Accueil Alfa Romeo Alfa Romeo: ciao Giorgio, place à la synergie Stellantis

Alfa Romeo: ciao Giorgio, place à la synergie Stellantis

0
167
PARTAGER
Giorgio

De nouvelles informations sur l’avenir immédiat d’Alfa Romeo viennent de sortir à l’issue d’une visoconférence organisée entre le nouveau PDG Jean-Philippe Imparato et des journalistes turinois depuis le nouveau QG du Biscione, désormais implanté en plein coeur du Centro Stile.

Changement de plate-forme

Le choses bougent pour Alfa Romeo et l’intégration au groupe Stellantis commence déjà à se faire sentir. La sortie du SUV Tonale a été récemment repoussée de quelques mois, le système hybride n’ayant pas été jugé suffisamment performant, mais la date de Juin 2022 est désormais avancée : «La Tonale est la première voiture électrifiée d’Alfa Romeo, nous devons donc faire un travail de très haut niveau. Avec Stellantis, nous avons l’avantage de fournir au Tonale quelques mises à jour technologiques, j’ai donc décidé qu’il fallait mettre à jour le Phev immédiatement. »

C’est l’avenir de la plate-forme Giorgio, développée par FCA, qui a aussi été l’objet de nombreux commentaires. Il semble qu’elle qu’elle soit purement et simplement abandonnée. La Giulia GTAm est à ce jour la dernière du Biscione à l’utiliser, et on la retrouvera sur les SUV Maserati Grecale et Jeep Grand Cherokee. Cette plate-forme, dont le coût de développement fut d’environ 1 milliard d’euros, avec une architecture de moteur avant / longitudinale et propulsion ou quatre roues motrices, a permis de lancer la berline Giulia et le SUV Stelvio, mais n’a pu être exploitée à sa juste valeur en raison notamment du manque de succès commercial des deux modèles et de l’abandon progressif des autres projets (GTV, sportive, grand SUV « Castello »). Et surtout, elle n’a pas été prévue pour l’électrification.

A noter que le media italien Quattroruote rapporrtait plus tard que le PDG d’Alfa Romeo avait visiblement nuancé son propos sur la Giorgio, ne parlant plus d’une mise au placard mais d’une adatation pour être intégrée au système STLA….Bref, à clairifer.

Donner un cap

Si le Tonale repose sur la plate-forme du Jeep Renegade, le Brennero, dont la production doit démarrer à l’horizon 2023, partagera la CMP des DS3 Crossback, Opel Mokka et Peugeot 2008. Les modèles suivants d’Alfa Romeo recevraient la plate-forme Stellantis STLA Large, qui fait partie d’une gamme de 4 plate-formes compatibles EV comprenant aussi les Small, Medium et Frame (pour les gros SUV et les Pick-Up). N’oublions pas que Carlos Tavarès en a fait l’une de ses priorités, dans le cadre de la synérgie Stellantis, réduire drastiquement la gamme pléthorique des plate-formes pour rationaliser les coûts.

Jean-Philippe Imparato a aussi confirmé sa volonté de proposer une version électrifiée pour chaque modèle Alfa Romeo (MHEV, PHEV ?) et d’agrandir la famille Quadrifoglio afin que la marque préserve au maximum son ADN, malgré son intégration à un groupe multi-marques dont elle partagera de nombreux composants. Les priorités affichées sont d’avoir un plan produit cohérent, de faire bénéficier à la marque des technologies Stellantis et surtout d’apporter une réelle stabilité, qui a fait défaut au Biscione depuis de trop longues années. « Après la Tonale, nous ferons une présentation annuelle progressive du plan produit, y compris l’électrification complète de la gamme, mais je ne veux pas présenter de plan quinquennal maintenant car je ne veux pas faire de promesses qui ne seront peut-être pa tenues. A la fin de l’année nous nous retrouverons pour présenter ce qui viendra après la Tonale ».

Notre avis, par leblogauto.com

On nous parle d’un ADN préservé par le son (sur les EV ?) et la conduite, soit. La plate-forme Giorgio coûtait cher, mais elle avait le mérite d’avoir redonné aux Alfa Romeo un caractère qui s’était perdu, en témoignent les volcaniques Giulia Q4 et GTAm. Mais une autre réalité s’impose aussi, c’est de faire de l’offre, surtout dans l’EV où les marques FCA avaient pris un retard abyssal, faire du volume et de faire rentrer du cash, ce que pour l’instant le Biscione n’arrive plus à faire. équation difficile pour une marque pas comme les autres.

sources : clubalfa.it, quattroruote.it

Poster un Commentaire

167 Commentaires sur "Alfa Romeo: ciao Giorgio, place à la synergie Stellantis"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mathieu
Invité

Pitié faites un petit coupé de revival de Giulia GT 2000 comme la nouvelle Alpine !

wizz
Membre

comme dira Tavares : « tu comptes en acheter? »

Klogul
Invité

en faisant que des suv moche ca ne vend pas du reve…

Jeff
Invité

Je pense que si les constructeurs vendent des SUV c’est que le public réclame des SUV.

De part leur position haute, les SUV rassurent les femmes habituellement stressées derrière un volant. Mais aussi beaucoup d’hommes qui ont besoin de compenser quelques lacunes physiques humiliantes par un véhicule au look plus viril.

Enfin, contrairement au monospaces, les SUV possèdent un style baroudeur qui donne l’impression à ces gens que leur vie passionnante (aller chercher à l’école les 3 enfants imposés par la société ou acheter une baguette de pain) est une aventure qui demande une voiture à toute épreuve 🙂

Lucas
Invité

Tout est dit ! 👍

Mwouais
Invité

Tuer la Giorgio?

Une mise à prix sur la tête d’Imparato (que j’aime bien encore comme homme)?

C’était attendu mais quel affront pour les bureaux d’études italiens. Ils vont être tendus comme des grissinis (al dente 🙂 )

Laportino
Invité

Je pense que tout le monde s’excite un peu trop. Stellantis va avoir 4 plateformes: small, medium, large et frame. Small et medium seront les descendantes des cmp et emp2 actuelles, frame pour les pickup ram ou le wagonneer. Reste la large, qui sera probablement surtout utilisée en amérique du nord où le groupe prévoit une avancée de l’électrification moins brutale qu’en europe. Vu que la giorgio a pu être adaptée au grand cherokee, il me semble raisonnable de penser que la stla large en sera une évolution, plutôt qu’une emp2 étirée.

Mwouais
Invité

Je crois que c’est un bon article pour évoquer Viously également : partir d’une bonne base rentable à la limite puis jeter le concept pour aller vers le profit.

Il y a une logique à laquelle on ne peut pas donner tort mais qui ôte le charme ou le côté plaisant et désintéressé de la chose.

Vivre pour le fric est-ce une nécessité ou une obligation en sommes pour Stellantis et LBA ?

seb
Invité

Mettre 1 milliard dans une nouvelle plateforme en 2015 (année de sortie de la Giulia, pas de la création de la plateforme 😉 ) sans penser à de l’électrique, ou au moins de l’hybride. C’était de sacrés visionnaires à l’époque chez FCA/Alfa…
En 2015, pour rappel, on était déjà en Euro 6, on découvrait le dieselgate, les Zoe, Leaf et Model S existaient déjà. On savait tous qu’on allait aller vers l’électrique.

wizz
Membre

j’y pense…

Azzurra. Un avis?

Thibaut Emme
Admin

Chuuuut (c’est comme Beetlejuice 😉 ).

zafira500
Invité

@seb
N’oublies pas que Marchionne ne croyait pas à l’électrique.

wizz
Membre
zafira Certes, il ne croyait pas à l’électrique et ne voulait pas y investir dans ce domaine. Soit…. ….Mais il aurait pu investir dans le domaine classique, du pure thermique. Cette plateforme Giorgio aurait pu permettre un renouvellement de la gamme de Dodge. Avec un peu d’adaptation, un V8 aurait pu y entrer (et renonçant aux roues avant motrices pour pouvoir abaisser le moteur). Cela ferait une large offre de Charger et Challenger, avec des V8 et V6, voire 4 cylindres pour d’autres marchés (ou bien aussi des 4cyl pour les USA). Ou encore à Jeep les SUV « rustiques » chassis… Lire la suite >>
Stefor
Invité

En 2015 les constructeurs n’y croyaient pas trop à l’électrique et encore moins les marques taguées passion comme alfa.

Abandonner la plateforme Giorgio c’est abandonner le renouveau de Alfa qui renouait avec la passion. J’ai une Giulia premier version et je ne la changerais pour rien juste pour le plaisir de conduire. Cette plateforme a quelque chose, une personnalité que n’ont pas les autres (y compris les Allemandes et pourtant je n’y croyais pas, j’ai essayé des BMW série 3, Audi A4 et autres classe c).

Jean M
Invité
Bonsoir, je ne comprendrai décidément jamais le probleme avec cette marque qui au combien mérite bien mieux que ce qu’il lui arrive depuis l’epoque Fiat ! Nous sommes piqués au combien par cette marque ! Mais, ces dirigeants ne comprennent définitivement rien… et sont piqués à je ne sais quoi ! Encore une nouvelle fois, j’ai la méchante impression que cela va droit dans le mur. Mais en définitive, qui d’autres qu’alfa Roméo et quelques autres marques italiennes ou allemandes, dernières représentantes de l’histoirE de l’automobile ne sont plus que l’histoire de l’auto ?! Tous cela n’est plus que du… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
@Jean : je ne partage que moyennement cette analyse : la Giulia aurai pu disposer de ventes déjà plus honorables avec deux fois rien de finition intérieure en plus et des moteurs adaptés à la médiocrité (d’accord) législative. Mais quand des gens comme Lexus (ou Toyota) ou Mazda (ou Dacia dans une certaine mesure) sortent de très bonnes voitures, c’est en ventes mondiales qu’elles arrivent à rentabilité. Le français reste attaché aux marques de papa et peine à justifier son achat d’un comparatif objectif mêlé de la subjectivité style compréhensible. La Toyota/Sub est saluée par tous sauf par la législation.… Lire la suite >>
SAM
Invité
@Mouais. Si vous ne vendez pas une sedan en location ou aux professionnels, vous ne vendez pas grand chose. Alfa contrairement aux allemands, ne casse pas les prix de ses locations. En revente, on pense à tort qu’une Audi ou une Mercedes prendra moins de sa valeur. Donc Alfa tout Jaguar ou Volvo ne vend rien en sedan malgré de bons produits. Les YouTubeurs, les blogueurs, les journalistes aiment bien la nouvelle 308 (de toute façon Peugeot leur sortirai une trottinette, qu’ils se toucheraient quand même). Elle a fait l’objet d’un comparatif avec l’Audi A3 sur le blog bleu, la… Lire la suite >>
Michel
Invité

Effectivement, l’erreur a été de considérer que plutôt que faire une version SW de la Giula, on incite les clients à acheter un Stelvio, sauf que le Stelvio on n’en veut pas!

wizz
Membre
Michel. L’erreur a surtout été de ne pas avoir une large gamme de véhicules, de penser que les gens viendront en masse pour acheter les Giulia puis Stelvio Il aurait fallu investir dans d’autres bases techniques, afin de disposer d’une nouvelle Giulietta (traction ou 4RM Haldex, ça va très bien aussi, dans cette gamme), et une nouvelle Mito. Il fallait ratisser large Une large gamme de véhicules, même les petites Mito, ça permet aux concessions de vivre. Ça permet de voir davantage de véhicules dans les rues avec une calandre au trèfle, et imprégner le « subconscient » des gens. Demain, supposons… Lire la suite >>
SGL
Invité

« …sauf que le Stelvio on n’en veut pas! » Le Stelvio, ce sont 17.438 ex en Europe en 2020 quand la Giulia ne fait que 7.436 ex
… chiffres vérifiés… grâce à la demande de @Wizz.

Thomas
Invité

Quitte à critiquer le design de la C4 III…et que penses-tu du succès hallucinant du « crapaud »(heu pardon Joke…heu…Juke)de Nissan ??? 🙄

Mwouais
Invité

Le Juke fait partie de ces erreurs de la nature humaine que les gens (que j’imagine tatoués du même tatouage tribal à la nuque ou petite étoile inutile, allez savoir pourquoi ) s’arrachent puisqu’on les a vendu comme un moyen de singulariseration (oui, tous avec la même).

La Civic est par exemple spéciale et on n’en comprend pas tout mais à un public qui me paraît tout autre, varié.

L’automobile est un vrai sujet d’études sociologiques

wizz
Membre

mwouais
La Giulia est disponible avec des 4 cylindres 2L essence et 2.2L diesel déjà bien adaptés à la législation. Ils ne vont quand même pas jusqu’à y mettre les 1.3jtd et 0.9 Twinair….

AXSPORT
Invité

Ils sont capables !!!
😉

wizz
Membre

FCA en serait incapable….

….parce que pour être capable, il faudrait d’abord investir. Et ça, dans la continuité de Marchionne, FCA en est incapable…

wpDiscuz