2019, les garagistes ont l’obligation de proposer des réparations avec de la pièce d’occasion pour certains éléments.

On peut également ne pas attendre l’accident ou la panne pour avoir besoin de remplacer une aile, un moteur, un turbo ou autre. La première idée qui vient alors à l’esprit est d’aller voir le casseur le plus proche et de voir s’il a la pièce convoitée. Cela peut être long et demander de faire plusieurs casses automobiles ou garages. C’est là qu’interviennent certains acteurs qui agrègent des millions de références pour trouver, à peu près n’importe laquelle des pièces détachées auto d’occasion, partout en France, sans avoir à se déplacer.

Ainsi, cette centralisation vous évite de téléphoner ou de vous déplacer dans chaque casse autour de chez vous. Mieux, vous avez accès à des stocks de pièces d’occasion à l’autre bout de la France. Un coup de livraison et vous voilà avec la pièce tant convoitée. Cette consultation peut se faire le soir, au calme, quand vous voulez en somme. C’est un confort non négligeable.

Du turbo au consommable

Sur ces agrégateurs, vous pourrez trouver des consommables comme des pneumatiques. Ces pneus sont évidemment vérifiés au niveau de leur état d’usure, mais aussi les coups, déchirures, etc. C’est un moyen d’avoir des pneus prêts à rouler pour pas cher. Mais, les pièces de carrosserie ou de mécanique sont les plus cherchées. Les vendeurs de ces pièces d’occasion ont pignon sur rue et garantissent plus ou moins longtemps les pièces qu’ils vendent.

Une boîte de vitesse d’une voiture déclarée « épave » va pouvoir être garantie 12 mois par exemple. Largement de quoi constater son bon état, non ? Vu le prix très modeste par rapport à une pièce neuve, la pièce d’occasion est un « investissement » à considérer pour réparer un véhicule qui a déjà de l’âge et pour lequel une pièce neuve ne serait pas forcément la plus opportune.

Les professionnels qui vous vendent une pièce d’occasion engagent leur responsabilité via une garantie. Sur une aile, une portière ou autre, la garantie est relativement légère. En revanche, sur un moteur ou toute pièce mécanique, c’est un sacré engagement. Sans y aller les yeux fermés, acheter une pièce d’occasion chez un professionnel est tout de même une garantie de pièce conforme et sûre. Evidemment, on ne peut pas forcément tout anticiper et c’est pour cela qu’il faut prendre la pièce sur laquelle le professionnel mettre la plus longue garantie.

L’économie circulaire, bonne pour l’environnement

Attention à ne pas vous jeter sur un élément à un prix vraiment cassé si vous n’êtes pas certain de l’origine de cette pièce, ou si vous avez un doute sur le professionnel qui vous la vend. Une pièce d’occasion va être en moyenne 70% moins chère que la pièce neuve équivalente. La garantie minimale d’une pièce vendue par un professionnel sera de trois mois, et peut aller jusqu’à 12 mois. Sur les agrégateurs, ces professionnels sont notés par leurs clients. C’est une manière d’être sûr de ne pas trop se tromper. En outre, en plus d’être bon pour votre porte-monnaie, acheter de la pièce d’occasion est aussi bon pour la planète.

En effet, la pièce de réemploi évite de produire une nouvelle pièce, et de détruire celle déjà existante. C’est l’économie circulaire de l’automobile. Surtout, ces pièces sont recyclées localement. Ce sont des emplois non délocalisables comparé à une usine au fin fond de l’Europe ou en Asie. Faire des économies tout en participant à l’économie locale et circulaire, vive la pièce d’occasion.