Accueil Actualités Entreprise 2019 : record du commerce extérieur du Hubei, avant le coronavirus

2019 : record du commerce extérieur du Hubei, avant le coronavirus

258
2
PARTAGER

Alors que l’épidémie de coronavirus touche tout particulièrement la région du Hubei – l’épicentre se situant à Wuhan – revenons un instant sur les données économiques de la région. Ceci devrait nous permettre de mieux appréhender l’impact des mesures de confinement, de mises en quarantaine, d’arrêts des sites de production et des restrictions de circulation sur toute la chaîne d’approvisionnement. 

Le volume d’import-export du Hubei dépasse en 11 mois toute l’année 2018

Selon les statistiques de la douane de Wuhan, le volume global de l’import-export de la province du Hubei a augmenté de 11,5% en glissement annuel au cours des onze premiers mois de l’année 2019 pour atteindre 354,35 milliards de yuans. Ce chiffre a déjà dépassé le commerce extérieur réalisé durant toute l’année 2018. Il s’agit donc d’un nouveau record pour la province du Hubei.

De janvier à novembre 2019, les exportations ont augmenté de 8,7% pour atteindre 221,39 milliards de yuans, alors que les importations ont progressé de 16,6% à 132,96 milliards de yuans. Les taux de croissances sont tous supérieurs à la moyenne nationale.

Durant cette période, le commerce général du Hubei a atteint 277,17 milliards de yuans, représentant 78,2% du commerce extérieur de la province.

Les importations et exportations réalisées par les entreprises privées ont atteint 187,86 milliards de yuans, représentant 53% du commerce extérieur de la province, tandis que celles réalisées par les entreprises à capitaux étrangers et les entreprises d’État ont atteint respectivement 85,13 milliards de yuans et 81,06 milliards de yuans.

Pendant la période entre janvier et novembre, la zone de libre échange de l’ASEAN est devenu le premier partenaire commercial du Hubei, avec un commerce bilatéral de 52,29 milliards de yuans. L’Union européenne et les États-Unis se classent au 2e et au 3e rang, avec un commerce bilatéral de 49,96 milliards de yuans et de 42,42 milliards de yuans respectivement.

Le commerce du Hubei avec les pays de « la Ceinture et la Route » (ou nouvelle Route de la Soie) a totalisé 104,96 milliards de yuans pendant la période, représentant 20,2% du commerce extérieur de la province.

Les produits mécaniques et électriques continuent de représenter l’essentiel des exportations et des importations du Hubei. Pendant les onze premiers mois de l’année 2019, les exportations des produits mécaniques et électriques ont atteint 117,56 milliards de yuans, représentant 53,1% du volume global de l’export de la province, tandis que ses importations ont atteint 86,55 milliards de yuans, représentant 65,1% du volume global de l’import.

Wuhan : ville pilote pour le plan « Made in China 2025 »

Ironie de l’histoire : en décembre 2016, les autorités chinoises ont sélectionné Wuhan, capitale de la province du Hubei, comme une ville pilote pour le plan « Made in China 2025 ».

Cette décision, prise par le ministère de l’Industrie et de l’Informatisation de Chine, devant permettre à Wuhan de mettre en place un système avancée dans l’industrie manufacturière autour du développement des industries émergentes, de la construction du système d’innovation et de l’intégration poussée entre les systèmes avancés de production et Internet.

Selon le ministère de l’Industrie et de l’Informatisation, Wuhan sera un choix prioritaire pour tous les ressources, projets et programmes concernant la stratégie dite « Made in China 2025 ».

Les autorités de Wuhan avaient quant à eux manifesté alors leur intention de construire trois centres d’innovation au niveau national, d’augmenter de 1 % l’indice de la compétitivité de qualité de l’industrie manufacturière et de baisser de 15% la consommation d’énergie par 10 000 yuans de plus-value industrielle jusqu’en 2019, dans le but de contribuer à la mise en oeuvre de la stratégie dite « Grand pays manufacturier.

C’était sans compter sur le coronavirus ….

Wuhan : le Chicago chinois

Doté d’un emplacement stratégique à la jonction de deux rivières, Wuhan est devenu une centrale industrielle en partie en raison de ses avantages logistiques.

La province du Hubei représente un peu plus de 4% de l’économie chinoise, la deuxième au monde après les États-Unis. La ville a été surnommée « Chicago chinois »  pour son importance au niveau industries et transports.

D’où l’impact majeur sur toute l’économie mondiale si ses activités industrielles et logistiques sont à l’arrêt.

Une production d’acier au cœur de son activité automobile

Situé au confluent des fleuves Yangtze et Han, Wuhan a prospéré en tant que ville portuaire pendant la dynastie Song (960-1279). À la fin du XIXe siècle, il a été désigné comme plaque tournante de la modernisation économique aux côtés de Shanghai et de Tianjin. L’ouverture d’une aciérie a initié la transformation de Wuhan en un centre industriel.

L’acier reste une activité importante dans la ville, en partie à cause de ses liaisons de transport avec le reste de la Chine. Baowu Steel Group – le plus grand sidérurgiste chinois et le deuxième plus grand aciériste du monde – y possède un important centre de production. La production des aciéries de la ville a nourri son industrie automobile.

10 % de la production automobile chinoise

Les usines du Hubei ont produit 2,42 millions de véhicules en 2018, représentant environ 10% de la production automobile totale de la Chine et dépassant celle de la France, du Royaume-Uni et de la Thaïlande. General Motors, Honda Motor et le Groupe français PSA y ont des usines de coentreprise. Plus de 500 fabricants de pièces détachées automobiles opèrent à Wuhan.

« Même si l’usine était rouverte, nous ne pourrions pas reprendre une production normale », déclarait la semaine dernière un employé du constructeur automobile Dongfeng Motor Group . Plusieurs raisons à cela : l’approvisionnement en pièces détachées est dispersé dans différentes villes, et la plupart des ouvriers, placés en quarantaine, ne sont pas autorisés à quitter leur domicile.

Le fabricant de pièces affilié à Honda Motor, F-Tech, a décidé de produire des pédales de frein aux Philippines plutôt que dans son usine de Wuhan.

Un dirigeant d’un constructeur automobile japonais a également déclaré que la production globale de la Chine pourrait être affectée négativement. Ajoutant avoir débuté une remise à plat de son réseau d’approvisionnement pour voir si des pièces pourraient être achetées en dehors de la Chine.

Début février, la société de recherche Gasgoo Auto Research Institute a affirmé pour sa part que la vente de voitures particulières chuterait de 3% à 6% en 2020  par rapport à l’année précédente en raison du coronavirus.

Sources : Province de Hubei, Nikkei

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "2019 : record du commerce extérieur du Hubei, avant le coronavirus"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
NBLL
Invité

Wuhan capitale du « made in China 2025″… Il semblerait qu’ils aient déjà bien commencé avec le COVID-19 échappé de leur P4…

Xavier
Invité

Nous dépendons de plus en plus des Chinois pour consommer toujours plus mais lorsqu’un pépin survient on entrevoit notre fragilité. On peut imaginer les menaces qui pèsent sur notre petite Europe de rien du tout.
Nous ne sommes pas les seuls mais ça ne change rien, nous sommes fragiles pour longtemps.

wpDiscuz