Accueil Sport auto Ricardo Divila 1945-2020 : Une vie de sport auto

Ricardo Divila 1945-2020 : Une vie de sport auto

40
5
PARTAGER
Ricardo Divila

Ricardo Divila s’est éteint hier à 74 ans près de Magny-Cours. De double nationalité franco-brésilienne, il était un des grands ingénieurs du sport automobile brésilien bien sûr, mais il serait injuste de laisser les frontières définir la carrière incroyable et multiforme de ce monument du sport auto.

Le concepteur des premières Copersucar

Le natif de Sao Paulo a une formation d’ingénieur mécanicien et très rapidement, à la suite de sa rencontre avec les frères Fittipaldi, se met à concevoir des voitures pour eux. il commence par une Formule Vee et continue avec des sport-prototypes, avant de suivre les Fittipaldi en Europe à partir de 1969, supervisant l’écurie de Formule 2 des deux frères brésiliens.

A partir de 1974, il conçoit les quatre premières Copersucar de Formule 1, d’abord pour Wilson avant qu’Emerson ne quitte McLaren pour venir pilote pour sa propre écurie à partir de 1976. Délaissant la conception, il reste le directeur technique de Fittipaldi Automotive jusqu’à la fin de l’aventure en 1982.

A la demande du patron de First Racing, écurie de F3000, il conçoit une voiture en 1989, celle du projet mort-né Life, juste avant de partir chez Ligier. Il passe ensuite par Fondmetal et Minardi, avant de devenir directeur technique de l’écurie Apomatox en F3000 jusqu’en 1995.

Pierre angulaire de Nismo

A partir de 1996, Divila devient la référence technique de Nismo, participant à tous les programmes du constructeur japonais, de la campagne du Mans avec les R390 et R391 jusqu’au Dakar en passant par la Primera de supertourisme championne en BTCC. Il est également un des hommes-clés des campagnes de Nismo au Japon, en JGTC puis en Super GT avec les GT-R et les Z, empilant les titres, sans oublier la Formula Nippon chez Impul où il obtient 5 titres dont celui de Benoît Tréluyer en 2006.

En parallèle, l’homme très occupé est consultant chez Courage Compétition puis Pescarolo Sport, et fait des piges en Indycar, A1GP…

Après un passage chez Toyota-SARD en 2009, il revient chez Nismo pour supporter les programmes GT3 et surtout Deltawing, dont il assure la direction technique, tout en veillant sur le programme moteur Nissan en LMP2, en particulier avec Greaves Motorsport.

Il sera également de l’aventure de la Nissan LMP1 GT-R, dont il était toujours prêt à défendre le concept technique qui l’avait séduit, malgré le fiasco du programme.

Retraite ? Connais pas

Polyglotte, il s’était installé dans la campagne française, près de Magny-Cours, mais a  continué jusqu’au bout à sillonner la planète, promenant sa grand silhouette dans les paddocks, toujours montée de Ray-Ban, d’un casque d’ingénieur autour du cou et d’un grand sourire.

Doté d’une intelligence aiguë et d’un humour féroce, il dispensait ces dernières années son savoir immense dans des articles passionnants pour le magazine Racecar Engineering, ne perdant pas une occasion de chambrer gentiment les pilotes dont il a formé plusieurs générations, et sur un compte très suivi sur Twitter.

Le blog auto présente ses sincères condoléances à sa famille.

Crédit photo : leblogauto.com

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Ricardo Divila 1945-2020 : Une vie de sport auto"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Isaac
Invité

Article bien résumé sur quelqu’un de grand dans le sport-auto cependant il est plus bresiliano-français que franco-brésilien 🙂

Mwouais
Invité

Joli article.

Que devient la Deltawing d’ailleurs ?

Thibaut Emme
Admin

La Deltawing originale a été modifiée en version fermée par feu Don Panoz pour courir aux USA.
Quant à Ben Bowlby, l’ingénieur à la base de la Deltawing, il a bossé pour Nissan pour faire la version électrique (ce qui a valu une attaque en règle de Panoz) avant de bosser sur la Nismo GT-R LM.
Deux concepts très très intéressants sur lesquels nous reviendrons sans doute…

Invité

Purée, ça tombe, en ce moment, dans « l’univers auto » !?!

wpDiscuz