Accueil Ecologie Toyota et Chubu Electric Power s’associent pour recycler les batteries

Toyota et Chubu Electric Power s’associent pour recycler les batteries

622
15
PARTAGER
Toyota_Chubu_Electric_Power_NiMH

En fait, l’accord signé il y a quelques jours, va plus loin que le simple recyclage. Il s’agit de plus rationaliser l’usage des batteries électriques.

Le principal grief contre les véhicules électriques ou « électrifiés » (hybrides) à batteries lithium-ion ou nickel-hydrure métallique (NiMH), est que les batteries sont « coûteuses » en terme environnemental à produire et qu’on ne les exploite pas à fond. En effet, elles ont une durée de vie supérieure à celle du véhicule dans lequel elles sont implantées. Mais, la perte de capacité empêche de les réutiliser dans un nouveau véhicule. Ce qui rajoute à la facture environnementale.

Complémentaires des EnR

Sauf que, il y a un domaine où ces batteries usées peuvent être très utiles encore. Les EnR ou Energies Renouvelables. Car, ces EnR ont une fâcheuse tendance à être « intermittentes ». Que ce soit le photovoltaïque, l’éolien, l’hydrolien, le pic de production est souvent déphasé avec le pic de consommation. Donc, on produit plus propre, mais, pour personne.

Le but de Chubu Electric Power et Toyota est déjà connu et lancé par d’autres acteurs (Renault-Nissan entre autres). C’est de prendre une batterie usagée d’un véhicule, et de la mettre en batterie stationnaire. Cette batterie ne sert plus à mouvoir un véhicule, mais à stocker de l’énergie quand il n’y a pas de demande, et la restituer quand il y a de la demande. Ainsi le surplus des EnR n’est plus gaspillé et on évite de relancer des centrales thermiques ou nucléaires plus polluantes.

Ces batteries stationnaires peuvent également tamponner le réseau électrique et éviter les variations de tension. A la sortie d’une centrale d’EnR, cela permet aussi de lisser les fluctuations de production inhérentes aux EnR (variations de vent, de luminosité, de courant marin, etc.).

Pour le moment, cette utilisation après première vie est prévue pour être lancée en test cette année par les deux associés. En 2020, ils prévoient d’avoir une puissance installée de 10 000 kW en batteries « tampon ». Dans un premier temps ce seront les NiMH qui seront utilisées, toutefois, les Li-ion (moins anciennes chez Toyota) sont prévues sur la feuille de route (pour 2030 environ).

Un autre projet Toyota annoncé il y a plus de 6 mois, consiste à utiliser des batteries usées en stationnaire pour produire un hydrogène « propre ». Ainsi les véhicules à pile à combustible sont là encore plus « verts » qu’avec un hydrogène produit à partir d’énergie fossile.

A quand le recyclage ?

Mais, le deuxième volet de l’accord entre Toyota et Chubu Electric Power, tient dans le recyclage des batteries qui ont finit d’être utiles, même dans cette deuxième vie. Pour le moment, c’est évidemment au stade encore plus embryonnaire car la matière première (les batteries) est encore trop rare pour lancer le processus.

Sur le papier, on arrive à un cercle vertueux. Les batteries en fin de 1ère vie sont collectées pour servir de batteries stationnaires. On peut donc stocker des EnR ou lisser les pics de tension. L’énergie stockée (théoriquement plus propre) est alors utilisée dans une usine de recyclage de ces mêmes batteries en fin de vie. On recycle métaux rares et autres produits pour refaire…des batteries.

Ainsi les batteries de seconde génération seront – sur le papier pour le moment rappelons le – moins coûteuses écologiquement parlant. De quoi (enfin) reverdir un peu le tableau des véhicules électriques ou électrifiés.

Sauf que, tout ceci c’est pour dans bien des années. Tant que les batteries à recycler ne sont pas suffisamment nombreuses, tous les montages, tous les 98 ou 99% de taux de recyclage ne seront que théoriques.

Illustration : Toyota/Chubu Electric Power – modifiée par leblogauto

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Toyota et Chubu Electric Power s’associent pour recycler les batteries"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Bah, voilà, avec le nombre croissant, les choses (vertueuses) se mettent en place progressivement… Mais fallait bien commencer.

Woof
Invité

Encore une fois, les japonnais nous donne l’exemple… mais nous européens allons mettre plusieurs années pour faire pareil…
Pendant ce temps, les constructeurs allemands testent et essaient d’étouffer l’affaire des monkeygate :/

Admin

Il faut considérer également que les Prius 3, qui ont été la première génération à représenter des volumes de vente très importants au Japon, commencent à arriver en fin de vie. Toyota se retrouve donc avec une montagne de batteries sur les bras à recycler. C’est une incitation importante pour ce type de projet. Ce qui n’enlève rien à son utilité d’ailleurs.

Verslefutur
Invité

« Il faut considérer également que les Prius 3, qui ont été la première génération à représenter des volumes de vente très importants au Japon, commencent à arriver en fin de vie »
Une Prius lancée en 2009, en fin de vie à 8 ans ???
Perso, je pense qu’une voiture est en fin de vie à partir de 20 ans (surtout une Toyota)

wizz
Membre
http://www.avem.fr/actualite-toyota-annonce-avoir-vendu-plus-de-2-millions-de-prius-dans-le-monde-1819.html 2004-2008, ce sont presque 300.000 Prius (et comme la Prius n’est pas la seule hybride que Toyota vend au Japon, alors ça ferait encore plus de véhicules hybrides en circulation) Dans cette période, c’est autour de 50.000 Prius par an, d’autant de batteries (plus les autres hybrides) Aujourd’hui, le timing est bon pour commencer une filière de recyclage de batterie à grande échelle, économiquement rentable avec « une ressource en quantité suffisante, et croissante » Toyota aurait monté cette filière 10 ans plus tôt, cela aurait été bien plus délicat, avec à peine quelques milliers de Prius par an à recycler… Lire la suite >>
Pedro5
Invité

je ne comprends pas pourquoi on se prend la tete pour ca. Il suffit de prendre d’immense cargo a fond creux et d’aller en plein milieu du sud de l’ocean indien, la ou la premiere terre est a des milliers de km… Et tout vider discretement… ca se fait deja il suffit juste de le dire clairement.

SGL
Invité

Comme jadis les déchets nucléaires ou des munitions, bien que là, les déchets risquent (heureusement) par avoir de la valeur au fil du temps.

SGL
Invité

Oui exact, j’avais oublié…
C’est vrai qu’aussi qu’en Mer du Japon et mer d’Okhotsk (Océan Pacifique) les Russes font du chantage avec les Japonais pour qu’ils leur donnent de l’argent pour pouvoir retraiter leurs vieux sous-marins nucléaires sur île de Sakhaline pour éviter de « pourrir » les zones de pêche du Japon depuis plus de 20 ans.

Verslefutur
Invité

« elles ont une durée de vie supérieure à celle du véhicule dans lequel elles sont implantées »
Une batterie est donnée pour quelle durée de vie et quel kilométrage?

wpDiscuz