Accueil Suzuki Essai Suzuki Jimny 102 ch

Essai Suzuki Jimny 102 ch

3966
38
PARTAGER

Le nouveau Suzuki Jimny à peine arrivé, convainc déjà beaucoup d’observateurs. Au-delà de son pouvoir d’attraction, le constructeur n’a pas oublié les fondamentaux de son modèle emblématique. Nous l’avons essayé à la montagne, pour mieux en apprécier les capacités.

Faire rimer charme avec 4X4

Quel look ! On l’avoue, le charme a opéré. Prenez un peu de Jeep, un soupçon de Mercedes Classe G, un semblant de Hummer, et vous obtenez la nouvelle identité visuelle du Jimny. I a grandi, mais dans notre monde d’aujourd’hui, il passe toujours pour un petit gabarit avec ses 3,43m.

Il assume ainsi fièrement son âme de baroudeur, alors que les SUV essaient tant bien que mal de la camoufler. Un pied de nez finalement aux crossovers. Certains y verraient même un peu de provocation, mais au contraire il ne renie pas sa fonction. Simplement, quand il s’agira de la rentrer dans le garage, il ne fera pas suer.

Deux sièges arrière ou un coffre

A bord, on sent que Suzuki a tenté de donner un peu de personnalité à un intérieur faisant preuve d’un peu trop de rigueur malgré tout. Des boutons ronds, des switches, des compteurs enchâssés dans des cubes, tout a sa place, solidement ancré. Le large écran apporte la pointe de technologie pour l’intégrer dans notre siècle.

A l’arrière, même s’il ne s’agit pas du confort d’une limousine, la place disponible paraît suprenante. En outre les grandes vitres, compte tenu de la taille du véhicule, apporte suffisamment de lumière et renforce l’impression d’espace. En revanche il faudra choisir entre deux passagers ou du coffre. D’ailleurs, la porte de ce dernier s’ouvre du mauvais coté, compliquant son accès. Néanmoins on a droit alors à 830 litres assises rabattues.

Le minimum sur route

Soyons clairs, le Suzuki Jimny ne va pas concurrencer les crossovers sur le jeu de la polyvalence. Pour lui, la route où il se traine ne sert qu’à rallier deux terrains de jeux boueux ou/et enneigés. Son châssis avec ses ponts rigides ne l’aident pas à avoir un comportement rigoureux en virages.

Disons-le sans détour, il faut même faire preuve d’un peu d’anticipation. Néanmoins, une fois qu’on a fait le tour des surprises après le premier rond-point et une courbe qui se referme, on s’y habitue. Peut-être à cause de l’instinct de survie qui nous retient l’idée de jouer avec, certes. Mais la vérité de l’intérêt du Jimny est ailleurs.

Le maximum en tout-terrain

Une fois qu’on quitte le bitume, c’est le festival. Pour peu que l’on choisisse la bonne monte pneumatique, il repousse loin la peur. On entre directement dans le dur, en enclenchant manuellement la boite courte et les 4 roues motrices. D’abord, le Jimny avec ses angles d’attaque et de fuite confortables, pourrait presque littéralement monter un escalier. Les passages de guets, une formalité évidemment.

Les chemins défoncés accessibles seulement en tracteur, il les avale avec une facilité assez déconcertante. On a juste à gérer son allure, mettre un peu plus de gaz quand il semble stagner et hop on passe à la difficulté suivante. La direction molle à souhait facilite la vie en tout-terrain. Son faible empattement lui permettra même de laisser derrière quelques monstres supposément mieux taillés pour l’exercice.

Dès 17 225 € hors malus

Faites-nous confiance, le Suzuki Jimny dans la nature ne craint pas grand chose. Pourtant les chemins rendus très humides par la couche de neige, transformant le terrain en une boue où on ne mettrait pas un pied, nous ont définitivement convaincus. Bon, ses fans devront accepter une consommation qui n’a pas de sens compte tenu de son gabarit, et un malus assassin de 2 940 €. Avec ses 102 ch, son meilleur ennemi c’est la Panda 4X4 Cross moins chère. Le japonais a définitivement pour lui le charme et ses capacités TT.

+ ON AIME
  •  Design
  • Dimensions compactes
  • Capacités 4X4
ON AIME MOINS
  • Ouverture du coffre
  • Capacité du coffre
  •  Stricte 4 places

 

Suzuki Jimny
Prix (à partir de) 17 225 €
Prix du modèle essayé 19 995 €
Moteur
Type et implantation 4 cylindres en ligne ess.
Cylindrée (cm3)  1 462
Puissance (kW/ch) 75 / 102
Couple (Nm)  130
Transmission
Roues motrices  Intégrale
Boîte de vitesses  Manuelle 5 rapports
Châssis
Suspension avant Essieu rigide
Suspension arrière Essieu rigide
Freins à disques
Jantes et pneus 195/80 R15
Performances
Vitesse maximale (km/h) 145
0 à 100 km/h (s)
Consommation (jantes 18 pouces)
Cycle urbain (l/100 km) 7,7
Cycle extra-urbain (l/100 km)  6,2
Cycle mixte (l/100 km)  6,8
CO2 (g/km)  154
Dimensions
Longueur (mm) 3 645
Largeur (mm)  1 645
Hauteur (mm) 1 720
Empattement (mm)  2 250
Volume de coffre (l) 85
Réservoir (l) 40
Masse à vide (kg)  1 090

Illustrations : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

38 Commentaires sur "Essai Suzuki Jimny 102 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Dreamer91X
Invité

Vous n’avez pas de photo de l’ouverture de coffre… je n’arrive pas à imaginer ce que signifie à l’envers pour vous

Yorgle
Invité

Sur les photos, on voit la poignée du coffre à gauche, donc la porte s’ouvre vers la droite. Or lorsqu’on est garé le long d’un trottoir, il faut donc faire le tour de la porte pour accéder au coffre ou au trottoir.

wizz
Membre

à l’envers pour l’Europe (continentale), mais à l’endroit au Japon…

SGL
Invité

Il manque vraiment un véhicule de ce type à PSA principalement pour la conquête de nouveaux marchés, de la taille intermédiaire entre le Jimny et le Classe G.

SGL
Invité

Pour l’Afrique (toute !), pour l’Amérique du Sud, pour l’Asie.
Le marché serait énorme, mais en tant qu’utilitaire pour l’Europe (même celle du nord et de l’Est) ainsi que l’Amérique du Nord, le marché ne serait pas si négligeable que ça.
…et il n’y a pas que moi qui le dise, c’est même un constat d’explication de la quasi-absence de PSA à travers le monde.
Et le Pick-up d’origine Dongfeng ne bouchera jamais totalement le troue !

koko
Invité

Et hop, on ramène un essai Suzuki à psa ni vu ni connu…

SGL
Invité

Renault/Nissan ont leur 4×4
VAG aussi
Ford aussi
FCA aussi
Etc.
PSA…. Ah ben c’est con y’a pas !
D’où la raison mon Koko !
Tu comprends mieux ?

roadrage
Invité

Le genre de voiture bourré de défaut, mais à qui on pardonne tout !

panama
Invité

Plein de défauts c’est vrai mais deux qualités hors norme :
– une capacité de franchissement à faire pâlir un Defender
– une fiabilité et une durabilité qui ne craignent aucune concurrence

SGL
Invité

Remarquable si l’on ne sort pas des sentiers… un Duster est immensément plus polyvalent et moins cher !
Mais il peut moins jouer le joujou pour les riches.

AXSPORT
Invité

Changez de disque……

koko
Invité

Et maintenant un peu de hors sujet sur le duster. Comme ça, pas de jaloux.

SGL
Invité

Un HS avec le Duster 4RM vs Jimny !?
Franchement, je ne vois pas ! 😯

koko
Invité

Tu ramenes de maniere systématique tous les essais à psa ou au groupe Renault. Ce nationalisme exacerbé fait peine à voir.
Avec toi, Poissy est le centre du monde, Boulogne billancourt la périphérie, le reste de la planète n’existe pas dans l’automobile.

SGL
Invité

Tu la ramènes systématiquement sur mes choix de sujets.
Sais-tu que tu es sur un blog ?
Si tu n’es pas content, n’y viens pas.
Dire que c’est HS une comparaison d’un Duster VS Jimny … c’est limite.
Tu confonds nationalisme et patriotisme… c’est HS, mais c’est grave pour toi !
Je te promets qu’une chose : je ne changerais Rien pour toi. 😉

wizz
Membre

vouloir fermer les centrales nucléaires françaises et remplacer par des panneaux solaires chinois, est ce du nationalisme ou patriotisme?

SGL
Invité

Du pragmatisme et du patriotisme, si c’est pour faire des échanges commerciaux équilibrés (on en est très loin actuellement) par exemple : Airbus contre des PV chinois.
Mais dans tous les cas absolument pas du nationalisme qui est une régression sur tous les points !
Je reste un Européen convaincu !

Rickyspanish
Invité

A l’image de la 500 de Fiat, Suzuki a crée une future icône.
Dommage qu’il n’y ait pas un rappel de couleur carrosserie pour égayer un peu le tdb et un moteur n’induisant pas de malus … ce serait un sans faute sinon.

panama
Invité

2 940 € de malus, c’est tout ? Pour la BVA je crois que c’est bien plus encore.
Sexy en diable tout de même mais c’est un joli trompeur : comme un pick up c’est un véhicule quasi professionnel. En ville, c’est un enfer sur roue.

SGL
Invité

Pour un pot de yaourt, le prix + le malus si ce n’est pas une auto professionnelle, ça fait joujou de riche, la 3 ou 4ème voiture pour les balades en forêt ou pour une partie de chasse.

wpDiscuz