Accueil Editorial Le modèle Tesla deviendra-t-il un jour opérationnel ?

Le modèle Tesla deviendra-t-il un jour opérationnel ?

4178
22
PARTAGER
Tesla Model X (2018)

Déchainant les passions dès que ce nom est prononcé, Tesla ne laisse définitivement personne indifférent. Entreprise de génie qui révolutionnera le monde pour les uns, à escroquerie monumentale pour les autres. Mené par le célébrissime Elon Musk, Tesla a de quoi surprendre, que ce soit ou non de manière positive. Après la dernière annonce d’une rentabilité sur le dernier semestre 2018 , combinée à l’arrêt temporaire de la production de son Model 3, il est temps  de nuancer les visions concernant le constructeur de la Silicon Valley et d’apporter des éléments sur ce que sera la fin de cette histoire.

Une initiative excellente

Lors de sa création en 2003, l’initiative avait de quoi réjouir plus d’une personne. Elon Musk, businessman reconnu pour avoir lancé PayPal, annonce vouloir révolutionner l’industrie automobile en proposant des véhicules 100% électriques en liant sa marque à l’un des génies de son époque Nikola Tesla.

Le cheminement de production et de développement semblait en lui même assez intéressant et plutôt logique. Proposer dans un premier temps des gammes de véhicules haut de gamme à très forte valeur. C’est ce que l’on a pu constater lors des sorties du Roadster, du Model S et encore du Model X. Des véhicules n’étant pas à porté de la première bourse. Une production plutôt « artisanale » avec un volume assez faible pour une entreprise cherchant à révolutionner le monde peut semblait ironique. Néanmoins, c’était surement loin d’être idiot, en prenant cet angle là, il était possible de travailler plus longuement sur les batteries  afin de proposer une autonomie de plus en plus longue. Sur ce point, les modèles de la marque proposent une des autonomies les plus longues sur le marché. Le Model S malgré son prix devenant le modèle électrique le plus vendu au monde.

Le Model 3, modèle de consécration

En présentant le Model 3 courant 2016, Musk propose une solution pour « Monsieur tout le monde », celui qui souhaite conduire une voiture électrique, au tarif des berlines essence ou diesel que l’on trouve à ce moment là sur le marché. Annonce qui attire à la fois, les acheteurs et les investisseurs. Après plus de dix années de perte, Musk apporte sur un plateau, ce qui sera l’enrichissement de l’entreprise, par le modèle produit en masse.

Les précommandes dépassent toutes les attentes, un coup absolument remarquable, il ne reste qu’à valider l’essai.

La production de série, pas si simple finalement

C’est là que le bat blesse, associer son dernier né avec rentabilité n’est pas une mince chose à faire, et passer d’un modèle de production « artisanal’ avec un modèle plus « industriel » ne se fait pas en un claquement de doigts et cela a probablement été sous estimé. De nombreux éléments pour réduire les coûts et avoir la cadence souhaitée n’ont pas été rempli, reste à déterminer s’ils y parviendront.

Musk et ses équipes n’ont eu qu’a demander pour avoir accès à de nombreux fonds, c’est d’ailleurs ce qui a permis à la structure américaine de tenir pendant plus de dix ans sans aucun bénéfices.  Vouloir révolutionner le monde, c’est bien, mais dans une économie capitaliste qui pense profit, ce genre de modèle n’est pas fait pour durer ad vitam eternam. Il va falloir penser économie d’échelles !

Une société qui repose sur le charisme d’un seul homme

Elon Musk, homme aux projets de plus en plus fous, qui cherche à révolutionner le monde, tient la barque de Tesla depuis sa création. Capable de soulever les foules par ses annonces, quelque soit l’industrie, c’est un homme pour qui la communication n’a plus de secrets. Propulser avec ses fusées dans l’espace une de ses voitures, il faudrait être fou pour y penser. Lui l’a fait.

C’est d’ailleurs sa capacité à vendre son projet qui lui a permis de collecter autant de fonds, il est d’ailleurs fort probable qu’il ait encore recourt à ce style de financement pour industrialiser son processus de production et enfin remplir l’objectif fixé.

Il est tout de même incroyable qu’une marque ne vendant qu’une centaine de milliers de véhicules ait une valorisation boursière plus importante que Ford, géant centenaire produisant près de six millions de modèles. Le capitalisme ne repose-t-il plus sur les résultats? Mais uniquement sur sa capacité à communiquer?

Tesla = nouvel Enron ?

Il y a beaucoup de choses à dire sur la bourse et son fonctionnement, la volatilité des actifs et la capacité du marché à réagir principalement aux annonces. Néanmoins contrairement à Enron il y a presque vingt ans, Tesla repose sur une technologie existante qui a pu faire ses preuves, les batteries à la plus longue autonomie du marché, le développement d’une autonomie du véhicule que l’on a aperçu sur le Model S, les super-chargeurs. Ces éléments apportent un caractère raisonné à un investissement.

Tesla deviendra-t-il totalement opérationnel?

Aujourd’hui, Tesla repose sur sa capacité à avoir développé sa propre gamme de véhicules. Néanmoins, cela ne sera un réussite que lorsque ce dernier sera entièrement opérationnel et surtout rentable. Mais surtout sur la capacité à communiquer de son créateur et non sur ces résultats chiffrés.

Les promesses et les géniaux coups de communication ne protègeront pas Elon Musk indéfiniment, tout investisseur veut voir un retour sur investissement. Même si les marchés sont cléments, ils ne seront pas indéfiniment aveugles.

Tesla peut réussir son pari initial, du moins apporter une plus-value importante au développement d’une alternative au moteur à combustion. Néanmoins cela passera par la maitrise d’un modèle « de l’ancien monde », un modèle qui fut proposé par un certain Henry Ford à l’époque.

 

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Le modèle Tesla deviendra-t-il un jour opérationnel ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AlphaSyrius
Invité
Ce qui m’a toujours frappe chez Elon Musk, c’est sa capacite a nous faire croire en lui et ses projets. Quand on l’ecoute, il est loin d’etre impressionant : beaucoup d’hesitations dans ses conferences et dans ses interviews, je dirai meme laborieux. Tesla, mais aussi la boring company, SpaceX, il sait parler aux nouvelles generations, il sait parler aux Geek avec les noms donnes a ses creations. Il evrait passer pour un geek justement qui essaie de grandir dans l »industrie. Et pourtant, c’est un visionnaire, un excellent leader, et il a reussi a secouer le bon vieux monde de l’automobile… Lire la suite >>
Rhasebe Aarmana
Invité

Trés bon article bien résumé. Elon Musk est un homme d’affaires brillant et ses entreprises ont toutes des contenus technologiques importants. Seulement voilà… il a parié sur la production de masse et ce n’est pas aussi facile que cela. Il y arrivera peut être… ou pas… tout dependra des créanciers et actionnaires….

zaza
Invité

La concurrence aura mis du temps mais elle arrive !
Et avec des produits très abouties. Rien que dans le groupe vw, Porsche Audi pour le hdg, vw pour le cadre moyen.
On annonce 400/500 km en cycle wltp pour le prix d’une golf diesel

Jujupok
Invité

…on annonce en effet beaucoup chez vw, mais on ne sort toujours rien près de 6 ans après la mise sur les route des model S, et aucun réseau de charge…
Tesla au moins a des produits aboutis et de quoi les recharger.
Musk a le temps de produire ses model 3 !

Franckche
Invité

Un Q8 à 80 000€, ça ne laisse pas augurer d’une id à 40 000€ 🤔

Bernard louys
Invité

Oui…on annonce…..annonce…annonce….

devos
Invité
Je pense que produire des modeles moins haut de gamme fut une erreur strategique. 1) Les plus grosses marges se font sur le haut de gamme, la rentabilité de Porsche et des marques premiums le prouvent. 2) La production de masse implique de lourds investissement, longs à rentabiliser.Et particulierement lorsque le produit implique une innovation technologique majeure. Je suis par contre persuadé que l’aventure Tesla se serait deja terminee dans un contexte financier « normal », avec des taux d »intérêts »normaux » c’est à dire qui rémunère le risque pris à sa juste valeur.Depuis 2008, les banques centrales inondant les marchés de liquidités, les… Lire la suite >>
greg
Invité

Un commentaire:l´article donne le Sentiment que c´est Musk qui a créé Tesla.
Or je voudrais rappeler qu´en 2003, les fondateurs étaient Martin Eberhard et Marc Tarpenning, Musk est entré ensuite dans la société en 2004 en apportant des capitaux, a vampirisé les médias et a poussé Dehors en 2007 et 2008 les fondateurs historiques.
Il faudrait peut être rendre justice aux bonnes personnes…

wpDiscuz