Accueil Constructeurs chinois La Chine met le cap sur l’hydrogène

La Chine met le cap sur l’hydrogène

1666
39
PARTAGER
Toyota Mirai - Hydrogène - Fuel Cell

Déjà championne des voitures électriques à batterie lithium-ion, la Chine veut accélérer l’émergence du moteur à hydrogène: elle pousse ses constructeurs vers cette technologie prometteuse, visant un million de véhicules d’ici une décennie.

Mi-mars, le « rapport de travail » annuel du gouvernement a été amendé pour y inclure pour la première fois l’objectif de « promouvoir » la construction de stations de recharge pour véhicules à hydrogène. Le pays en compte actuellement une quinzaine seulement.

Selon un plan gouvernemental dévoilé par la presse officielle, Pékin vise 5 000 véhicules à hydrogène sur les routes l’an prochain, 50 000 d’ici 2025 et un million en 2030 –un objectif modéré vu son colossal marché automobile (28 millions de véhicules vendus l’an dernier). Le projet est largement défendu par Wan Gang, ancien ministre des sciences et de la technologie, et principal architecte de l’émergence du véhicule électrique en Chine.

L’hydrogène « est la prochaine étape logique pour réduire les émissions (polluantes), en résolvant certaines difficultés des véhicules électriques, comme l’autonomie et le temps de recharge, tout en réduisant la consommation d’électricité », observent les analystes de Fitch Solutions.

 

Selon Xavier Mosquet, du cabinet BCG, la pile à combustible hydrogène pourrait être « une solution intéressante » pour les poids lourds, pour lesquels les batteries électriques (puissance limitée, temps de recharge) sont moins adaptées. Véhicules utilitaires et bus pourraient être privilégiés.

Aiguillonnés par les autorités, des constructeurs chinois intensifient leurs préparatifs, à l’instar de SAIC (qui fait déjà circuler des bus à hydrogène) et Great Wall Motors. Spécialiste des SUV, ce dernier prépare sa première voiture à hydrogène pour 2020 avant un lancement commercial en 2023. « Aucune contradiction avec les voitures électriques! Les deux stratégies sont complémentaires: les poids lourds ne pourront pas fonctionner purement avec des batteries », explique son vice-président, Zhao Guoqing, au salon automobile de Shanghai.

La pile à combustible coûte néanmoins encore très cher compte tenu des faibles volumes produits: pour l’instant, seuls les japonais Toyota et Honda, et le sud-coréen Hyundai, se sont lancés dans la commercialisation. Toyota a d’ailleurs annoncé l’installation d’un centre de recherche en partenariat avec l’université chinoise de Tsinghua University pour travailler localement sur les technologies de l’hydrogène.

« Les constructeurs chinois devront investir des capitaux élevés pour développer ou acquérir les technologies. Toyota et Honda mènent la course en tête », selon Fitch Solutions. De l’avis général, Pékin pourrait cependant propulser l’hydrogène à coups de généreuses subventions et d’incitations réglementaires, des méthodes déjà employées pour faire décoller les ventes de voitures électriques.

Et l’Europe ?

L’Europe, elle, n’entend pas louper le virage: l’Allemagne a lancé un programme pour atteindre 400 stations de distribution d’hydrogène d’ici 2023 et Paris a adopté un plan de 100 millions d’euros pour soutenir la filière hydrogène, axé notamment sur l’automobile.

Avec AFP
Illustration  : Toyota

Poster un Commentaire

39 Commentaires sur "La Chine met le cap sur l’hydrogène"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Nous sommes encore très bons dans l’hydrogène en France.
Mais pendant que l’on hésite sur le bien-fondé de cette technologie, les Chinois eux, foncent déjà !

amiral_sub
Invité

est-ce que c’est parce que les Chinois foncent qu’ils ont raison?

SGL
Invité

Bah, pour les Chinois, la question ne se pose pas !
Ils ont tellement d’argent qu’ils prennent le luxe de ne pas choisir, ils le font dans tous les domaines.
Leur principe est de ne pas « mettre tous ses œufs dans le même panier. »
Le jour où l’on s’aperçoit qu’ils auront raison, ça sera trop tard, l’industrie des panneaux photovoltaïques et des batteries lithium nous sont passé sous notre nez, espérons que ça ne soit pas le cas pour l’hydrogène, domaine ou nous avons encore des champions.

SGL
Invité

Juste une parenthèse, un peu HS :
je trouve particulièrement débile de mettre des « -1 » aux gens qui posent une question… Sauf éventuellement à une question totalement stupide.
Là, la question de @amiral sub pause un vrai problème de taille, stratégiquement parlant pour un État.

Kaizer Sauzée
Invité

C’est l’énergie de l’avenir et, comme d’habitude, nos constructeurs sont à la ramasse.

gigi4lm
Membre

Pourquoi le « comme d’habitude »?
Que les constructeurs français regardent passer le train de l’hydrogène, peut être (à voir, car on n’est pas dans les bureaux d’études). Pour les autres technologies on n’a de leçon à recevoir de personne.

SGL
Invité

En théorie, la France est très bonne dans le domaine, en pratique, c’est une catastrophe !

Kaizer Sauzée
Invité

Ha ouais ???
On sort à peine nos 1ères hybrides, juste 15 ans après Toyota.
Les voitures à hydrogène sur le marché actuel sont de quelles marques ? Toyota et Hyundai-Kia.
Et l’excuse du coût des recherches est bidon car, il y a 2-3 ans, Toyota a partagé en open-source des centaines de brevets concernant sa technologie sur l’hydrogène, et plus récemment sur l’electrique .

Jdg
Invité

BMW aussi à son hydrogène et PSA a travaillé dessus. Et j’en passe bien d’autres.
La question est aussi la fabrication d’une centrale et de station service hydrogène.
Je trouve cette technologie très intéressante mais à aujourd’hui il est bien difficile de savoir s’il faut dépenser dessus ou plutôt le tout électrique ou une autre qui sait

Kaizer Sauzée
Invité

À moins que l’on trouve rapidement de nouvelles batteries, comme dans cet article : https://www.leblogauto.com/2019/04/borophene-nouveau-graal-batteries.html, l’hydrogène reste pour moi la meilleure alternative.

Thibaut Emme
Admin

@Kaizer Sauzée : selon moi, non 🙂
Prenez un moteur thermique actuel (ou plus ancien). On sait très bien les convertir au gaz ou au méthane.
Et ce méthane par exemple, on sait très bien le capter depuis les déchetteries, etc.
On pourrait aussi (coûteux en l’état) transformer le CO2 pour en faire du méthane.

L’intérêt est que c’est en circuit court, renouvelable et local.
Et on utilise un « déchet » et non une ressource fossile ou créée spécialement.

pat d pau
Invité

donc avec votre exemple meme le VE ne sert à rien. et il faudrait passer au « tout gaz »

Thibaut Emme
Admin
@Pat d pau : oui, massivement. Et non, le VE peut très bien servir en tant que comuter. Un VE avec 80 km d’autonomie c’est 450 kg environ pour un quadicycle à batterie. Largement suffisant pour faire les trajets du quotidiens. Pour avoir vu la Suède avec les Tazzari, Th!nk et autres petits bidules électriques, c’est totalement jouable. Reste qu’un tel véhicule, cela reste malheureusement cher (regardez le Twizy). Les volumes d’amortissement des véhicules thermiques sont largement plus importants que ceux de ces VE. D’où un prix énorme. Mais oui, le gaz a plein d’avantage. Le VE pachydermique est selon… Lire la suite >>
SGL
Invité

Faut rembourser la Twizy par la Sécu. @Thibaut ! 😉

georges
Invité

BMW a dépensé beaucoup d’argent sur un moteur à explosion carburant l’hydrogène, en pur perte du moins pour l’automobile.

georges
Invité

Tu es sur que PSA sort sa première voiture hybride cette année ?
Et tu crois vraiment que Toyota donne gratuitement ses brevets les plus récents ?

Thibaut Emme
Admin

@Kaizer Sauzée : « Ha ouais ???
On sort à peine nos 1ères hybrides, juste 15 ans après Toyota. »

Heu, les HY4 de PSA c’est de l’hybride, le Scenic hybride existe aussi (certes mild hybrid) 😉

pat d pau
Invité

Comparer du mild hybrid en 12v et du full hybrid en 400V… mouais..

Pour le HY4 de PSA je dis bravo au ingés (4km autonomie, batterie NiMh, systeme 300V..)

SGL
Invité

@ pat d pau
Le HY4 de PSA fonctionnait à 70 % en électrique en ville et consomme que dalle sur route et autoroute grâce au HDi.
Pour l’époque, c’était une réussite. 🙂

Neutre
Invité

Sauf que le systéme tombait facilement en panne, c’est d’ailleurs la raison de l’arret de ces HY4..

Kaizer Sauzée
Invité

Heeuuu, comparons ce qui est comparable.
Ce qui a été fait chez nous c’est peanuts face à Toyota qui a le 1er industrialisé l’hybride, au point aujourd’hui d’arrêter le diesel sur la majorité de ses modèles.

Thibaut Emme
Admin

Raah la prochaine fois je mettrais plus de smileys et un gros LOL 😉 :p

Kaizer Sauzée
Invité

Ah, là j’ai été eu…
J’avais pas pigé le joke.
lol !

Thibaut Emme
Admin

Saperlipopette ! J’aurais dû parler de l’avance technologique de Citroën avec le Dynalto… 😉

Bizaro
Invité

Il n’y a qu’un seul premier, mais cela ne veut pas dire que le second, le troisième etc n’ont pas couru la course.

Bizaro
Invité

Étrangement le Renault Kangoo Elect’road est sortit en 2002 il y a déjà 17 ans…
Et actuellement il y a des Kangoo ZE H2 sur nos routes.

Bizaro
Invité
Il faudrait être plus précis, quels sont tes constructeurs? De quels constructeurs es tu propriétaire? Si tu as des constructeurs tu en es un peu responsable. Renault a présenté son premier prototype de véhicule à pile à combustible dès 1994. Et renouvelé l’opération aussi en 2008 avec le ZEV H2. En France Symbio a déjà motorisé plusieurs centaines de véhicules notamment des Renault Kangoo ou Maxity avec des piles à combustible. Et n’oublions pas que le français Air liquide reste le leader mondial de l’hydrogène, jusqu’à ce que les chinois accouchent dont mastodonte bien à eux. En attendant Michelin et… Lire la suite >>
pat d pau
Invité

ahaha… enorme ! donc ici c’est 1000 commentaires anti hydrogene car c’est fait a partir de petrol… ahahaha

SGL
Invité

Sans coup de pouce de l’État : c’est foutu !

nouh
Invité
Si il y a un domaine ou nous ne sommes pas en retard, c’est bien sur la production de l’hydrogène avec Air Liquide partenaire de Toyota par exemple, mais aussi plusieurs Startup dont HySilabs avec sa technique révolutionnaire qui permet de transporter l’hydrogène non plus sous forme de gaz à haute pression mais sous forme de liquide/lourd sans aucun risque. EDF est le nouveau partenaire de cette nouvelle entreprise. Transformer les énergies électriques « vertes », Stocker et Transporter est l’enjeu majeur de notre siècle. La batterie à ses limites surtout ses recharges qui même aujourd’hui ne peuvent pas être rapides et… Lire la suite >>
pat d pau
Invité

« et oui l’hydrogene est un vecteur et pas une energie »

Faut le repeter longtemps et souvent c’est le principe de la pedagogie.

SGL
Invité

@ pat d pau
L’hydrogène pourra servir de « pile » quand on aura « trop » d’EnR…. Actuellement 18 % de mémoire.
Le bilan des voitures fonctionnant avec sera top « du puits à la roue »

SGL
Invité

Mais si l’on développe les EnR et les pompes à hydrogène. 😉

SGL
Invité

Mettre des « -1 » c’est facile … Mais prouver le contraire, il n’y a plus personne ! 😉

SGL
Invité

Comme l’explique bien sur le site Agoravox :
« L’hydrogène apporte à l’électricité la souplesse d’utilisation qui lui fait défaut. En effet, si l’on sait produire de l’électricité de multiples façons, on ne sait pas la stocker efficacement. Les batteries sont coûteuses et n’offrent qu’une autonomie très limitée. L’hydrogène, lui, peut être stocké. Ainsi, avec une réserve d’hydrogène et une pile à combustible, il devient possible de produire de l’électricité n’importe où et n’importe quand, sans être relié au réseau électrique. Grâce à l’hydrogène et à la pile à combustible, électricité et mobilité deviennent plus aisément compatibles. »

wizz
Membre
prouver le contraire? allons y Les ENR (électrique), c’est autour de 18% actuellement. Cela comprend l’hydro-électricité « naturelle » (c’est à dire avec la pluie/neige et non des barrages de stockage remplis par pompage), des éoliennes, des panneaux solaires photovoltaiques ainsi que la biomasse. Soyons fous, mais encore raisonnables : triplons les ENR pour atteindre la moitié, et laissons l’autre moitié au nucléaire https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectricit%C3%A9_en_France#Biomasse -raser des forêts locales et lointaines dans d’autres pays pour alimenter des centrales thermiques françaises, ce n’est pas renouvelable. Pour que ça soit renouvelable, ça sera très localisé, donc on ne peut pas espérer leur boom, pour cette… Lire la suite >>
wpDiscuz