Accueil Assurance S’assurer quand on est résilié par son assurance auto

S’assurer quand on est résilié par son assurance auto

374
0
PARTAGER

Un accident de la vie ou une erreur de conduite et vous voilà résilié. Malgré la tentation très forte, il faut absolument être assuré pour rouler. Pour vous aider, des assurances vous proposent des formules spéciales pour résiliés.

On pense souvent à tort qu’il faut faire une grosse bêtise pour être résilié par son assurance. Mais, certains assureurs n’hésitent pas à résilier des clients ayant subi plusieurs sinistres comme des accidents non responsable, des dégradations ou une catastrophe naturelle. Aussi, on peut donc, bien que n’ayant jamais eu d’accident responsable ni conduite délictueuse être amené à devoir rechercher une assurance pour conducteur résilié.

Evidemment, et malheureusement, il y a des moyens plus « classiques » d’arriver au même résultat. Conduite sous l’emprise de l’alcool, ou de stupéfiants par exemple. Ou bien encore le non paiement de vos traites. Aussi, rouler avec une suspension de permis arrivera à la même conclusion. Une fois la résiliation lancée, vous pouvez vous retrouver face à des assurances qui vous opposent des refus purs et simples. Ou, à des assurances proposant des montants très élevés pour vous décourager et prendre le moins de risque possible.

Les comparateurs d’assurance, un incontournable

Dans la jungle des assurances, vous pouvez vite vous retrouver perdus. Faute de temps et de patience, vous pouvez prendre la première proposition venue, ou pire, tenter le diable en roulant sans assurance ! En France, rouler sans assurance est un délit. En faisant cela, vous risquez une amende de 3 750 euros. Mais, aussi des peines complémentaires : suspension ou annulation du permis, interdiction de le repasser, confiscation du véhicule. Une récidive et l’amende pourra passer à 7 500 euros d’amende et toujours les peines complémentaires.

Plus que cela, rouler sans assurance c’est aller au-devant d’une vie entière à payer en cas d’accident. En effet, déjà, le responsable non assuré d’un accident ne sera pas indemnisé pour ses propres blessures. Mais, surtout le « fonds de garantie des assurances obligatoires » (FGAO) qui indemnisera les victimes de l’accident, se retournera contre le conducteur délictueux. Et cela peut vitre chiffrer s’il y a des blessures sérieuses, voire des handicaps. Auteur d’un accident non assuré, vous pouvez devoir payer toute votre vie et même transmettre la dette à vos héritiers.

Alors, le « jeu » n’en vaut vraiment pas la chandelle. Si vous vous sentez perdus, foncez voir un comparateur d’assurance auto pour résilié. Certains vous permettent de préciser le motif de votre résiliation et ainsi trouver l’assurance idoine. Celle qui vous évitera de vous retrouver à sec et à pied. Pour rappel, selon la loi française, il faut au minimum une responsabilité civile, ou assurance « au tiers ».

Le nombre inquiétant de conducteurs non assurés

Chaque année, le nombre d’accidents avec un conducteur responsable sans assurance est d’environ 28 000, en hausse depuis plusieurs années selon le fond de garantie des assurances obligatoires. Un chiffre inquiétant alors que le nombre d’accidents global est en baisse dans le même temps. Si on se concentre sur les accidents corporels – ceux qui coûtent le plus cher – ce sont 5 500 accidents avec un responsable sans assurance environ. Cela représente 10% des accidents corporels de l’année !

Sur cette base, le fond de garantie estime que les conducteurs non assurés sont entre 370 et 740 000. Une fourchette très large car il est difficile d’extrapoler la part des conducteurs sans assurance. En effet, le comportement d’un conducteur non assuré sera paradoxalement plus enclin à la prise de risque alors que l’on pourrait penser le contraire. Le profil du conducteur non assuré type est un homme de moins de 35 ans, jugeant souvent que la prime d’assurance qu’on lui demande est trop élevée et qu’il vaut mieux rouler sans couverture.

Article avec lien sponsorisé