Accueil WEC WEC 2021 Bahrain : Conway-Kobayashi-Lopez enchaînent

WEC 2021 Bahrain : Conway-Kobayashi-Lopez enchaînent

0
6
PARTAGER

Troisième victoire d’affilée pour le trio vainqueur des 24 heures du Mans et titre constructeur WEC, oh surprise, pour Toyota. Le titre pilotes se jouera lors du prochain et ultime round. Cette fin de championnat est également marquée par une nouvelle polémique sur la Balance de performance, cette fois-ci dans la catégorie LM GT Pro.

Troisième titre mondial pour Toyota

Pas beaucoup de suspense pour cette manche bahreïni, qui se disputait sous un soleil de plomb. C’est plutôt la tenue des pneumatiques et la fiabilité qui étaient scrutées.

En Hypercar, après un chassé-croisé habituel en début d’épreuve, la GR010 Hybrid n°7 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José-Maria Lopez a fini par prendre les devants et s’impose avec plus de 50 secondes d’avance devant la voiture soeur n°8 qui a connu des problèmes de dégradation des gommes  ! Grâce à leurs trois succès de rang, les vainqueurs du Mans sont désormais en bonne place pour coiffer le titre mondial, avec 15 points d’avance sur leurs collègues.

Alpine n’a rien pu faire, entre Bop défavorable, problème d’accéléateur en début de course et surconsommation induite par les fortes chaleurs. La flèche bleue a ainsi dû s’arrêter deux fois de plus que les Toyota, mais au moins elle assure encore un podium.

On a eu un peu plus de bagarre en LMP2 même si l’Oreca 07 #31 de Team WRT a vite pris les commandes et ne les a plus lâchées. Robin Frijns, Ferdinand Habsburg et Charles Milesi en profitent pour prendre la tête du championnat face aux deux Oreca Jota. La grande perdante est l’Oreca #22 de United Autosports USA qui finit 4e et qui décroche au niveau du LMP2.

La Bop une nouvelle fois au coeur des débatsWEC

En LMGT Pro, le duel Porsche/Ferrari n’a pas eu lieu. Les bolides de Weissach ont survolé la course, Kevin Estre et Neel Jani l’emportant devant leurs équipiers Gianmaria Bruni et Richard Lietz. Estre et Jani reviennent à 1 point seulement du duo Calado/Pier Guidi (AF Corse – 488 GTE ). Côté constructeurs, Porsche reprend même l’avantage pour un point contre le cheval cabré. Néanmoins, derrière ce final ultra sérré qui nous est promis à Bahrein couve désormais une polémique, une de plus, sur la Bop.

Ferrari digère mal en effet la dernière révision de la Bop qui a fait perdre 25 chevaux de puissance aux 488 GTE EVO, ce qui a rendu la lutte impossble face aux Porsche 911. Les pilotes Ferrari ont boudé le podium suite à cette modification intervenue avant Bahrein, et qui relance le débat sur les arbitrages de cette Bop et ses coulisses politiques.

« Ils l’ont servi à Porsche sur un plateau ; la BoP est tout simplement mauvaise et ce n’est pas juste », déplore James Calado.« Nous manquions tellement de puissance que nous ne pouvions rien faire de plus : ce n’est pas un combat loyal pour un Championnat du monde. Avec l’équipe nous avons travaillé très dur pour trouver un dixième ici ou là, mais après ils nous enlèvent plus d’une seconde avec une décision comme celle-ci. »

Les changements concernaient le turbo du V8 Ferrari mais au-delà du cadre habtuel du système de la BoP automatique, introduit en 2017 dans le championnat WEC. Ce procédé prévoit une augmentation ou une diminution maximale de 10 kW ou 13,5 chevaux, ce qui signifie que la FIA et le WEC sont allés plus loin dans l’abaissement de puissance de Ferrari. Les organisateurs n’ont pas encore expliqué la raison de cette décision, que ce soit publiquement ou auprès de Ferrari. De quoi alimenter évidemment la polémique sur les tenants et les aboutissants de cette décision…

En GTE Am, les Ferrari 488 GTE n°60 Iron Lynx et n°54 AF Corse qui menaient en début de course se sont finalement accrochées, et c’est Aston Martin qui s’est emparé de la première place pour ne plus la lâcher. La Vantage n°33 TF Sport de Ben Keating, Dylan Pereira et Felipe Fraga, actuellement 2e au championnat, l’emporte et se rapproche d’AF Corse au championnat, avec tout de même plus de 20 points de marge.

La finale du WEC 2021 se tiendra également à Bahraïn, mais cette fois-ci pour une épreuve de 8 heures.

 

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "WEC 2021 Bahrain : Conway-Kobayashi-Lopez enchaînent"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

En Hypercar, l’ACO a légèrement revu l’équivalence technique non ?
Cela n’a pas permis à Alpine d’avoir de l’espoir…dès les premiers relais on a vu qu’ils feraient moins de tours. Ils ont tenté sous « virtual safety car » de se décaler en rentrant plus tôt que prévu mais bon.

Aussi, « on » verrait d’un mauvais oeil qu’une « vieille » LMP1 retouchée puisse réellement jouer la gagne à la régulière.

Luc
Invité

ça semble plus juste dans ce sens

Thibaut Emme
Admin

C’est certain que cela change de la fin du LMP1 avec la Toyota plus lente que les LMP2… pour que l’Oreca RB13 (presque l’Alpine A480) puisse gagner.

Invité

Cette année c’est l’inverse, on a ralentis la Rebellion et les LMP2 pour que la Toyota puisse gagner

gigi4lm
Invité

ça a d’ailleurs tendance à agacer Jim Glickenhaus qui menace de rester at home l’an prochain si rien n’est fait.
Je crois qu’en 2023 / 2024 cette BOP va être un sacré sac de nœuds.

Thibaut Emme
Admin

Il n’y a réellement qu’un moyen de ne pas avoir à jongler avec les EoT…donner un quantum d’énergie à dépenser et laisser les constructeurs faire ce qu’ils veulent.
De l’hybride, du thermique, etc. Après, on peut décider qu’un kWh électrique ne vaut pas un kWh thermique. Mais le moins de contraintes il y a et mieux c’est.
Mais on sait que cela n’est plus comme cela depuis très longtemps.
Déjà, on nous a vendu un règlement hypercar de voitures de route mises sur la piste et on a des protos de chez protos….

Pourtant j’adore la démarche de Glickenhaus, très années 80. Dommage.

wpDiscuz