Accueil Actualités Entreprise Renault partenaire de start-up en Corée du Sud pour travailler sur la...

Renault partenaire de start-up en Corée du Sud pour travailler sur la mobilité

585
6
PARTAGER

Les menaces de Donald Trump à l’encontre de la Corée du Nord ne semblent pas inquiéter plus que cela Renault. Le constructeur vient en effet de signer un partenariat avec une association de la Corée – certes du Sud – mais néanmoins proche de la « cible » du milliardaire président. Objectif : collaborer avec des start-up du secteur de la mobilité afin de concevoir les véhicules de nouvelle génération. Information communiquée lundi par Renault Samsung Motors Corp.

Le constructeur a ainsi a signé un protocole d’entente avec K-ICT Born2Global Centre, organisation dépendante du ministère de la Science et des TIC dont la mission est soutenir les start-up. Cet accord permettra d’établir un bureau « open innovation » en Corée du Sud en novembre prochain.

Le choix de la Corée du Sud pour tester de nouvelles technologies avant lancement sur le marché international est motivé selon Renault par le fait que le pays enregistre un fort volume de ventes dans son secteur automobile par rapport à sa population et « des technologies et un environnement de l’information avancés ».

Selon un des cadres de l’entreprise s’exprimant à ce sujet, le protocole d’entente offrira à Renault l’opportunité de découvrir des entreprises prometteuses avec qui travailler, tout en les soutenant pour qu’elles puissent accéder au marché étranger.

Le communiqué rappelle par ailleurs que le groupe a ouvert des bureaux «open innovation» dans la Silicon Valley, à Paris et à Tel Aviv. L’Open Innovation Lab israélien a été installé au cœur de la Porter School of Environmental Studies, célèbre University de technologie de Tel-Aviv. Son ambition est de promouvoir le véhicule électrique et de favoriser la créativité autour de la mobilité de demain.

Sources : Renault, Yonhap
Crédit Photo : Renault

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Renault partenaire de start-up en Corée du Sud pour travailler sur la mobilité"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zemik
Invité

il y en aura besoin après le passage du cyclone Trump

Gilles
Invité

Que vient faire Donald Trump dans cet article ? La Corée du Sud n’a rien de commun avec la Corée du Nord. On peut même dire que ce sont des « frères ennemis » depuis la partition du pays en 1954.
Il y a bien longtemps que Renault est implanté là-bas par le biais notamment de Samsung et compte tenu de l’avance technologique de ce pays dans le domaine de l’électronique, la démarche de Renault est tout à fait logique.

Thibaut Emme
Admin

Si Trump attaque le Nord, le Sud sera impacté non ? Je pense que c’est le sens.

Gilles
Invité

… et le Japon qui, lui aussi, est « proche de la cible ». Cela ne doit pas, à mon avis, empêcher Renault de passer des accords avec des starts-up qu’elles soient américaines, coréennes voire même israéliennes, comme précisé dans l’article.
De prime abord, j’avais compris, tel que l’article est rédigé, que Renault avait passé des accords avec une entreprise nord-coréenne ce qui aurait justifié l’émoi de la rédactrice de l’article.

wpDiscuz