Accueil F1 F1 : les conclusions de l’enquête de la FIA sur l’accident de...

F1 : les conclusions de l’enquête de la FIA sur l’accident de Jules Bianchi

148
12
PARTAGER

Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA pour la F1, a donné hier à Sotchi une conférence de presse pour livrer les résultats de l’analyse du déroulement de l’accident dont a été victime Jules Bianchi lors du Grand Prix du Japon la semaine dernière. Il a clarifié un certain nombre de points qui avaient donné lieu à discussion dans le public pendant la semaine.

Sur l’absence de Safety Car : la voiture d’Adrian Sutil étant loin de la piste, il n’a pas été jugé nécessaire de faire intervenir la voiture de sécurité, l’évacuation de l’épave étant signalée par une section étant double drapeaux jaunes selon la procédure standard.

Sur le travail des commissaires et l’utilisation des drapeaux: l’intervention de l’engin de dépannage a été prise par la direction de course, et c’est ce qui a déclenché le changement de simple à double drapeaux jaunes.  Il n’y a pas eu d’initiative spécifique des commissaires ni d’erreur de leur part dans le traitement de l’accident.

Sur le délai de l’entrée en piste du safety car après l’accident du pilote français : les caméras à disposition de la direction de course n’ont pas permis de se rendre compte de l’accident en direct, et l’information remontée depuis le poste des commissaires a mis quelques secondes avant d’être confirmée par les images des caméras de contrôle.

Sur l’utilisation d’une ambulance au lieu de l’hélicoptère : les conditions météo ne permettaient plus à l’hélicoptère de se poser à l’hôpital, mais la FIA autorise la tenue de la course si un hôpital est à moins de 25 minutes du circuit en conditions normales de circulation. Le transfert du centre médical à l’hôpital de Yokkaichi par l’ambulance sous escorte policières a duré 32 minutes.

Sur le comportement des pilotes vis-à-vis de la signalisation durant l’incident : Charlie Whiting indique que la télémétrie de tous les pilotes a été examinée mais n’est pas rentré dans les détails de celle de Jules Bianchi.  “Nous avons examiné la télémétrie de toutes les voitures. Un bon nombre d’entre elles sont passées dans la zone sous doubles drapeaux jaunes. Tout le monde n’a pas ralenti de la même façon. Quelques-uns ont fortement ralenti, d’autres beaucoup moins. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de rentrer dans le détail de savoir de combien il [NDLR Jules Bianchi] a ralenti par rapport aux autres. Il est suffisant de dire que nous avons les données. Il a effectivement ralenti, c’est une question de proportion. Voilà où nous en sommes actuellement. »

Sur les dégâts infligés à la voiture : les premières mesures indiquent que les forces en jeu sont bien supérieures à celles rencontrées durant les tests. Whiting ajoute qu’il pense qu’il sera très difficile de trouver une solution adaptée à ce type d’accident.

Charlie Whiting a également expliqué avoir passé du temps avec les pilotes et proposé de mettre en place une limitation de vitesse imposée sous régime de drapeau jaune : « Une des choses importantes qu’il nous faut retenir ici est qu’il vaut mieux probablement enlever la décision de ralentir aux pilotes. Il est préférable d’avoir un système où il est beaucoup plus clair pour tout le monde de savoir de combien nous pensons que les voitures doivent ralentir dans de pareilles circonstances. C’est ce sur quoi nous travaillons, à commencer par une réunion demain matin [NDLR ce samedi] avec tous les teams pour discuter précisément de cela. Une méthode pour imposer une vitesse limitée. Il y aura un moyen de contrôler la vitesse de façon claire et certaine. »  Il est à noter qu’une réglementation de ce type existe depuis cette saison en endurance, où les pilotes doivent ralentir immédiatement jusqu’à une vitesse similaire à la vitesse dans la pitlane lorsque le régime de drapeaux jaunes sur tout le circuit est mis en oeuvre.

Par ailleurs, l’utilisation des véhicules de dépannage fera l’objet d’une attention renouvelée, et sera faite avec une extrême prudence. Des moyens de protection latéraux pour empêcher l’encastrement sous ces véhicules vont également être examinés.

Source : le blog d’Adam Cooper, The Guardian et divers

 

 

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "F1 : les conclusions de l’enquête de la FIA sur l’accident de Jules Bianchi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Carlos Ghost
Invité

// les caméras à disposition de la direction de course n’ont pas permis de se rendre compte de l’accident //

Ah bon ? Moi qui croyais que les caméras de la FOM couvraient tout le circuit ?

Chataigne
Invité

Bientôt des radars fixes dans les zones à risques sur les circuits ??

Thibaut Emme
Admin
Demander à Whitting un rapport sur la gestion de l’accident par…Whitting est assez déplacé non ? Etre juge et partie. Sinon ils n’ont donc rien appris 🙁 en 2003 Il y a eu une situation similaire (moins rapide heureusement) à Sao Paulo avec Pizzonia venant percuter la voiture de Montoya sorti un peu avant, puis Schumacher venant s’échouer au même endroit à quelques mètres seulement de l’engin de levage et des commissaires. Qu’ils se dédouanent en expliquant que les règles ont été respectées, soit (tous les pilotes ne sont pas du même avis…) mais qu’ils ne prennent pas de mesure… Lire la suite >>
Marco
Invité
Tout à fait d’accord avec vous sur le fait que Whitting est juge et parti dans cette affaire. Je continue de penser que le SC aurait du être déployé dès l’incident de Sutil. Après concernant les mesures envisagées, ils ont tout de même évoqué la « Slow zone », qui pourait être un moyen simple et efficace de ralentir les voitures en cas de « dépanneuse » à l’oeuvre sur une portion du circuit. surement pour 2015. Pour moi le SC ne résout pas tout, et son utilisation n’a jamais suivi une procédure stricte, même au USA ou il est très utilisé. J’au vu… Lire la suite >>
juuhuu
Invité
@Thibault, c’est toujours pareil, tant que t’as pas un carton grave et que tu risques de ramasser plein la gueule, pourquoi changé ! C’est pareil partout !! En revanche : « Tout le monde n’a pas ralenti de la même façon. Quelques-uns ont fortement ralenti, d’autres beaucoup moins. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de rentrer dans le détail de savoir de combien il [NDLR Jules Bianchi] a ralenti par rapport aux autres. Il est suffisant de dire que nous avons les données. Il a effectivement ralenti, c’est une question de proportion. Voilà où nous en sommes actuellement. » Quel discours… Lire la suite >>
François
Invité

En gros et pour résumer : circulez, il n’y a rien à voir. Encore un effort et la FIA nous expliquera que Jules Bianchi est allé s’encastrer volontairement contre la grue.

Accessoirement, la question de savoir s’il est très intelligent de maintenir un GP quand un typhon s’abat sur la piste n’a pas été abordée.

Jibou
Invité

Sur la vidéo amateur de l’accident, on voit bien le drapeau vert agité, sur le haut de l’image, bien avant le choc.
Si quelqu’un peut m’expliquer dans quel cas des drapeaux verts sont agités sous drapeau jaune, je suis preneur.
Et si c’est normal, c’est déjà la première chose à changer.

Jibou
Invité

Ok. Merci. Donc les pilotes savent où sont les postes et le début des zones. Après, est ce que les zones sont judicieusement placée et est ce que la visibilité était suffisante pour que le pilote interprète correctement les drapeaux?

wpDiscuz