Accueil Actualités Entreprise Uber : Kalanick nomme de nouveaux membres au conseil, tensions en vue ?

Uber : Kalanick nomme de nouveaux membres au conseil, tensions en vue ?

374
0
PARTAGER

Il y a des remous chez Uber. Travis Kalanick, l’ancien dirigeant de la société qui avait écarté en juin dernier suite à plusieurs scandales, a nommé vendredi deux nouveaux membres au conseil d’administration. Il s’agit de Ursula Burns et de John Thain. Cette décision est certes tout à fait conforme aux droits dont dispose Travis Kalanick mais  pourrait créer à de nouveaux de vives tensions à la tête du groupe. L’information d’abord relayée par Wall Street Journal et le site d’information Recode a été confirmée par la suite par l’entreprise elle-même.

Dans un communiqué, Uber a tenu à préciser que ces nominations « constituent une surprise complète pour Uber et son conseil. » Ajoutant que pour cette raison, la société travaillait à mettre en place « une gouvernance de très grande qualité ». L’objectif étant de s’assurer que soit bâtie « une entreprise dont chaque employé et chaque actionnaire est fier ».

L’ancien PDG d’Uber, lui même demeuré au sein du conseil,  a su s’entourer de deux pointures. Ursula Burns était jusqu’à encore récemment à la tête de Xerox, John Thain, qui fut notamment PDG de Merrill Lynch, a également dirigé la Bourse de New York (NYSE). Rien que cela …

 Vers une regain de tensions entre Kalanick et Benchmark Capital ?

Reste avant tout qu’en agissant de la sorte, Travis Kalanick taquine en quelque sorte – pour en pas dire plus – Benchmark Capital. Cet important investisseur du groupe conteste justement à l’ancien dirigeant de Uber le droit de nommer des membres au conseil. Il estime en effet que ce dernier souhaite garder le contrôle sur le groupe, impression qui pourrait être très proche de la vérité …

Pour rappel, Travis Kalanick a été poussé à la démission en juin dernier par des actionnaires puissants. Ces derniers le considèrent responsable des nombreuses controverses qui ont terni l’image du groupe, lequel accumule parallèlement les pertes financières. Benchmark Capital Partners a ainsi déposé plainte contre lui, l’accusant d’avoir voulu manipuler la direction pour revenir à son poste.

Les tensions qui semblaient s’être quelque peu apaisées depuis la nomination fin août de Dara Khosrowshahi à la tête de la société pourraient repartir de plus belle. A moins que la sagesse … et la finance ne reprennent le dessus ?

La Bourse de New-York comme objectif commun  ?

Car si une des deux nouvelles recrues, John Thain, est un ancien dirigeant de la place boursière de New-York, fin août dernier le nouveau PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, a évoqué une entrée en Bourse du groupe dans 18 à 36 mois.

« M. Khosrowshahi a fixé un délai de 18 à 36 mois pour une entrée en Bourse, tout en indiquant qu’il ne s’agissait pas d’une date limite ferme », écrivait alors le Wall Street Journal, citant une source présente à la rencontre entre le nouveau patron et les salariés du groupe.

L’éventualité d’une entrée en Bourse de la plus grosse start-up non cotée du monde a toujours suscité beaucoup de spéculations. Toutefois, lorsqu’il était interrogé sur un calendrier potentiel, Travis Kalanick répondait souvent  qu’il souhaitait que cela ait lieu « le plus tard possible ». Affaire à suivre ….

Sources : AFP, Le Monde, WSJ

Crédit Illustration : Uber

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz