Accueil Justice Affaire Ghosn : le conseil d’administration de Renault ne le démet pas...

Affaire Ghosn : le conseil d’administration de Renault ne le démet pas de ses fonctions

1321
29
PARTAGER
Saikawa_Ghosn
Hiroto Saikawa - Carlos Ghosn

La mise en garde-à-vue de Carlos Ghosn au Japon entraîne des réactions en chaîne. Dans l’impossibilité manifeste de tenir son rôle au sein du Groupe Renault, Carlos Ghosn n’a pas été démis de ses fonctions par le Conseil d’Administration réuni dans l’urgence.

En revanche, ce même conseil a nommé une direction temporaire. Comme pressenti ces dernières heures, l’homme de confiance de l’état français (administrateur référent), Philippe Lagayette a été nommé Président par intérim du groupe Renault. Une présidence non exécutive donc.

 

De son côté, Thierry Bolloré, Directeur Général Adjoint est nommé temporairement Mandataire Social. C’est lui qui gérera les affaires courantes en attendant d’en savoir plus sur les développements de l’affaire Ghosn au Japon. Bruno Le Maire, Ministre de l’économie, a pour sa part indiqué que le gouvernement respectait la présomption d’innocence. Ajoutant qu’à date, le fisc français n’avait rien à reprocher à Carlos Ghosn.

Toutefois, si l’affaire devait se développer au Japon, le Conseil pourrait se réunir de nouveau et démettre officiellement Ghosn de ses fonctions. Les conseils d’administration de Nissan et de Mitsubishi doivent se réunir jeudi. Il est annoncé qu’ils devraient se séparer de l’emblématique patron franco-libano-brésilien. Il faut savoir que le système japonais est un peu comparable au système américain. La garde-à-vue peut durer jusqu’à 23 jours, ce qui laisse le temps au procureur de décider s’il poursuit ou non la personne. Les procureurs ne poursuivant que lorsqu’ils sont convaincus de gagner, le système affiche des taux de condamnation proche de 100%.

La fin du seul homme fort à la tête de l’Alliance

Toute cette agitation n’est pas bonne du tout pour l’Alliance et les deux groupes, Renault et Nissan. Après une première journée à près de -4%, l’action Nissan a plongé de près de 7% aujourd’hui. Idem pour Mitsubishi. De son côté, l’action Renault a surtout plongé hier (décalage horaire oblige) avec -8,43% tandis qu’aujourd’hui la baisse a été contenue à 1,19%.

D’autres volets devraient s’ouvrir suite à l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon. En effet, certaines sources qui veulent garder l’anonymat, indiquent qu’il y aurait eu des malversations au niveau de Renault-Nissan BV, le holding de droit néerlandais qui chapeaute l’Alliance. De quoi faire tanguer un peu plus le bateau Renault-Nissan-Mitsubishi.

Du côté japonais, on réaffirme vouloir le bien de l’Alliance, importante pour ses plus de 5 milliards d’euros de synergies (et 10 à terme selon le plan Drive the Future 2017-2022). Toutefois, le vizir, Saikawa, qui se voit déjà calife à la place du calife, a indiqué qu’il faudrait revoir les équilibres au sein de l’alliance.

« A propos de problèmes structurels, 43 pourcents sont détenus par Renault et la direction de Renault est à l’heure actuelle à la tête de Nissan. Bien entendu, ce n’est pas la seule raison, mais c’est l’un des facteurs. Le conseil…devra se pencher à fond sur ce problème aussi ». Le conseil d’administration de Nissan promet d’être « la fête à Carlos Ghosn » et sans doute le début de la fin de la structure qu’il a patiemment mise en place.

Illustration : Nissan/Renault

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "Affaire Ghosn : le conseil d’administration de Renault ne le démet pas de ses fonctions"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zeboss
Invité

ceux qui parlent d’un coup à peine fourré des japonais au sein de l’alliance, n’y sont peut être pas totalement étrangers…

Megane
Invité

Il Semble qu’il y a un mot en trop dans le titre.

Gautier Bottet
Editor

En effet, merci c’est corrigé.

SAM
Invité

C’est Louis Schweitzer « qui a mis en place ». Arrêtez avec la formule de l’homme providentiel ( ce sont les équipes qui portent les marques du groupe )…. wait and see … emballement médiatique sur la suite … Nissan est dans le flou le plus total et fortement impacté par cette nouvelle et très sanctionné en bourse.

Invité

d’un autre côté, cela ne serait que justice : c’est quand même Nissan qui a lancé la boule puante en remerciement pour service rendu envers l’Homme qui les a sauvés, juste parce qu’ils ne voulaient pas que Renault prenne le contrôle de Nissan !!!!!!!!!!!

SAM
Invité
Nisan est sous le coût d’une instruction judiciaire au Japon. Les malversations de Carlos se sont faites avec des complicités et la loi du silence. L’enquête a été lancée après une dénonciation en interne! M Saikawa essaie de circonscrire les « méfaits » à un seul homme ou groupe d’individus pour que le staff Nisan ne soit pas poursuivi (c’est à dire pour que lui ne soit pas viser par l’enquête). Après avec sa courte vue « japonaise » a-t-il l’étoffe pour diriger un groupe d’envergure mondiale? Si Renault n’a pas limogé Carlos c’est que ce dernier connaît le mieux les faiblesses de gouvernance… Lire la suite >>
lym
Invité
Le « Iznogoud » de l’histoire semble en effet un peu pressé! Même au Japon, malgré leur nationalisme notoire, cela doit quand même se voir un peu… Surtout avec des faits qui auraient duré entre 2011 et 2015. J’ai également un peu de mal à voir l’intérêt du coupable: Occupé comme il est, il ne doit même pas avoir le temps de dépenser une infime fraction de ce qu’il gagne! Probable que ce n’est même pas lui qui gère le magot (et son « optimisation fiscale »), d’ailleurs: Facile dans ces conditions de glisser une peau de banane au « dos argenté »… qui aurait pu… Lire la suite >>
greg
Invité

« Les malversations de Carlos ».
Tu veux dire « les malversations supposées » non?
Ou alors tu as des éléments inédits te permettant d´être aussi affirmatif?
Il y a beaucoup de zones d´ombres et d´étrangetés dans cette affaire.
L´un des éléments les plus curieux est la survenance de ce scandale pile au moment où Carlos préparait une fusion intégrale avec un si>ège basé en Europe, une déclaration de guerre au Japon.

SAM
Invité

@geg @lym.

Alors ils semblerait qu’il a été mail conseillé sur son optimisation fiscale. Attendons de voire ce que va en dire la justice japonaise car oui la présomption d’innocence s’applique.

greg
Invité

Sinon cette décision signifie simplement que Renault n´est pour le Moment pas convaincu des propos de Nissan, c´est une marque de confiance vis-à-vis de Ghosn.
Ils ont demandé à Nissan de leur fournir tous les éléments en leur Possession sur les malversations supposées.

wpDiscuz