Accueil Jeux vidéos Guide de la F1 virtuelle, pour tous les niveaux !

Guide de la F1 virtuelle, pour tous les niveaux !

619
4
PARTAGER
F1 2019

Faux départ pour la saison de Formule 1, pour les raisons que l’on sait. Pour s’occuper un peu, et assouvir sa passion du sport automobile, pourquoi ne pas se prendre pour un champion virtuel et simuler la saison en cours ? ou presque…

L’esport comme palliatif

Jean-Eric Vergne a lancé l’idée d’une course virtuelle pour compenser la déception des fans, privés de grands prix jusqu’à nouvel ordre à cause de ce satané Coronavirus. Cette course, baptisée « Not Aus GP », diffusée en direct sur YouTube et Twitch, comptera comme participants des gamers de haut niveau mais aussi des stars du volant comme Stoffel Vandoorne, Lando Norris et Max Verstappen, qui sont des habitués des compétitions virtuelles. Une autre compétition a été lancée par le site The Race, nommée The Race’s All-Star Esports Battle avec le jeu rFactor2. Max Verstappen et Simon Pagenaud, vainqueur des dernières 500 miles d’Indianapolis, ont confirmé leur participation, ainsi qu’Antonio Felix da Costa et Billy Monger.

Une connexion de plus en plus forte

Dans les années 90, quelques jeunes pilotes, comme Jacques Villeneuve, pratiquaient le jeu vidéo en guise d’entraînement, même si les simulations de l’époque étaient très éloignées de la réalité. Mais aujourd’hui, les simulateurs font partie intégrante du développement des écuries de F1, la nouvelle génération de pilotes est aussi une génération geek et tous ou presque s’y mettent, y compris des « anciens » dont la génération n’a pas forcément grandi dans les jeux video : sur Raceroom, les compétitions de hotlaps voient souvent en « guests » des pilotes pro du VLN, du DTM ou du Blancpain GT. Jean Alesi a lancé son académie, Fernando Alonso sa propre équipe et Juan-Pablo Montoya a remporté récemment des compétitions aux USA.

Comme l’indiquait un article de notre collègue Thibaut Emme, l’e-sport est en plein essor et s’est professionnalisé. Mais si les compétitions d’esport sont réservées aux plus talentueux et aux plus chevronnés des pilotes virtuels et que le matériel peut rapidement devenir prohibitif, avec des budgets à trois zéros, tout un chacun peut quand même s’y essayer. Voici un petit guide !

Les meilleures simulations

Pour le grand public :

F1 2019 (PC & consoles)

Détenteur depuis 2009 de la licence, Codemasters (à qui on doit aussi les Grid, TOCA Race driver, Dirt Rally, Colin McRae rally, etc.) a peaufiné et agrémenté le contenu de son jeu qui est désormais très abouti: licence officielle complète du championnat, graphismes agréables, immersion approfondie dans le mode carrière (gestion de contrats, développement de la voiture, interviews), restitution fidèle des courses, tout y est, même les VSC et les tours de chauffe. Même le multijoueur s’est amélioré avec la possibilité de créer sa voiture. Qui plus est, sur PC, le jeu n’est pas trop gourmand en puissance et il est très jouable même à la manette. Codemasters a trouvé le bon équilibre entre réalisme et accessibilité. En plus, uniquement sur PC, on peut facilement télécharger et installer à volonté des décorations ou des casques fictifs.

Pour les pointus et les exigeants :

Rfactor 2 (PC)

Le premier Rfactor avait été en son temps une révolution du simracing, avec un réalisme de pilotage inédit. Sa suite, concurrencée par d’autres jeux, a peut-être été moins médiatisée mais son intérêt est grand. Le jeu n’est pas très impressionnant sur le plan des graphismes mais le moteur physique et les sensations de pilotage sont très poussées. Là aussi, la communauté PC est très active et propose des mises à jour et des mods, avec les dernières saisons disponibles. Plusieurs ligues organisent des championnats avec ce jeu.

Assetto Corsa (PC)

Développé par Kunos Simulazioni, un spécialiste italien qui a travaillé avec des équipes de course professionnelles, le jeu Assetto Corsa est également très pointu et très réaliste. Autant vous dire tout de suite qu’un volant sera indispensable pour en profiter. Assez gourmand en ressources, il vaut mieux une bonne machine pour l’exploiter au mieux. Sur internet, la communauté est très active et propose régulièrement des mods, des circuits et les dernières F1, notamment avec le mod Formula Hybrid. Le comportement des monoplaces est bluffant, tout comme le son et la modélisation des voitures. Cependant, les créations les plus poussées sont parfois payantes. Par contre, vous ne trouverez pas dans ce jeu l’habillage proposé par F1 209 (pas de développement, pas de carrière ni de championnat officiel), car c’est d’abord un simulateur pour joueurs chevronnés qui s’affrontent surtout en multijoueur et sur des ligues structurées.

Automobilista (PC)

Développé par le studio brésilien Reiza, Automobilista doit se faire une place au soleil aux côtés des Assetto Corsa, Raceroom et autres RFactor. Les graphismes sont datés mais le jeu est bien fichu au niveau du comportement des véhicules.

Pour les youngtimers

Grand Prix 4 (PC, 2002)

ça ne nous rajeunit pas ! Avant que n’émergent les simulations citées plus haut et que Codemasters ne dispose de l’exclusivité de la licence, les jeux de F1 étaient pléthoriques sur consoles ou PC (les Formula One de Sony, les F1 World Grand Prix, les jeux F1 d’Eectronics Arts). Sur PC, la référence fut longtemps la série Grand Prix de Microprose, développée par le génial Geoff Crammond. Pionnier dans le réalisme (le premier opus, daté de 1991, proposait des voitures et des circuits en 3D ainsi que la pluie !), la série Grand Prix s’est arrêtée au 4e épisode, sorti en 2002. Superbe à l’époque, le jeu évidemment a pris un coup de vieux et ne dispose pas de multijoueur, chose impensable de nos jours. Néanmoins, la communauté des fans est toujours très active, si bien que des mises à jour sont encore développées par les passionnés, dont les dernières saisons de F1. Et vous n’aurez aucun problème de puissance de carte graphique. Revers de la médaille, il faut un peu bidouiller, la compatibilité est parfois capricieuse et l’installation du jeu et des mises à jour est un peu complexe pour le profane. Malgré tout, au niveau de l’IA et même du comportement des voitures, GP4 reste très correct malgré ses 18 ans !

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Guide de la F1 virtuelle, pour tous les niveaux !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

« Autant vous dire tout de suite qu’un volant sera indispensable pour en profiter »

Avec de la détermination et un bon réglage, on peux s’en sortir au clavier, bon c’est quand même plus lent, quand je prend le volant je vais entre 1s et 2s5 plus vite, mais y a quand même certains circuit où j’ai jamais réussi à améliorer mes temps clavier à réglage similaire

MINI_Stig
Invité

Pour de vrai, vous jouez à AC avec un clavier ? 😮 Quelle idée ! ^^
Je me rappelle mes quelques années à jouer à GT Legends à la manette, en virant toutes les aides et en gérant l’embrayage avec le joystick gauche (vers le bas), je n’arrivais pas à être plus rapide avec un volant par la suite, mais je me demande aujourd’hui comment je faisais 😀

Invité
Le bon vieux momo logitech ayant eu des problèmes pendant des années et la flemme d’installer le volant on fait que j’ai bien eu le temps d’engrangé de l’expérience sur GTR2 avec le clavier, et n’ayant acheté un volant qu’il y a qu’un an, j’ai eu le temps de m’entrainer pas mal sur AC aussi. Je pense que je m’en sortirais un peu mieux si je savais mieux régler les voitures, après ça marche pas avec toute, les routières et les anciennes c’est un enfer et pas très fun, pour l’instant mon meilleurs résultat/performance c’est avec la TS040, je trouve… Lire la suite >>
Balkany président !
Invité

Gtr2. Je le disais bien que il manquait un classique dans ce thread

wpDiscuz