Accueil VW Bilan 2018 : Volkswagen

Bilan 2018 : Volkswagen

1704
20
PARTAGER
VW_bilan_2018

Le groupe Volkswagen a vu ses ventes croître de 0,9% mondialement pour atteindre 10,83 millions d’unités. Un total qui masque des disparités fortes entre les zones mondiales.

C’est un record historique pour VW avec ces plus de 10,8 millions de ventes en 2018. Selon VW, toutes les marques automobiles du groupe participent à cette hausse.

« Même si battre de nouveaux records n’est plus notre but premier, nous sommes heureux de ce grand résultat. Spécialement sur le second semestre, les choses n’ont pas été simples pour nous en 2018. Il a été possible de battre le record de ventes pour le groupe grâce à une combinaison entre les produits exceptionnels et le haut niveau de confiance de nos clients.

Compte tenu de l’évolution géopolitique instable, nous ferons face à un vent contraire tout aussi fort en 2019. À mon avis, le groupe Volkswagen est bien placé pour relever les défis à venir. Nous envisageons l’avenir avec optimisme ».

Dr. Christian Dahlheim, patron des ventes du groupe Volkswagen

Russie, Brésil et Europe de l’est, relais de croissance pour le groupe VW

Dans le détail, en Europe, le groupe VW croît de 1,2% par rapport à 2017 avec 4,38 millions de véhicules. La galaxie VAG peut remercier la Russie (+19,8%) et l’Europe de l’est. En Europe de l’ouest, VW réussit à vendre le même volume environ, malgré un passage au WLTP pour le moins compliqué et des effets du dieselgate qui visiblement n’empêchent pas VW de vendre ses voitures, même en Allemagne.

En Amérique du nord, le groupe VW vend 2% de moins par rapport à 2017. Le Mexique tire le bilan vers le bas avec -15,6% quand les USA augmentent de 2,1% et le Canada de 3,7%. L’Amérique du sud est source de forte croissance pour VAG avec +13,1% pour 590 000 véhicules sur l’année 2018. Le Brésil avec ses 401 700 véhicules est LE marché pour cette zone. Il compense les -22,4% de l’Argentine plongée dans un marasme économique.

L’Asie-Pacifique affiche des ventes de 4,55 millions de véhicules (+0,9%) avec surtout la Chine. Sur ce marché devenu essentiel pour le groupe VW, ce sont 4,2 millions de ventes (+0,5%). A 180 000 unités seulement de l’Europe. Europe+Chine font 8,6 millions de ventes sur les 10,83 millions mondiaux. Essentiels.

Ventes par marché Jan.-Dec. 2018 Jan.-Dec. 2017 Change (%)
Europe 4 380 700 4 328 500 +1.2
Europe de l’ouest 3 583 500 3 583 900 0.0
Allemagne 1 284 800 1 286 500 -0.1
Europe centrale et de l’est 797 200 744 700 +7.1
Russie 229 800 191 800 +19.8
Amérique du nord 956 700 976 400 -2.0
USA 638 300 625 100 +2.1
Amérique du sud 590 000 521 600 +13.1
Brésil 401 700 308 000 +30.4
Asie-Pacifique 4 546 300 4 505 800 +0.9
Chine (avec Hong-Kong) 4 207 100 4 184 200 +0.5
Monde 10 834 000 10 741 500 +0.9

Audi en panne ?

Dans la répartition par marques, VW se taille la part du lion avec 6,24 millions d’unités vendues en 2018. Seat est la marque qui progresse le plus avec +10,5%. Mais, le volume reste marginal avec 517 600 unités soit 5% du groupe. Skôda a une croissance de +4,4%. A noter que Porsche dépasse les 250 000 ventes avec 256 300 unités précisément. Audi est la seule marque en baisse. Avec -3,5% et un volume significatif de 1,81 million de véhicules, la marque aux anneaux pèse sur le bilan global. Sans Audi la croissance globale serait de 1,8% contre 0,9%.

Bentley n’est pas présent dans ce tableau mais les ventes d’un peu plus de 10 000 unités sont « anecdotiques ». Elles devraient être présentées dans le bilan financier du groupe.

Ventes par marque Jan.-Dec. 2018 Jan.-Dec. 2017 Change (%)
Volkswagen voitures de particulier 6 244 900 6 230 300 +0.2
Audi 1 812 500 1 878 100 -3.5
ŠKODA 1 253 700 1 200 500 +4.4
SEAT 517 600 468 400 +10.5
Porsche 256 300 246 400 +4.0
Volkswagen VUL 499 700 497 900 +0.4
MAN 136 500 114 100 +19.6
Scania 96 500 90 800 +6.3
Volkswagen Group (total) 10 834 000 10 741 500 +0.9

L’avis de Leblogauto.com

Le groupe Volkswagen continue d’être dans le trio de tête mondial. La croissance ne vient plus de l’Europe de l’ouest ou de Chine mais ces deux zones économiques restent essentielles pour les volumes totaux. Russie, Brésil et Europe de l’est permettent à VW d’afficher un bilan mondial positif.

Dr. Christian Dahlheim a raison quand il dit que la confiance des clients est haute. Une confiance que l’on pourrait qualifier d’aveugle avec le dieselgate qui semble derrière, en tout cas en terme d’image (sauf peut-être pour Audi ?). Sans oublier le passage chaotique au WLTP. Mais les clients ont-ils conscience de tout cela ?

Comme d’autres constructeurs, pour relancer la croissance en Europe de l’ouest et en Chine, VW compte sur l’électrification de sa gamme. Audi et Porsche devraient être les fers de lance de l’électrique avant une « déferlante » promise mais toujours conceptuelle.

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Bilan 2018 : Volkswagen"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Navigator84
Invité

La Chine est encore un marché de croissance pour Audi par exemple. La marque a connu un excellent mois de décembre, qui a vu le marché global baissé de 13% ….

SAM
Invité

@Navigator84. Mais Q7 et Q5 si aimés en première génération ne sont pas à la hauteur … si bien que Mercedes avec son GLC a tué le Q5!

lataupe2B
Invité

Donc il faut être tricheur menteur pollueur pour augmenter ses ventes .

Verslefutur
Invité

Oui et on a inventé le matraquage publicitaire pour faire croire aux gens qu’ils ont besoin d’un produit.
Volkswagen sait comment utiliser la publicité et influencer les plus crédules: « Il est temps d’être vous-même »(source T-roc)
Des formes insipides, des problèmes de fiabilité, des tricheries et des scandales, rien n’y changera. A part pour Audi, les acheteurs ont peut-être marre de se faire tondre et payer chères de simples VW améliorées:-)

So chaud
Invité

Ba non. Cf. PSA

Invité

Regarde Apple, regarde free, regarde ventes-privées […]

Maximus
Invité
J’ai une collègue qui possède une Golf Diesel, et qui à ce titre, comme des centaines de milliers d’heureux clients, a dû porter sa voiture au garage pour la faire « reprogrammer », suite à une sinistre affaire de normes anti-pollution … Et qui suite à cette intervention a connu une défaillance de sa vanne EGR, ce qui l’a conduit à tomber en panne en rase campagne. Croyez-vous qu’après ces mésaventures elle nourrisse quelques griefs à l’encontre de cette entreprise à la moralité douteuse, et qui a mis sa sécurité en danger ? Eh bien que néni !! Elle applique à la… Lire la suite >>
So chaud
Invité

Je peux comprendre que l’on raisonne comme ça.

J’ai plus de facilité à croire en une marque qui à les moyens, qui s’est déjà faite épingler, et qui à un réseau dense.

D’autant que l’effet est presque similaire à la bourse : les gens font confiance, les ventes continuent, la valeur résiduelle ne s’effrite pas.

Je ne pense ps que seul l’aspect publicitaire puisse être en compte.

Invité

C’est sur que pour faire oublier leurs déboires (à répétition) aux CONsommateurs, rien ne vaut de multiples campagnes de marketing forcées comme seul VAG sait les faire.

Admin
Je ne comprend pas cet argument que l’on voit régulièrement, surtout à propos de Volkswagen, qui est en substance « les voitures sont nulles et ce sont des menteurs mais ils vendent quand même à cause de la publicité ». « Campagne de marketing forcée » dites-vous. On entend souvent la même chose avec Apple, dans un autre registre. Pardon, mais c’est un peu paresseux comme raisonnement. Si vous travaillez dans le marketing et que vous justifiez devant vos donneurs d’ordre un insuccès en disant « Ce n’est pas ma faute, les concurrents ont un produit moins bon mais ils font plus de pub et… Lire la suite >>
Invité
Justement, Apple, j’en parles ici, avec d’autres marques. Concernant VW, il ne faut pas non plus oublier un autre facteur qui « booste » les ventes : les ristournes. VW n’en n’a jamais autant fait que depuis le dieselgate. De toute évidence, ils ont choisit d’oublier les marges pour assurer les volumes pour ensuite dire que « vous voyez, malgré tous les scandales qui nous touchent, on continue de bien vendre » (d’où la fameuse suite de campagnes publicitaires « On peut douter de tout, sauf de sa Volkswagen »). Je connais au moins deux personnes qui voulaient changer leur VW pour une autre marque du… Lire la suite >>
Admin

Merci. Voilà qui est déjà plus intéressant comme explication, d’autant que l’on connaît la difficulté de VW à dégager des marges par rapport à d’autres constructeurs. C’est une stratégie risquée. Il est toujours facile d’habituer ses clients à toujours plus de remise, mais pour remonter la pente ensuite il faut de nouveaux et sérieux arguments…

Pouchkine
Invité

Huummm, Peugeot me propose 18% sur un 3008 GTline vs 15% sur un Tiguan Carat. Moteur/boite équipement équivalent.

Jc juncker
Invité

Y a pas 3500€ de remise sur l achat d un 3008? On voit la pub tourner en bouclé à la télé depuis 15j ?

Maximus
Invité

La comparaison avec Apple est pertinente, car dans les deux cas, la stratégie marketing consiste à suggérer au client que l’acquisition du produit fera entrer le client dans un cercle fermé, et ainsi faire partie d’une certaine « élite ». C’est pour cette raison que ceux qui sont rentrés dans cette logique ont bien du mal à reconnaître que leur produit n’est pas aussi infaillible que la pub le laissait entendre. Car au final c’est leur petit ego qui est contrarié … Voilà ce qui a sans doute tendance à agacer chez les propriétaires d’Audi, VW, et aussi Apple.

bzep
Invité

Pour l’heure je ferais davantage confiance à un VW qu’à Apple, pour ce dernier le problème de l’obsolescence programmée risque de leur coûter cher.

bzep
Invité

Pour moi qui suis renaultiste dans l’âme, je ne peux qu’applaudir ce groupe et sa richesse de gamme. Quand on pense à ce que vient de traverser VW aux States et combien ça lui à coûté; ces résultats n’en sont que plus brillant. Je suis content et heureux pour tous les fans de VW. Bravo.

wpDiscuz