Accueil Fiat L’usine de Fiat en Serbie à l’arrêt suite à une grève massive

L’usine de Fiat en Serbie à l’arrêt suite à une grève massive

259
4
PARTAGER

Les mouvements de grève au sein de l’industrie automobile de l’Europe de l’Est prendraient-ils de l’ampleur  vers les Balkans ? Si la grève des salariés de l’usine VW de Slovaquie est désormais terminée, ces derniers ayant eu gain de cause, c’est au tour des ouvriers l’usine de Fiat de Kragujevac en Serbie de démarrer un mouvement social.

Plus de 1 000 employés du site ont entamé en effet mardi une grève générale, mécontents de leurs salaires et des conditions de travail. L’usine est totalement à l’arrêt, même si parmi les les 2 400 salariés, ceux employés dans l’administration ne suivent pas le mouvement. Le service de presse de la compagnie Fiat Serbie s’est refusé à tout commentaire pour le moment malgré la demande de la presse.

Les ouvriers exigent que leur salaire mensuel, qui s’élève en moyenne à 300 euros, passe à 370 euros, a précisé un responsable syndical local. Ils réclament également le remplacement des salariés en congé de maternité ou en congé maladie prolongé, contrairement à ce qui est le cas actuellement, une situation qui pèse sur les charges de travail. « La compagnie marche plus que bien, mon impression est que la direction voudrait des ouvriers travaillant gratuitement », a dénoncé le syndicaliste.

Pour rappel, en juin 2016, Fiat avait annoncé une réduction des effectifs du site de Kragujevac, prévoyant la suppression d’un tiers de l’effectif, qui était alors de 3 000 personnes. Étaient alors notamment en cause les mauvais chiffres du monospace 500L dont la production avait été lancée sur le site durant l’été 2012. A l’époque certains analystes avaient fait part de risques de surcapacité de production par rapport aux volumes vendus. En septembre 2014, la production avait été était mise au ralenti afin d’adapter les stocks à la demande.

La suppression d’une des trois équipes en charge de la production du monospace avait été annoncée l’année dernière faute de ventes suffisantes. Les chiffres compilés par l’organisme Jato Dynamics faisaient alors état de quelques 23 000 unités vendues au premier trimestre 2016, en chute de 16 % (par rapport à la période identique de 2015). Les médias serbes indiquaient alors que cette réorganisation entrerait en vigueur en septembre 2016, l’usine produisant alors 645 Fiat 500L par jour. Le constructeur avait néanmoins assuré que la demande était stable et que la réorganisation n’influencerait pas ses activités en termes de production.

Pour rappel, Fiat est installée depuis 1953 en Serbie (alors intégrée au sein de la Yougoslavie), en collaboration avec le groupe Zastava. Partenaire historique de l’industrie automobile yougoslave, Fiat est revenu à Kragujevac en avril 2012. Il aura toutefois fallu trois ans de travail intense pour réhabiliter l’usine de Serbie centrale, et la rendre opérationnelle pour le démarrage de la production de la Fiat 500L. Pour atteindre cet objectif, l’entreprise turinoise a investi à partir de 2010 plus d’1 milliard d’euros et fourni plus d’un million d’heures de formation aux employés, créant ainsi une  nouvelle culture industrielle dans le pays. La capacité de production de l’usine, qui s’étend sur 1,4 millions de m2, permet la réalisation de 200 000 voitures par an.

Le groupe possède 67% des parts de l’usine, le gouvernement serbe en détenant 33%. Selon la banque nationale serbe, durant les quatre premiers mois de 2017, Fiat Serbie se rangeait parmi les principaux exportateurs du pays avec un chiffre d’affaires de 382,2 millions d’euros. L’entité représente 3% du PIB du pays, selon l’institut national des statistiques.

Sources : AFP, Fiat, Sabiana

Crédit Photo : Fiat

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "L’usine de Fiat en Serbie à l’arrêt suite à une grève massive"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
robert
Invité

Tiens ,combien gagne un ouvrier chinois dans le même secteur d’activité.

zafira500
Invité

@robert
Les salaires en Chine tendent à augmenter, il existe même une classe moyenne là-bas. Ce n’est pas forcément vrai en Serbie.

Momo
Invité

Un ouvrier qualifié en Chine ça va plutôt chercher dans les 500 euros mensuels. 300 euros c’est plutôt un salaire de serveur.

wpDiscuz