Accueil Général Renault sécurise un approvisionnement en lithium décarboné

Renault sécurise un approvisionnement en lithium décarboné

0
6
PARTAGER

L’approvisionnement en lithium de qualité est devenu l’un des enjeux de l’automobile électrique. Renault annonce un partenariat stratégique avec Vulcan Energy pour sécuriser entre 6 000 et 17 000 tonnes par an de lithium.

Outre la fourniture du lithium, il y a également sa provenance. BMW en a fait son fer de lance de sa communication sur les VE, avec la provenance de l’électricité des usines d’assemblage des batteries également.

Ici, Renault contracte avec Vulcan Energy, une société germano-australienne qui s’est lancé sur le créneau du lithium « zéro carbone ». Le principe est d’utiliser des saumures géothermiques. Vulcan Energy les pompe alors qu’elles sont à environ 165°. Cette température permet de produire de l’électricité « propre » qui va être injectée dans le réseau électrique.

Les saumures sont traitées, grâce aussi à l’électricité produite par la géothermique, pour en extraire le lithium. Enfin, les saumures sont réinjectées dans la nappe, se réchauffant de nouveau au contact du « centre » de la terre.

Des saumures géothermiques

L’accord avec Renault prévoit l’approvisionnement de 6 000 à 17 000 tonnes de lithium « décarboné » par an, produit en Allemagne. Ce lithium servira à alimenter les usines de fabrication de batteries pour véhicules électriques, faisant baisser le surcoût CO2eq du VE.

Selon Renault, cela permet d’éviter l’émission de 300 à 700 kg de CO2eq (équivalent CO2) pour une batterie de 50 kWh. C’est l’équivalent du CO2 émis par l’utilisation de 115 à 265 litres de diesel.

Les livraisons devraient débuter en 2026 et le contrat (qui doit encore formellement être signé d’ici le 20 novembre 2021) portera sur une durée initiale de 5 années. Pour Renault, cela va permettre de continuer son projet de Renault ElectriCity dans le nord de la France et de proposer des voitures électriques « made in Europe » au lieu de devoir importer du lithium, ou des cellules li-ion, de Chine.

Renault Group, qui s’est fixé pour objectif d’atteindre la neutralité carbone dans le monde en 2050. Vulcan de son côté va investir 1,7 milliard d’euros dans la construction de ses stations géothermiques. La production devrait démarrer d’ici 2024 et la start-up a déjà un accord avec le Sud-Coréen LG, ainsi qu’un protocole d’accord avec Stellantis.

 

Notre avis, par leblogauto.com

300 à 700 kg de CO2e pour une batterie de 50 kWh, cela peut paraître beaucoup. Mais, au final, c’est une baisse modérée. En effet, on compte pour les productions de batteries les plus « propres », environ 85 kg de CO2eq par kWh produit. La production d’une batterie de 50 kWh dans ces conditions émet donc 4,25 tonnes d’équivalent CO2. La baisse promise par Vulcan Energy représente donc 7 à 16% de baisse des émissions à la production.

C’est environ les émissions d’un véhicule diesel consommant 5 l/100 km sur 2 250 à 5 000 km. En revanche, cette sécurisation permet à Renault de savoir où ils vont avec la production des batteries. Sans cela, ils seraient à la merci des aléas du marché et la forte demande qu’il y aura pour l’automobile. D’ailleurs tous les constructeurs cherchent à contracter avec les fournisseurs de lithium, décarboné ou non.

Pour avoir un ordre d’idée, pour 1kWh de capacité de batterie, il faut 113 grammes de lithium métal. En termes de carbonate de lithium, cela représente 600 grammes. Ainsi, une batterie de 50 kWh demande 30 kg de Li2CO3. La sécurisation évoquée aujourd’hui permet de produire de 200 000 à 566 000 batteries de 50 kWh par an.

Illustration : Groupe Renault

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Renault sécurise un approvisionnement en lithium décarboné"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

J’ai hâte pour Renault qu’ils proposent rapidement des VE et PHEV à tous les niveaux (et mieux qu’aujourd’hui)
Ils ont une expérience importante dans ce domaine et ils peuvent être pris comme référence des généralistes dans l’avenir.
Maintenant, il faut rattraper les 10 ans de vacances sur ce front, excepté la Zoe et la très récente Twingo, ils ont été absents dans les autres catégories et il se fait distancer par la concurrence.
Même Stellantis, partie tard, les ont rattrapés sur certaines catégories.
Cette nouvelle est une très bonne nouvelle, cela veut dire qu’ils prennent enfin les choses à long terme et sérieusement.

SAM
Invité
SGL
Invité

… Bien !
Bonnes nouvelles ! @SAM
Surtout le retour de la Clio diesel…à vouloir trop bien faire trop vite, ce n’est pas toujours la bonne façon !

amiral_sub
Invité

SGL : Stellantis a dépassé Renault-Nissan-Mitsubishi. Vous pouvez sortir le champagne!
https://insideevs.com/news/523953/global-plugin-car-sales-june2021/

Tous les 2 nous n’arrêtons pas de dire que Renault-Nissan-Mitsubishi a gaché toute son avance

SGL
Invité
Je pense, malheureusement, à ça depuis déjà plusieurs années. Bon, il n’est jamais trop tard pour bien faire et les gens ici ne s’imaginent pas que les décisions prises en 2021, par exemple, ne seront qu’effectives dans 3, 5 voire qu’en dans 7 ans. Il me semblait dès 2017 qu’il était clair que Renault était passé en sous-investissement sur sa gamme VE ! Seule la gamme Zoe a été choyée. 2017, les ventes des VE étaient déjà en forte augmentation, et le Groupe VW avait déjà engagé des dizaines de milliards uniquement pour la VE. Renault aurait été N°1 en… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

Alfa et Lancia resteront probablement confidentiels pendant longtemps. Par contre Jeep et fiat peuvent faire fort, et aux US RAM et dodge

wpDiscuz