Accueil Electriques Recharger un VE : mission quasi-impossible dans 10 pays de l’UE

Recharger un VE : mission quasi-impossible dans 10 pays de l’UE

0
36
PARTAGER

L’une des critiques majeures à l’encontre des véhicules électriques (VE) est liée aux problématiques de recharge de la batterie. Si parfois, voyager avec une voiture dotée de ce type de motorisation peut constituer une expérience difficile, les difficultés s’avèrent encore plus grandes dans certains pays de l’UE.

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) qui regroupe les 15 principaux constructeurs automobiles du Vieux Continent vient de publier un rapport sur l’état du déploiement de stations de recharge dans l’Union européenne. Principale conclusion : si vous circulez avec un véhicule électrique, certains pays demeurent encore à éviter à l’heure actuelle.

Certains pays de l’UE dotés de moins d’une borne de recharge VE pour 100 kilomètres parcourus

Le problème de la recharge des batteries est actuellement l’un des points faibles de la mobilité électrique. Le manque de moyens constitue un véritable casse-tête pour de nombreux conducteurs qui souhaitent faire le grand saut vers la technologie électrique. Bien que le réseau de recharge se développe, certains pays de l’UE ne facilitent pas du tout la tâche, présentant moins d’une borne de recharge pour 100 kilomètres parcourus.

Selon le rapport publié par l’ACEA, 10 pays de l’UE n’offrent même pas un seul chargeur aux 100 kilomètres , routes et autoroutes comprises. C’est précisément dans ces pays que les ventes de voitures électriques ne représentent que 3% de part de marché, sauf en Hongrie.

Les 10 pays de l’Union européenne avec moins d’une borne de recharge aux 100 kilomètres

  1. Grèce – 0,2
  2. Lituanie – 0,2
  3. Pologne – 0,4
  4. Chypre – 0,5
  5. Lettonie – 0,5
  6. Roumanie – 0,5
  7. Hongrie – 0,6
  8. Estonie – 0,7
  9. Bulgarie – 0,8
  10. République tchèque – 0,9

4 pays seulement dotés de plus de 10 bornes de recharge pour 100 kilomètres

En revanche, 18 États membres proposent au moins cinq bornes de recharge pour 100 kilomètres de routes, et quatre seulement ont plus de 10 bornes de recharge pour 100 kilomètres de rues et de routes.

Des contrastes majeurs entre les premiers et derniers de la liste

Le rapport constate par ailleurs d’importantes différences entre les pays. Ainsi, si les Pays-Bas. compte le plus grand nombre de chargeurs aux 100 kilomètres de route : 47,5, en revanche, la Pologne, pays huit fois plus grand que les Pays-Bas, propose à peine une borne de recharge pour 250 kilomètres de voies.

« Des progrès massifs dans le déploiement des infrastructures devront être réalisés dans toute l’UE dans un délai très court. Les progrès réalisés dans quelques pays d’Europe occidentale sont encourageants, mais ne devraient pas nous détourner de l’état désastreux du réseau de recharge dans d’autres pays de l’UE » avertit le directeur général de l’ACEA, Eric-Mark Huitema.

Bornes de recharge : infrastructures indispensables pour mener à bien les plans climatiques

Dans le cadre de son paquet climatique Fit for 55 publié en juillet, la Commission européenne a proposé que d’ici 2030, les émissions de CO2 des voitures neuves soient inférieures de 55 % aux niveaux de 2021, contre 37,5 % pour 2030 fixé il y a seulement trois ans. Les constructeurs automobiles européens devront mettre sur le marché des millions de voitures rechargeables au cours des prochaines années pour atteindre ce nouvel objectif ambitieux.

Pour s’y conformer, il faut également que les conducteurs aient des garanties suffisantes pour pouvoir effectuer leurs trajets sans craindre d’être bloqués faute de bornes de recharge.

« Les consommateurs ne pourront pas passer aux véhicules zéro émission s’il n’y a pas suffisamment de stations de recharge et de ravitaillement le long des routes où ils conduisent », a averti le directeur général de l’ACEA, Eric-Mark Huitema.

« Si les citoyens de Grèce, de Lituanie, de Pologne et de Roumanie doivent encore parcourir 200 km ou plus pour trouver un chargeur, nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’ils soient prêts à acheter une voiture électrique », a par ailleurs déclaré Huitema.

Notre avis, par leblogauto.com

« Malheureusement, la proposition de règlement sur les infrastructures pour carburants alternatifs – également une composante du paquet Fit for 55 – n’est pas en phase avec les ambitions de la Commission concernant les objectifs de CO2. Bien que nous apprécions l’introduction d’objectifs contraignants indispensables pour les stations de recharge et de ravitaillement dans chaque État membre, ils devront être considérablement renforcés si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques » avertit encore le directeur général de l’ACEA.
L’Association des constructeurs appelle donc le Parlement européen et le Conseil à saisir cette opportunité pour mettre en place les bonnes conditions de l’e-mobilité lors des prochaines négociations sur Fit for 55.

Constructeurs et automobilistes ne souhaitent pas devenir ainsi les dindons de la farce, les uns étant contraints par les nouvelles réglementations de produire des véhicules électriques – moyennant de coûteux investissements – les autres de les acheter. Il ne faudrait pas que le manque de stations de recharges conduise à une impasse : incapacité ou difficulté de rouler avec un VE mais interdiction de circulation des véhicules à moteur thermique. Il n’est pas anodin que l’alerte émane de l’Association des constructeurs : rien ne sert de produire des véhicules électriques, si les capacités de recharge installées ne peuvent garantir qu’ils puissent être utilisés … et donc vendus.

Sources : ACEA

Détail du classement : ici

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Recharger un VE : mission quasi-impossible dans 10 pays de l’UE"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

Le risque c’est un retournement brusque du marché de l’électrique, avec des consommateurs privilégiant les modèles hybrides, c’est à dire ne roulant en pure électrique que de façon anecdotique.
Les constructeurs ont investi massivement dans la voiture électrique. Si ça ne prend pas les résultats financiers vont devenir des gouffres !

Thibaut Emme
Admin

Les chiffres des PHEV grimpent, mais restent en dessous de ceux des VE.
Et pourtant il y a déjà pas mal de monde sur le créneau du PHEV.

Frédéric LANGLOIS
Invité

« Les chiffres des PHEV grimpent, mais restent en dessous de ceux des VE.
Et pourtant il y a déjà pas mal de monde sur le créneau du PHEV. »

Sans oublier que les hybrides modernes existent depuis bien plus longtemps que les électriques modernes.

Thibaut Emme
Admin

« Sans oublier que les hybrides modernes existent depuis bien plus longtemps que les électriques modernes » > Ah bon ? Tout dépende ce que l’on appelle « moderne » 🙂 Si la Prius date de 1997, il y avait déjà des VE (dont certaines roulent encore…) NiCd.

Achille Talon
Invité

Ca n’arrivera pas puisque Bruxelles ne veut plus entendre parler de thermique. Donc les voitures hybrides ne seront plus produites non plus.
Je suis curieux de voir comment va évoluer le marché de l’occasion ces prochaines années.
Déjà que pour les voitures de luxe ou sportives, ça flambe depuis qq années, on pourrait se retrouver dans la même situation avec des Clio, des 208 ou des Golf (pas GTI ni RS).

amiral_sub
Invité

En Norvège la valeur des voitures thermiques d’occasion s’effondre. Plus personne n’en veut

C.Ghosn
Invité
amiral_sub
Invité

vous oubliez qu’en Norvège les thermiques neuves coutent 3x plus cher qu’au Luxembourg

SGL
Invité

Tant qu’il n’aura pas assez de bornes de recharge rapides disponibles partout dans le moindre recoin de France et dans les pays limitrophes, les PHEV et autres Hybrides se vendront bien.
Un « provisoire » qui risque de durer longtemps… 15 ans environ

Term
Invité

Vous avez oublié de dire qu’il faut aussi améliorer considérablement les temps de recharge car actuellement il faut plus d’une demi heure pour ne recharger que 80%, c’est trop long.

SGL
Invité

OK d’où l’importance de l’autonomie de la VE de « voyage » … Paradoxalement une Zoe avec 395 km a trop d’autonomie pour sa catégorie… Et pas assez si l’on voudrait l’utiliser sur les longs trajets.

Sylver
Invité
Contrairement à une thermique, on n’est pas obligé de rester à côté de sa voiture quand elle charge. La plupart des recharges se font la nuit. Mais même pour celui qui n’a pas accès a un chargeur à son domicile, ni a son lieu de travail, qui ne va jamais faire des courses, etc, c’est tout à fait réalisable : Pour un kilométrage moyen de 15.000km par an et en choisissant un VE un peu économe avec une consommation de 150Wh/km et une puissance de recharge moyenne de 150kW, le temps passé à recharger sa voiture sur 1 an est… Lire la suite >>
Christophe
Invité

« aller aux toilettes, prendre un café, lire votre blog préféré, consulter ses e-mails, regarder un film, fait de sieste », tout cela je peux le faire dans un train même « aller se promener », en plus je peux profiter du paysage.
Et cerise sur le gâteau, je vais plus vite qu’en voiture.

Thibaut Emme
Admin

@Christophe : « Et cerise sur le gâteau, je vais plus vite qu’en voiture. » >> oui de gare à gare. Sinon…

Et il faut encore que les trajets existent, ce qui n’est pas le cas de tous les trajets.
Et il faut encore que des trains existent, ce qui est loin d’être la cas partout.
Même sur certains trajets qui semblent « normaux » on peut galérer pour trouver un trajet qui aille.

Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Même de porte à porte souvent.
Mais pour cela il faut que le train aille le plus vite possible pour gagner beaucoup de temps sur le trajet en voiture et en reperdre dans la continuité du déplacement.
Pour moi, il y a de moins en moins trajets où la voiture est pertinente (thermique alors électrique n’en parlons pas).

Thibaut Emme
Admin
« Pour moi, il y a de moins en moins trajets où la voiture est pertinente » > Et pour mon cas c’est tout l’inverse. Habiter « loin » d’une gare et aller régulièrement dans un « désert ferroviaire » (3 à 4 trains par jours qui s’arrêtent donc 1 ou 2 dans le bon sens, tôt le matin et tard le soir, 10 si on va à la gare à 15 km donc 5 dans le bon sens). 360 km, 4h30 en voiture (pas d’autoroute dispo). 7h30 par le train (3 correspondances !) dont 45 min absolument en voiture (car pas à côté de la… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Evidemment je peux aussi trouver plein de cas où c’est compliqué.
Seulement presque 50 % de la population métropolitaine habite l’IdF et c’est cette population qui permet que les LGV / TGV sont rentables. Même en tant que provincial je trouve mon compte avec ce réseau en étoile. Chez moi les Alpes par exemple, même en doublant le kilométrage en passant par Paris, cela reste moins long en temps et moins émetteur de GES que la transversale.

Thibaut Emme
Admin
« Seulement presque 50 % de la population métropolitaine habite l’IdF » >> Hein ? Nous sommes 64,8 millions en France Métropolitaine, l’IdF c’est 12,2 millions soit 18,8% ! Pas 50% allons. « Chez moi les Alpes par exemple » > Mais là vous prenez un trajet qui dépasse « un certain km », donc forcément oui le train ira plus vite même en faisant demi-tour à Strasbourg (cf Chevallier et Laspalès). Mais combien de fois les Français font ces trajets ? Je vous ai donné des exemple à plusieurs endroit de la France où le train c’est de la m… Une fois qu’on a une… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Thibaut Emme
Pour Chambéry moins de 7h30 en passant par Paris, ce qui est le temps mini. en voiture.
Avec une carte avantage et en si prenant un peu à l’avance je paye le montant des « coûts « cachés » (qu’on ne voit pas de suite) » et en plus en 1ère, avec la fatigue en moins.
Depuis Chambéry, je peux gagner en train et/ou bus pas mal de coins de montagne où je n’ai pas besoin de voitures pendant le séjour.
On peut s’accrocher à sa sacro-sainte bagnole mais le sens de l’histoire sera une réduction drastique de son usage.

Thibaut Emme
Admin
« Avec une carte avantage et en si prenant un peu à l’avance » >> Tout le « problème » est là…la bagnole, couplée avec les stations 24/7 ont largement facilité la vie des Français « loin de tout » et vous voulez leur expliquer qu’ils vont devoir faire des efforts drastiques ? Je connais pas mal de monde qui font 2×30 à 40 km pour aller au boulot. Aller leur expliquer qu’ils vont devoir faire un effort…c’est…ok allez-y 🙂 Par contre oui, de plus en plus de gens prennent le train pour les grands trajets (surtout quand on a des lignes qui vont à 300… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Thibaut Emme
« Je connais pas mal de monde qui font 2×30 à 40 km pour aller au boulot. Aller leur expliquer qu’ils vont devoir faire un effort…c’est…ok allez-y », je n’ai même pas besoin de m’y coller, c’est en court d’où le mouvement des GJ.
Combien le font par choix et pas par contrainte réellement imposée (pas celle qu’ils se sont eux-mêmes imposée).

Thibaut Emme
Admin
« Combien le font par choix et pas par contrainte réellement imposée (pas celle qu’ils se sont eux-mêmes imposée). » >> C’est à dire ? Vous voulez dire que des gens sont suffisamment cons pour se mettre dans un endroit paumé par choix ? LOL Il y a de nombreuses personnes qui sont à un endroit, perdent leur taffe et n’en trouve un qu’à 30 km. Déménager ? Encore faut-il revendre le bien immobilier, ou trouver un autre boulot car l’une des deux personnes de la famille bosse plus près. Accepter de déménager loin de la famille proches (parents, enfants, fratrie, etc.).… Lire la suite >>
Amazon
Invité
@christophe, tu vis dans la même dimension que nous ou tu sais distordre l’espace temps? Personne ne choisit d’habiter loin des commodités, loin de son travail, loin des centres culturels. Le choix est principalement dicté par les moyens de chacun. J’ai un salarié qui a choisi d’habiter à 50 km du travail car son conjoint travaille lui a plus de 100km! J’ai choisi de vivre à 3 km du centre ville car j’avais besoin d’espace pour ma famille, et pas les moyens d’avoir la même chose au centre. La vie de la plupart des français est d’abord dictée par des… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
@Amazon :  » j’avais besoin d’espace pour ma famille » >> Non, pour certains (je ne dis pas que c’est le cas de Christophe hein) vous avez choisi d’avoir plus d’espace. On peut très bien vivre à 3 dans un 2 pièces. 😉 « J’ai un salarié qui a choisi d’habiter à 50 km du travail car son conjoint travaille lui a plus de 100km! » >> Là aussi, un choix…l’un ou l’autre aurait pu démissionner et galérer pour retrouver un emploi plus près. Ou choisir de prendre un boulot alimentaire mal payé en attendant de trouver mieux. Encore un choix, ah là… Lire la suite >>
Amazon
Invité
@christophe, si Paris était la France, on roulerait tous à 30km/h et on aurait une bouche de métro à moins de 10min de marche. Heureusement pour 80% de la population française nous ne sommes pas dans ce cas, ce qui engendre des avantages mais aussi des désagréments. Mais ensuite les 80% non franciliens ne sont pas tous égaux. Vivre au centre ville de Lille ou à 20 km ce n’est pas pareil. Le combo transports publics+ mobilité douce n’est simplement pas possible pour la majorité des français. Je travaille à 12 km de chez moi ( La Rochelle, 150000 habitants… Lire la suite >>
Term
Invité

Vous avez oublié d’ajouter :

Encore faut il que le train arrive à l’heure et que la sncf ne soit pas en grève. Je connais une personne qui fait régulièrement des trajets Toulouse_Marseille. ll y a toujours quelques choses pour que le train n’arrive jamais a l’heure. Du coup il abandonné le train et fait maintenant du covoiturage et la tout va bien.

Sylver
Invité

Bien sûr mais là n’est pas la question. On parle de la différence entre VE et VT et du temps de rechargement.
Sinon, dans la même logique, mon vélo électrique consomme moins d’électricité que ma VE et rejette moins de particules…

seb
Invité
@Term, ça c’est parce que tu penses comme un conducteur de thermique. Ce n’est pas une critique, c’est normal, c’est une habitude. Un conducteur de thermique attend la dernière barre de sa jauge, voir que la réserve s’allume, pour faire le plein complet. Si tu fais ça à chaque fois sur une électrique, ça te prend plus de temps et ça abîme ta batterie. L’idéal pour une batterie lithium-ion (voiture, téléphone, PC portable…) c’est d’être entre 20 et 80%. La charge se fait rapidement jusqu’à 80%, ensuite elle est lente pour passer de 80 à 100%. C’est chimique, on n’y… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@seb Pour ma part ce que je constate c’est que les trajets en VE sont plus longs qu’en VT. Je constate aussi que des trajets en intermodalité avec le train qui étaient plus long qu’en VT, deviennent plus courts qu’en VE avec cette contrainte de la charge. « ça c’est parce que tu penses comme un [autodépendant]. Ce n’est pas une critique », c’est un constat. Cependant pour réduire la pollution il va falloir réduire drastiquement la circulation automobile dans les villes et pour atteindre la la neutralité carbone il va falloir réduire le parc automobile (division par 5 à 9), donc… Lire la suite >>
lym
Invité
@Christophe: Je ne pense pas qu’une telle réduction du parc soit envisageable… On préférera je pense mettre sur un train électrique les voitures électriques comme on le fait dans le « chunnel », si toutefois les autoroutes ne réagissent pas (question de survie) en développant des sections (hors échangeurs/ouvrages d’art) pantographe pour permettre de traverser le pays en électrique. A considérer que l’électrique pur ne soit pas une passade car dans l’état actuel, il est clair que cela ne passe pas à l’échelle (hors usage citadin pour ceux pouvant charger à domicile): Même si les charges rapides progressaient pour vous amener à… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@lym
Si évidemment on remplace toutes les voitures par des quadricyles lourds à moteur électrique, évidemment la réduction du parc nécessaire est moins importante (de l’ordre de 2 tout de même).
La solution voiture sur le train est une bonne solution pour l’avoir pendant les vacances et bien meilleur que d’essayer de faire un Paris Bordeaux en Ami par exemple et même si elle acceptait la recharge rapide.

Amazon
Invité
Malheureusement les trajets en train sont pas toujours adaptés à la vie professionnelle et encore moins au voyage en famille. ( je te dis ça en faisant un la Rochelle-Strasbourg en TGV😊). Le train est valable pour aller de centre-ville à centre-ville mais des que tu as besoin de plus c’est galère. Ce matin Taxi jusqu’à la gare, train pendant 6 heures puis … voiture de loc pour aller voir mon client que demain! Je ne gagne pas de temps par rapport au trajet en voiture, et c’est plus cher, mais moins fatiguant. Sûrement moins de CO2 émis. A côté… Lire la suite >>
Christophe
Invité

@Amazon
C’est pour cela que les gares au milieu de champs ont aussi un intérêt, malheureusement par dogme, cela n’a pas été fait sur les dernières LGV.
Mais après tout, par dogme il y en a qui sont opposés aux LGV et même si on leur démontre que même en intégrant la construction un voyage en TGV est moins émetteur en GES que le même trajet en voiture en considérant 0 émission pour la construction de la route (ce qui n’est pas vrai).

amiral_sub
Invité

Christophe: à Montpellier la gare TGV est à la campagne. Resultat: fréquentation très basse. Il a fallu tirer une ligne de tram très longue jusqu’à cette gare. (il y avait une raison à cette gare excentrée : la gare de Montpellier centre est saturée). Les gares à la campagne ça ne fonctionne pas bien. L’ideal serait petite VE-gare TGV-petite VE. Le pire c’est le trajet en VT

Christophe
Invité
@amiral_sub A Montpellier comme tu le dis toi-même, il y a deux gares. La gare en centre-ville est desservie par les TGV. Si actuellement la gare Montpellier Sud de France n’est pas très fréquentée, c’est parce que les infrastructures pour y accéder n’ont pas été faites en conséquence (bouchons, bus uniquement et même pas en Site Propre). Par contre tu as des exemples qui marchent : Besançon TGV par exemple avec correspondance immédiate avec un TER pour Viote ou Belfort Montbéliard TGV ou les gares entre Paris et Marseille où je suis toujours surpris du nombre de gens qui y… Lire la suite >>
Christophe
Invité

Concernant votre dernier paragraphe, je suis de plus en plus persuadé que les politiques qui pondent ces lois connaissent bien la problématique de la nécessité de réduire le parc (division par 5 à 9) pour atteindre la neutralité carbone et la nécessité de réduire drastiquement la circulation automobile dans les villes.
Ce serait pervers de leur part d’y arriver par cette méthode, mais cela leur permettrait de se défausser sur les constructeurs comme certains ont déjà fait en les accusant de polluer alors même qu’ils ne maîtrisent pas l’utilisation de la voiture qu’ils ont vendus.

wpDiscuz