Accueil Personnalités Décès de Charlie Whiting, directeur de course de la F1

Décès de Charlie Whiting, directeur de course de la F1

1202
16
PARTAGER
Whiting

C’est une figure tutélaire de la F1 qui s’en est brutalement allée jeudi matin à Melbourne, à un jour des premiers essais officiels du grand prix d’Australie. Charlie Whiting, l’emblématique directeur de course de la Formule 1, est décédé d’une embolie pulmonaire à 66 ans. Le monde de la F1 et plus généralement du sport automobile est sous le choc.

Un paddock sonné

L’ampleur des témoignages relayés par les médias et partagés sur les réseaux sociaux souligne à quel point Charlie Whiting était un personnage incontournable de la F1 et combien son décès brutal sème la stupeur.

Des actuels pilotes et patrons d’écurie de la F1 aux anciens comme Montoya, Mark Webber ou Damon Hill, en passant par Mario Andretti, Jean Todt et bien d’autres encore, tous sont abasourdis et émus de cette disparition. Jean Todt, président de la FIA, a déclaré: « C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de Charlie. Charlie Whiting était un grand directeur de course, une figure centrale et inimitable de la Formule 1 qui incarnait l’éthique et l’esprit de ce sport fantastique »

Né le 12 août 1952 à Sevenoaks, au Royaume-Uni, Charlie Whiting a débuté dans le monde de la F1 au sein de l’éphémère et atypique écurie Hesketh, qui avait été fondée par Lord Hesketh. Par la suite, le britannique avait été le chef mécanicien de l’écurie Brabham dans les années 80, quand celle-ci, alors dirigée par Bernie Ecclestone, avait remporté les titres mondiaux avec Nelson Piquet en 1981 et 1983.

Des avancées et des controverses

Très proche du grand manitou de la F1, Whiting avait quitté Brabham en 1988 pour rejoindre la FIA en tant que délégué technique. En 1997, il devient le directeur de course et occupe aussi les casquettes de délégué à la sécurité et de chef du département technique, sans oublier évidemment son rôle de starter officiel des grand prix. Des infrastructures des circuits en passant par la vérification règlementaires des monoplaces et l’application des règles sportives, tout passait par lui. Charlie Whiting a joué un rôle majeur dans le renforcement de la sécurité des circuits, des monoplaces et des pilotes, appuyant fortement l’introduction du HALO à partir de 2018 sur les F1.

Mais il restera aussi associé à plusieurs controverses, dont la plus mémorable avait été le fiasco du grand prix des USA 2005, quand, faute d’accord entre la direction de course et Michelin pour palier le manque de sécurité du à des problèmes de pneumatiques, les équipes fournies par Michelin avaient quitté la piste avant le départ de la course. Plus récemment, il avait été mis en cause avec la FIA lors du dramatique accident de Jules Bianchi au grand prix du Japon 2014 disputé dans des conditions dantesques: le pilote Français avait violemment percuté lors de sa sortie de piste un engin de levage qui évacuait la Sauber d’Adrian Sutil, alors que la voiture de sécurité n’était pas déployée en piste pour ralentir le rythme des pilotes.

La F1 perd brutalement une personnalité majeure de son histoire et un grand homme d’expérience. Leblogauto.com présente ses sincères condoléances à la famille et aux proches de Charlie Whiting.

 

 

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Décès de Charlie Whiting, directeur de course de la F1"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

Je suis désolé pour sa famille. Mais, pour moi, Whiting est et restera celui qui n’a pas mis de drapeau rouge, ou sortie la voiture de sécurité au Japon en 2014 ! Et qui n’a pas appuyé pour faire partir la course 1h plus tôt.
Et qui n’a pas hésité à se dédouaner sur Jules plutôt que d’assumer son énorme faute.

Ca sent la pluie d’hommages faux-cul…Vettel ne lui dira sans doute pas « fuck off Charlie » même si pas mal souhaitait son départ (d’une autre manière évidemment).

Gustave
Invité

pour une fois thibaut je suis d’accord avec toi…
C’est en partie à cause de lui que la f1 a perdu son intérêt en mettant des pénalités « à la tête du client » parce qu’il a osé frôlé une ferrari pour effectuer un dépassement…
En effet, il est totalement responsable de ce qui s’est passé au japon en 2014..

4aplat
Invité

Je n’ai pas spécialement d’opinion sur Charlie Whiting mais je le respecte en tant que directeur de courses.
Comme toute personne qui dois prendre des décisions rapides, il y a des loupés …

Thibaut Emme
Admin
Ah mais qu’il y aie des loupés, oui. Le seul souci, c’est qu’il y avait eu déjà plusieurs avertissements avant ce GP. Brésil 2003 par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=93QKt44OsIU Ce jour là, c’est un miracle s’il n’y a pas de blessé grave ou de mort, parmi les pilotes ou les commissaires de piste. Sur Suzuka 2014, le tyhpon était annoncé. Plusieurs personnes ont demandé que la course soit avancée. Impossible à cause…des télés ! Ok…. Sortie de Sutil, on fait rentrer un engin de chantier pile dans l’axe d’une sortie de piste possible (puisque Sutil s’était sorti…). Ok double drapeau jaune….mais… Lire la suite >>
lataupe2B
Invité

Thibaut je suis d’accord avec toi. La première chose qui me vient à l’esprit c’est ce funeste jour ou J. Bianchi c’est tué. Cela n’aurait jamais dû arriver. Il aurait dû assumer ses responsabilités et quitter la F1

r.burns
Invité

C’est un sport dangereux mettez vous ça dans le crâne !! Il y a des loupés et il y en aura encore mais peut-être que vous préférez les courses de drone hein

Thibaut Emme
Admin

@r.burns : Personne ne dit que ce n’est pas dangereux. Mais quand on fout un engin de chantier à 10 m de la piste on prend un risque inconsidéré !
C’est comme de dire « la cascade c’est dangereux mettez vous ça dans le crâne » et de lancer un mec sans parachute d’un avion….c’est stupide.
Vous connaissez la notion de risques maîtrisés ? Visiblement non.

Et quand « loupé » signifie mort d’un homme et bien on démissionne ! A minima. « Mettez vous ça dans le crâne », si vous pouvez.

lataupe2B
Invité
r.burns ce type soit disant si expérimenté a commis une erreur de jugement en ne stoppant pas la course et en faisant rentrer un engin de chantier même pas adapté au levage d’une voiture. Jules Bianchi n’est pas mort des risques liés à ce sport mais par l’incompétence d’un homme. Enlève cet engin de l’équation et Jules Bianchi serait sans doute encore avec nous. Ce grand prix est un scandale par la façon dont a été traité cette affaire par les hautes instances de la F1 voir de la FIA . Ils ont tous couvert la connerie de « Mossieur » .… Lire la suite >>
lataupe2B
Invité

Tous les pilotes professionnels ou amateurs connaissent le danger de ce sport. Mais ne pas avoir arrêté la course avant d’envoyer un engin pour dégager la voiture plantée c’est criminel. Cette erreur là aurait dû être évitée si il était compétent ou si il avait eu du respect pour les pilotes.

wpDiscuz