Accueil Nouvelles technologies Module solaire d’OPES : moins de CO2, VE plus autonome

Module solaire d’OPES : moins de CO2, VE plus autonome

0
21
PARTAGER

L’entreprise technologique OPES Solutions – spécialiste berlinois de la technologie solaire – et le Fraunhofer Center for Silicon Photovoltaics CSP ont développé un module solaire standard flexible pour l’intégration sur les surfaces des véhicules. Les partenaires préconisent notamment les véhicules de transport et les bus comme domaines d’application.

Une nouvelle approche de module solaire pour un rendement supplémentaire

OPES et Fraunhofer n’ont pas utilisé la technologie conventionnelle des couches minces pour le module solaire, mais une nouvelle approche : la solution, appelée SolFlex, est basée sur des cellules solaires cristallines. Elle est censée atteindre un rendement supplémentaire d’environ 30 % par mètre carré par rapport aux précédents modules à couche mince flexibles.

SolFlex est particulièrement fin (2,9 millimètres) et 70 % plus léger que les solutions conventionnelles, affirme l’entreprise. De plus, le rayon de courbure de 15 degrés le rend applicable à toutes les surfaces du véhicule. Le module sans cadre a une efficacité de cellule de plus de 22% et a été testé dans des conditions extrêmes dans la chambre climatique du Fraunhofer CSP.

Des constructeurs et start-ups déjà présents dans le domaine du photovoltaïque

Certains constructeurs, start-up et groupes de recherche travaillent d’ores et déjà sur le photovoltaïque pour l’automobile.

Parmi eux se trouvent Sono Motors , Lightyear et le projet de recherche Street. Nissan a pour sa part proposé d un petit module pour la Leaf et d’autres véhicules de première génération, Toyota dotant la Prius d’un module plus grand. Hyundai propose actuellement un toit solaire pour l’Ioniq 5.

Photovoltaïque : des défis à surmonter

À ce jour, les contraintes de coût, de poids et de durabilité associés aux modules solaires sont considérés comme un défi.

OPES affirme que ses modules, qui ont été développés avec le Centre Fraunhofer, sont particulièrement résistants aux rayures, aux vibrations et conçus pour supporter des charges thermiques unilatérales élevées.

Selon l’entreprise, ils devraient pouvoir être fabriqués dans l’usine chinoise OPES Solutions à Changzhou à un coût inférieur aux produits sur mesure qui étaient courants jusqu’à présent. L’objectif est « une solution de série particulièrement économique » pour la première fois dans ce secteur ajoute encore la société.

Photovoltaïque : moins de CO2, plus d’autonomie

Les développeurs voient un potentiel élevé pour l’intégration de modules solaires dans le domaine des transports, en particulier pour les camions, les camionnettes et les bus.

« Dans un véhicule utilitaire léger et électrifié typique chargé du mix électrique actuel, les modules solaires intégrés peuvent réduire les émissions de CO2 jusqu’à 890 kilogrammes par an. Le gain d’autonomie est d’environ 2 400 kilomètres. Ils réduisent également les coûts d’exploitation en fournissant de l’électricité pour les systèmes de refroidissement », explique OPES.

Bus électriques : un domaine d’application de choix pour le photovoltaïque

Les bus électriques sont également un domaine d’application important, ajoute Robert Händel, fondateur et DG d’OPES Solutions. « Dans les bus avec leurs grandes surfaces de toit, le photovoltaïque intégré peut couvrir jusqu’à 100 % des besoins énergétiques du système de climatisation. Ceci est particulièrement utile lorsque le moteur est éteint. De plus, la consommation électrique des passagers via les ports USB, les prises de courant et le Wi-Fi peut être couverte par la source d’énergie renouvelable.

De plus, selon les partenaires, il est possible d’intégrer le module solaire dans des vélos cargo. Avec l’aide de la solution, une autonomie supplémentaire allant jusqu’à 50 kilomètres par jour peut être atteinte en raison de la faible demande énergétique.

Notre avis, par leblogauto.com

Les panneaux solaires semblent avoir le vent en poupe en ce moment. Citons ainsi la centrale solaire de Stellantis Sochaux.

Sources : opes-solutions.com

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Module solaire d’OPES : moins de CO2, VE plus autonome"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

Pour les bus pourquoi pas.
Pour le reste, je préfèrerais voir se généraliser les ombrières photovoltaiques sur les parkings de supermarché.

SGL
Invité

Tout à fait…

SGL
Invité

C’est presque un vieux serpent de mer les PV sur les véhicules.
Longtemps considéré comme pas efficace, inutilement coûteux pour le kWh gagné, compliqué, encombrant et j’en passe…
Mais je me rappelle que les ingénieurs électriques devaient systématiquement remettre leur documentation sur les PV à jour tous les 3 ans environ tellement que les progrès étaient importants dans ce domaine chaque année.
Forcement, des PV sur les toits de nos voitures deviendront banals dans 10 ou 15 ans.

Klogul
Invité

Pourtant lighyear c est lancé dans l aventure et ca a l air de bien fonctionner de ce que je vois dans leur communication

SGL
Invité

OK @Klogul
Mais comme aurait dit le petit père des peuples « lighyear, combien de divisions ? » 😉
… Combien d’exemplaires prévus pour même 2022 ?

SGL
Invité

… Je leur souhaite beaucoup de succès… En attendant.

Klogul
Invité

aucune idee l avenir nous le dira rapidement mais bon une conso de 8kw/h et un toit en panneau solaire je trouve la voiture vraiment pas mal.

J ai presque envie de postuler chez eux mais bon la hollande..

Emmanuel
Invité

@SGL
Le Ioniq 5 possède une option toit solaire, il me semble que c’est d’origine sur le modèle spécial 45
Sur le forum automobile libre, au 10/09, le gagnant du challenge est un grenoblois avec 64.098 Wh produits … déjà de quoi parcourir quelques centaines de kilomètres => 300 sur autoroute et plus ailleurs 😉

Amazon
Invité

64 kWh soit 2.5 kg CO2 avec le mix électrique français. Disons 10 kg CO2 evité par an, 10 ans de durée de vie, 100kg CO2 économisé .
Combien de CO2 nécessaire pour sa fabrication ?

Thibaut Emme
Admin

La base carbone FR c’est plus 70 g/kWh (pertes en ligne, etc.) donc 4,5 kg pour 64 kWh. Mais le calcul reste valable.

Sinon l’ADEME estime à 3 ans le temps de retour carbone d’un panneau.
Au bout de 3 ans il a compensé les émissions de sa production.
Chez Dualsun, on parle de 2,5 ans en Europe du nord et 1,5 en Europe du sud.

et franchement 10 ans de durée de vie ? Vu que c’est l’âge moyen du parc, on est plus sur une durée de vie de 15 ans que 10 😉

Amazon
Invité

Le progrès existe mais le gain est faible. Il y a 20 ans les PV avaient un rdt de 20%. Cette nouvelle génération affiche 22%. Pas de quoi faire la Holà.

SGL
Invité

Il faut prendre aussi le coût….
Dixit révolution-énergétique : « En 10 ans, le prix des panneaux solaires a chuté globalement de 80%. L’installation de 3 kilowatts-crète que l’on payait 13.500 € en 2008 coûte moins de 5.000 € aujourd’hui. Et grâce aux économies d’échelle, chaque doublement de la capacité installée permet de réduire le coût de 20%. »
https://www.revolution-energetique.com/pour-le-photovoltaique-lavenir-est-radieux/
Et cela date de 2019… Ça sera certainement nettement mieux en 2022 !

wizz
Membre

Un panneau solaire, idéalement, il faudrait qu’il suit le soleil afin d’être toujours perpendiculaire aux rayons solaires, pour être le plus productif. (mais un tel mécanisme coute cher)

Sur un véhicule, le panneau solaire sera rarement dans une position idéale.
De plus, en milieu urbain, il faut tenir compte aussi de l’infrastructure urbaine dont les batiments, souvent très haut, faisant de l’ombre à ceux qui sont derrière, réduisant la durée de l’éclairage direct (la lumière réfléchie par les murs des immeubles éclaire moins, contient moins d’énergie)

SGL
Invité

Un panneau solaire, idéalement, serait Made in France…
Au pire Européen.

Nicolas
Invité

ça existe : PhotoWatt, à Bourgoin-Jallieu.
Ils fabriquent leur propres cellules, et leur propres panneaux.

wizz
Membre

photowatt
sont ils compétitifs ou pas?

Thibaut Emme
Admin

En prix ? Moyen. Mais ils ont des caractéristiques très intéressantes (notamment une version à 24% de rendement et une puissance résiduelle après 25 ans sup à 80% de mémoire).
Mais EDF cherche à s’en débarrasser (ou s’en est débarrassé) car déficitaire chronique.

https://region-aura.latribune.fr/strategie/industrie/2021-04-01/photovoltaique-la-concurrence-asiatique-et-les-gigafactories-auront-il-la-peau-de-photowatt-881374.html

wizz
Membre

donc grosso modo, personne n’en a acheté de leur production…

Thibaut Emme
Admin
Ben quand on peut avoir un panneau « équivalent » (sur le papier en puissance théorique) pour 2 à 3 fois moins cher, d’après vous, la nationalité du panneau importe ? Alerte spoiler : Non. Il y a 3 ou 4 autres fabricants de panneaux en FR qui achètent les cellules en Chine ou en Asie au sens large. Ils affichent des prix moins élevés que Photowatt en gardant une majorité de la valeur ajoutée en France. Mais eux non plus ne tapent pas la majorité des parts de marché. https://www.photowatt.com/fr/produits/modules-gamme-bifacial-60cellules leur produit phare c’est le bifacial avec un rendement de 24%… Lire la suite >>
wizz
Membre

et donc grosso modo, personne n’en a acheté

et donc grosso modo, idéalement, un panneau solaire serait made in France…avant de mettre la clé sous la porte

wizz
Membre

s’il était made in France, ou européen, alors il ne serait pas aussi compétitif, et aura du mal à produire une élect abordable sans subvention (sans oublier le cout du stockage)

wpDiscuz