Accueil Historique 20 ans déjà : Dakar 2000, 400 concurrents et 3 Antonov !

20 ans déjà : Dakar 2000, 400 concurrents et 3 Antonov !

1269
12
PARTAGER
Antonov

Pour l’édition de l’an 2000, les organisateurs innovent avec, pour la première fois, une traversée de l’Afrique d’ouest en est. Départ de Dakar, arrivée au Caire près des Pyramides ! Un parcours magique mais qui fut perturbé par le contexte politique.

Un beau match

La 22e édition du plus célèbre des rallyes-raids fait le plein, avec 400 inscrits qui doivent s’affronter sur plus de 5000 kilomètres de spéciales à travers le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, le Niger,
la Libye et l’Égypte ! Dans la catégorie auto, le duel promet d’être serré entre l’armada Mitsubishi, menée par Kenjiro Shinozuka, Jean-pierre Fontenay et Jutta Kleinschmidt, et l’audacieux Jean-Louis Schlesser, le tenant du titre, qui s’engage sur son propre prototype buggy 2 roues motrices motorisé par un V6 Renault. L’arbitre du match pourrait bien être Stéphane Peterhansel, l’autre attraction de la course. Sextuple vainqueur de l’épreuve en moto, le français est passé à l’auto en 1999, avec une première participation sur Nissan. En 2000, il s’engage avec un prototype développé par la marque Méga, la filiale d’Aixam qui participe aussi au trophée Andros. Le véhicule, motorisé par…Mitsubishi, affiche 200 kilos de moins sur la balance et pourrait jouer les trouble-fête.

Lors de la 1ère spéciale, Mitsubishi réalise un top 5 avec un étonnant Carlos Sousa en tête. Si Peterhansel confirme son statut d’outsider en gagnant l’étape 2, Shinozuka frappe un grand coup dans la 3e étape de 711 kilomètres jusqu’à Bamako, prenant ainsi le leadership. Puis, sur les pistes sinueuses et poussiéreuses du Burkina Faso, Schlesser et Peterhansel se montrent à leur avantage et se livrent à de belles passes d’armes.

Menace terroriste sur le Dakar

Mais à l’approche des étapes nigériennes, le ministère de la Défense, s’appuyant visiblement sur des renseignements fournis par les États-Unis, prévient l’organisation des risques très importants d’attentat terroriste qui pèsent sur la course pendant la traversée du Niger. Rebelles tchadiens infiltrés, GIA, Al Qaïda ? On ne saura jamais précisément la nature de la menace qui plane, mais le vieux rêve de la traversée africaine se heurte de nouveau aux réalités géopolitiques très complexes de la région, comme cela avait déjà été le cas par le passé.

Le gouvernement du Niger a beau essayer de rassurer l’organisation sur la sécurisation du parcours, la décisions est prise : les quatre étapes et la journée de repos (à Agadès) initialement prévues pour la traversée du Niger du 12 au 16 janvier, avant de quitter le désert du Ténéré pour la Libye, sont annulées. Tous les concurrents et leurs véhicules, motos,  automobiles et camions, seront  transportés via un pont aérien en direction de la Libye, où la course reprendra. Un jolis succès politique à l’époque pour le colonel Khadafi, qui redevient alors fréquentable pour les puissances occidentales et peut se targuer, ironie de l’histoire, d’être à la tête d’un pays à l’abri du terrorisme. Que les choses peuvent vite changer, dans un sens comme dans un autre !

Non, le Kamaz n’est pas le plus gros engin du Dakar !

La solution, ce sont 3 gros porteurs Antonov An-124 (2 venus d’Egypte et 1 de Kiev, sur les 18 exemplaires en service dans le monde !), alors les plus gros avions du monde, qui sont affrétés pour déménager la caravane du Dakar au complet  et reprendre la course. Pendant 5 jours, un incroyable ballet aérien est mis en oeuvre par les organisateurs, qui relèvent un sacré défi logistique pour transférer 500 véhicules et 1500 personnes, ce qui coûta la bagatelle de 10 millions de francs. Et vive le bilan carbone ! Un fait inédit qui fut d’ailleurs évoqué dans l’album « Cairo » de Michel Vaillant.

vaillant

La 2e semaine de course permet à Schlesser et à Peterhansel de distancer leurs rivaux, d’autant plus que l’écurie Mitsubishi est décimée lors du départ en ligne de la 13e étape. Sur la 2e vague de véhicules lancés, 4 concurrents sont piégés par une dune cassante, dont Shinozuka et Sousa, grièvement blessés et contraints à l’abandon. L’ancien pilote éphémère de Williams en F1 fait notamment le trou dans le désert libyen et ses parcours cassants, où le buggy fait merveille. Schlesser l’emporte pour la seconde fois, avec 12 minutes d’avance sur la Mega de Peterhansel.

schlesser
Le vainqueur de l’édition 2000

Le Dakar 2000 fut sans nul doute un tournant dans l’histoire de l’épreuve. Au-delà des péripéties, le gigantesque évènement médiatique, logistique et financier qu’est devenue la course suscite toujours plus de critiques. Dès 2001, l’épreuve reviendra vers un format plus traditionnel, supprimant notamment l’assistance aérienne. Mais la déstabilisation politique de la région et la montée en puissance de la menace terroriste auront finalement raison de l’épreuve, qui migre en 2009 vers l’Amérique du Sud.

Sources : Dakar, presse de l’époque, la légende du Dakar

Images : Schlesser, flickr

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "20 ans déjà : Dakar 2000, 400 concurrents et 3 Antonov !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Motörhead
Invité

Bonjour l’empreinte carbone

SGL
Invité

Oui, mais c’est ponctuel comme toutes compétitions et cela a le mérite d’améliorer les techniques qui parfois servent à faire baisser « l’empreint carbone » à des milliards de personnes par la suite.
… Bon, c’est en mettant un peu des lunettes teintées en rose. 😉

4aplat
Invité

Ca me fait marrer de crier au loup alors que des milliers d’avions volent chaque jour sans que personne n’y voit d’inconvenient …

SGL
Invité
Exactement, les avions modernes ont plutôt un bon rendement, surtout depuis l’invention des réacteurs double flux à fort taux de dilution depuis 50 ans déjà Un B-707 de première génération faisait environ 20 l/100 par passager puis nettement moins grâce aux Rolls-Royce Conway à double flux vers le milieu des années 60. Dans les années 70 arrivent les doubles flux à fort taux de dilution démocratisé avec les avions à double couloir comme les DC-10/B-747/Tristar et surtout l’Airbus A300 sur les lignes moyen-courrier qui consommait entre -20 à -50 % des DC-9/Caravelle/B-727. Même pour l’époque, l’An-124 avait des réacteurs relativement… Lire la suite >>
SGL
Invité

Sans vouloir faire mon schtroumpf à lunettes, l’Antonov An-124 n’était pas vraiment le plus gros avions du monde… Mais son cousin dérivé 1/3 plus encore … L’Antonov An-225 Mriya
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Antonov_An-225_departing_Prague_Ruzyn%C4%9B_Airport_for_Turkmenbashy.jpeg
Conçu entre autres pour trimballer la navette spatiale Bourane de 62 tonnes fixée sur son fuselage.

lataupe2B
Invité

En 2000 l’empreinte carbone n’était pas une préoccupation majeure… du moins des gouvernements, des biens pensants, des écologistes

gigi4lm
Membre

Je ne suis même pas certain que le terme existait

SGL
Invité

Il me semble que l’on en parlait dès le début des années 90 @gigi4lm
Notamment lors du protocole de Kyoto.

4aplat
Invité

Je me souviens tres bien de cette edition avec le pont aerien …

wpDiscuz