Accueil Droit routier L’examen des VTC est trop dur. Vraiment ?

L’examen des VTC est trop dur. Vraiment ?

7613
36
PARTAGER

C’est en tout cas ce qu’estiment certains professionnels du secteur. Pour autant faut-il le rendre plus simple ?

Le secteur recrute fortement depuis plusieurs mois. Mais, depuis la loi Grandguillaume de décembre 2016, les chauffeurs de VTC ou LOTI (Loi d’orientation des transports intérieurs) ont une obligation de passer (et réussir) un examen plutôt coriace. Deux phases, une théorie et une pratique. La phase théorique est composée de 7 épreuves. Et les sujets sont divers.

Que ce soit VTC ou LOTI, il y a 5 épreuves communes : réglementation, gestion, sécurité routière, langues française et anglaise. En plus, chaque profession a deux épreuves spécifiques de réglementations et de gestion. Les examens sont organisés par les chambres des métiers et de l’artisanat. Et selon les chiffres de mai à décembre 2017, il en ressort que seuls 14% des candidats ont réussi l’examen.

Résultat, les plateformes de mise en relation et sociétés de VTC ont du mal à recruter. Et elles demandent un assouplissement de l’examen. « On a un niveau de sélectivité digne de l’ENA pour un métier d’ascenseur social ! » selon de Marcel, plateforme de réservation de voitures avec chauffeurs privés VTC en Île-de-France.

Des notions de gestion pour conduire une voiture ?

L’ENA ? A vous de juger. Certains QCM sont disponibles pour juger du niveau demandé. Bien entendu, on pourrait croire que seule une épreuve sur le code la route, et une épreuve de conduite de 20 minutes (comme actuellement pour la partie pratique) sont suffisantes pour faire un bon chauffeur VTC.

Pour autant, savoir parler français et anglais est évidemment indispensable pour comprendre et se faire comprendre de ses clients. De plus, les chauffeurs ne sont pas de simples salariés mais, très souvent, des entrepreneurs/artisans. Des connaissances en gestion sont indispensables pour ne pas se retrouver en très peu de temps avec des dettes ou des pénalités pour mauvaise déclaration.

Selon les chiffres du journal Le Monde, la mise en place de l’examen aurait « supprimé » (au moins temporairement) 5000 chauffeurs VTC ou LOTI. Certains chauffeurs de longue date, obligé de passer l’examen, ont échoué. Preuve peut-être qu’au contraire, pour avoir une crédibilité, les VTC se doivent d’avoir un examen sélectif. Et si, pour trouver plus de chauffeurs, les plateformes offraient de meilleures rétributions ?

Illustration : Leblogauto.com

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "L’examen des VTC est trop dur. Vraiment ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Franck Richard
Invité

C est exactement le même examen que pour les taxis on appel cela le  » tronc commun  »
J ai passé cette examen en début d année pour devenir taxis j ai eu 16 de moyenne, examen très facile.
Après faut avoir des connaissances et bosser ses cours c est tout…

Christian Elanor
Invité
C’est vrai que c’est le même examen pour les taxis mais les notions demandées vont bien au delà de ce qui est nécessaire pour ce métier (vtc et taxi confondus). Connaître les articles de loi quasiment par coeur et disserter sur « l’honorabilité du métier » nécessitent au moins un niveau bac ce qui rejette beaucoup de potentiels chauffeurs qui feraient parfaitement leur travail. Ce métier se prive de talents et c’est dommage non seulement pour l’economie française mais aussi pour ces personnes qui, faute d’études adéquates (on ne choisi pas toujours son destin), se voient pénalisées une fois de plus et… Lire la suite >>
Martinez
Invité
Avez vous déjà passé un examen de votre vie hormis le brevet des collèges ? Prenez connaissance des QCM du tronc commun taxi/vtc avant de juger de la difficulté de cet examen ! Sachez que le métier de taxi est un service public et ne doit pas être pratiqué par n’importe qui tout comme le Vtc. Question honorabilité il y avait du laisser aller dans le Vtc/loti ( braqueur, violeur, terroriste…) biensur les sources de ses faits divers sont sur le net et relayer par des grands journaux. Question code de la route c’est important d’y revenir pour la sécurité… Lire la suite >>
Xavier
Invité

J’ai passé l’examen en 2017 et je l’ai réussi avec 16,5 de moyenne générale et désolé mais je n’ai pas mon baccalauréat, par contre j’ai suivi une formation ou j’ai été present et j’ai écouté les cours comme un adulte responsable.

Eric Jean Matz Nouvet
Invité

Vous avez raison pour résoudre le chômage brandons tous les métiers, tous les examens . finalement c’est cela l’égalité à la française : l’incompétence à votre service !
L’économie Française va surement se porter mieux !

jorod
Invité

N’oubliez pas que l’examen taxi se poursuit par un examen de conduite en présence d’un représentant du ministère de l’intérieur! ! A quand la même chose poue les VTC?

Yaxi
Invité

C’est le cas… Examen pratique en présence d’un examinateurs de permis de conduire + un représentant de la Chambre de Commerce et de l’Industrie

Yaxi
Invité

Oui pardon, chambre de métiers de l’artisanat

Thomas
Invité

Tous ce mérite en plus il pourront faire hubert ministre, Hubert député….

Escoffier
Invité
1- Que les plateformes n’embauchent personne. 2- Que l’on ne s’improvise pas chauffeur 3- Que devenir chef d’entreprise s’apprend. 4- Que l’activité de chauffeur privé est un métier 5- Quil y a un travail de fond afin de se créér une clientèle comme dans toutes activités de commerce ou d’artisanat 6- Que l’on ne peut travailler en toute sécurité en cumulant les heures jour-nuit 7- Que les plates-formes ne créent pas d’emplois mais qu’elles le vendent 8- Que l’on ne choisit pas ce métier parce que l’on a rien trouvé d’autre 9- Qu’avec 200 € de CA par jour on… Lire la suite >>
Philippe
Invité

C’est très bien dit👍🏿Pas d’autres commentaires ! Merci

Paul
Invité

A quand ce même type d’examen pour les maires et les ministres ?

Christian Elanor
Invité

Bdbd

Gaudfroy
Invité

Pour devenir artisan taxi l examen est le même et il y a 74%de réussite 😊😊😊

wpDiscuz