Accueil F1 F1 : Jean Todt, la tentation de Ferrari ?

F1 : Jean Todt, la tentation de Ferrari ?

0
6
PARTAGER

Jean Todt termine son 3e mandat à la tête de la FIA et a décidé de ne pas en briguer un 4e. Il est libre et certains le voient, le veulent, chez Ferrari en F1. Crédible ?

C’est Giorgio Terruzzi, généralement bien informé, qui en parle dans le Corriere della Sera. Selon le journal italien, des discussions avec le patron de Ferrari, John Elkann, auraient déjà eu lieu. L’accord serait de voir Todt revenir sur les terres d’une partie de ses exploits, pour prêter main-forte à Mattia Binotto.

Un peu comme Niki Lauda chez Mercedes, ou Prost chez Alpine, Jean Todt s’occuperait des questions de communication plus que de l’opérationnel au jour le jour. L’initiative viendrait de Todt lui-même et les discussions auraient débuté aux 24 Heures du Mans en août. John Elkann était l’invité d’honneur de cette édition (pour souligner le retour de Ferrari dans la catégorie reine en 2023) et donnait le départ de la course.

Todt pourrait donc être un « super consultant » avec plusieurs avantages. Il attirerait à lui les caméras, laissant un peu tranquille Binotto. Mais, il userait aussi de son influence pour redorer l’image de Ferrari, mais aussi de la Formule 1. Reste que pour le moment ce n’est qu’une hypothèse même si elle fait beaucoup parler à Maranello et pas que là d’ailleurs.

Une arme à double tranchant

Les Todt chez Ferrari, ce n’est pas nouveau. Jean a été le patron emblématique de l’écurie avec l’aventure Schumacher et tous les titres pilote et constructeur récoltés. Son fils Nicolas, a été l’agent de Felipe Massa par exemple et est celui du Monégasque Charles Leclerc, pilote actuel de la Scuderia. Jean Todt connait bien Binotto avec lequel il s’entend bien, ainsi que Stefano Domenicali, ex patron des rouges et désormais à la tête de la F1.

Si c’est séduisant sur le papier, attention aussi à ce que cela ne soit pas encombrant pour la Scuderia. Lauda avait dû plusieurs fois être « recadré » par Mercedes avant de trouver le bon positionnement médiatique. Un Jean Todt qui n’a jamais mâché ses mots, cela peut aussi être désastreux pour la communication d’une écurie.

La succession de Todt à la tête de la FIA se joue actuellement. Deux listes s’affrontent, avec des programmes similaires : celle de Mohammed Ben Sulayem et celle de Graham Stoker. Réponse le 17 décembre 2021.

A propos de Jean Todt

Jean Todt est né dans le Cantal en février 1946. En parallèle de ses études supérieures à l’Ecole des Cadres (désormais EDC Paris Business School), Todt fait du rallye. Il ne pilote pas, ou plutôt plus après de premiers essais peu fructueux. Mais, il débute à 20 ans comme copilote. Ses talents de copilote lui ont valu d’être à la droite de grands noms du rallye comme Aaltonen ou Mikkola, deux des « Finlandais volants », J-P Nicolas, Beltoise, ou évidemment Guy Fréquelin.

De 1966 à 1981, il prend cinquante-quatre départs en championnat du monde des rallyes. Il en remporte 4 au côté de Achim Warmbold, Hannu Mikkola ou Guy Fréquelin. Il compte aussi 11 podiums. En 1981, il est vice-champion WRC avec Fréquelin et remporte le titre constructeur avec Talbot. C’est l’époque où Peugeot ne sait pas trop quoi faire de Talbot ressorti des tiroirs en 1979.

1982, Todt raccroche le casque et fait ce qu’il avait déjà commencé un peu à faire avant, à savoir diriger l’équipe. La nouvelle équipe, c’est Peugeot Talbot Sport que Todt va mener au sommet à la fois en rallye WRC, en rallye-raid (Dakar), mais aussi en endurance (24 H du Mans). 12 années qui ont bâti la réputation de Todt.

Les années Ferrari, puis FIA

Luca di Montezemolo, qui vient de prendre la direction de Ferrari un an avant, le recrute en 1993 pour prendre la direction de la Scuderia Ferrari. C’est le premier non Italien à la tête de la prestigieuse écurie qui a bien perdu de sa superbe. Cela fait 10 saisons depuis le dernier titre constructeur, et 14 depuis le dernier titre pilote de Jody Scheckter en 1979. Après deux saisons à tout restructurer, Todt recrute Schumacher qui est double champion avec Benetton. Il va également débaucher Rory Byrne et Ross Brawn de chez Benetton.

La Scuderia a relevé la tête, mais il faudra patienter jusqu’en 1999 pour le premier titre constructeur, et 2000 pour le premier titre pilote. S’en suivent 5 saisons de domination sans partage sur la F1. Todt prépare sa succession dès la fin de la saison 2004 et quitte Ferrari en 2009 pour prendre la tête de la Fédération Internationale Automobile (FIA). Il est élu face à Vatanen qu’il avait fait courir sur Peugeot.

La nouvelle page de sa vie sera-t-elle un retour chez Ferrari ?

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "F1 : Jean Todt, la tentation de Ferrari ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Scott
Invité

Une chose es sûr Jean n’aime pas rien faire….

Thomas
Invité

Si Ferrari prend Jean Todt, il faudra le partager avec Alfa-Romeo qui en aura encore plus besoin pour sa compétitivité 😀

Scal
Invité

Sans vouloir faire injure à Jean Todt, personnalité immense du sport auto, je ne vois d’interêt ni pour lui, ni pour la Scuderia. Son retour rappellerait les années Schumacher, en particulier les consignes de course qui ont nuit à ce sport. Quant à l’équipe, qu’elle se préoccupe de remonter son niveau pour briguer le(s) titre(s) plutôt que jouer la « peopolisation » de son stand.

lataupe2B
Invité

Ça serait une bonne chose pour Ferrari. A condition de lui laisser le champ libre pour faire le ménage et remettre de la rigueur dans l’équipe.

Raymond le barbu
Invité

Quoiqu’on en pense, Binotto fait du bon boulot. Son tandem avec Mekies marche bien, on voit cette année que la Scuderia a progressé tout au long de la saison et qu’elle a l’un des meilleurs duos du plateau. Avec Todt a un poste non-exécutif pour laisser Binotto bosser dans l’ombre (ce qu’il sait faire de mieux), ça pourrait être la touche finale pour ramener l’écurie au top.

wpDiscuz