Accueil Actualités Entreprise FCA : Marchionne confiant quant à l’impact d’un dieselgate sur les objectifs 2018

FCA : Marchionne confiant quant à l’impact d’un dieselgate sur les objectifs 2018

163
18
PARTAGER

FCA est optimiste sur les conséquences d’un dieselgate pour son entreprise. Son patron, Sergio Marchionne vient ainsi d’indiquer qu’il ne s’attendait pas à ce que la plainte déposée  en mai dernier aux Etats-Unis  par le département américain de la Justice ait un impact sur ses objectifs de 2018.

Le constructeur a été accusé en janvier 2017 par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) d’avoir utilisé  sur le sol américain, un logiciel de manipulation des tests d’émissions polluantes. La vente de 104.000 véhicules diesel est concernée, des pick-up Ram 1500 et Jeep Grand Cherokee produits aux Etats-Unis entre 2014 et 2016. De lourdes amendes pourraient lui être imposées. Le groupe, et plus particulièrement FCA US, sa filiale américaine, encourt des pénalités civiles allant jusqu’à 4,6 milliards de dollars. Selon des échanges de mails datés de janvier et publiés vendredi à la demande des autorités, l’EPA a indiqué à FCA dès novembre 2015 qu’elle soupçonnait au moins une partie de ses véhicules de disposer d’un « dispositif de manipulation ».

En vue de calmer le jeu – voire de baisser la facture et de pouvoir poursuivre ses ventes – Fiat a proposé de revoir ses logiciels et d’utiliser la version modifiée pour remettre aux normes les nombreux véhicules impactés. S’exprimant en marge d’une manifestation à Venise, Sergio Marchionne a dit s’attendre à ce que les autorités US donnent leur feu vert beaucoup plus tôt que prévus sur le dossier et non pas dans plusieurs mois comme il en était question jusqu’à présent. Le patron de Fiat a néanmoins précisé que si lorsque la proposition de mise à jour du logiciel avait été faite, son groupe était prêt à faire la modification immédiatement, sa mise en œuvre dépend désormais de la justice US. Il a par ailleurs tenu à préciser que les discussions étaient loin d’être rompues, et que le groupe estimait détenir une solution viable.

Cet optimisme tranche cependant avec les déclarations faites par un avocat du ministère de la Justice des Etats-Unis la semaine dernière, indiquant que des semaines voire des mois pourraient s’avérer nécessaires avant que les régulateurs décident d’approuver ou pas cette solution. Un délai qui pourrait être mine de rien pris en compte par Sergio Marchionne, lorsqu’il précise que le groupe n’a fait aucune provision pour d’éventuelles amendes. Selon lui, un tel impact est « impossible à estimer ». Au moins pour 2017 ?  Il a ainsi ajouté que le deuxième trimestre du groupe serait conforme aux attentes, confirmant les objectifs pour l’ensemble de l’année.

A noter qu’une partie du plan d’activité 2018, centré sur la refonte des marques Jeep, Maserati et Alfa Romeo a pour principal objectif d’effacer la totalité de la dette du groupe et à accumuler au moins quatre milliards d’euros de trésorerie d’ici a fin de l’année. Rappelons à cet égard qu’en 2014, Sergio Marchionne avait détaillé un plan de relance mondial de 55 milliards d’euros sur cinq ans.

En janvier dernier, les marchés boursiers s’interrogeaient d’ores et déjà sur la surface financière du groupe. Ils s’inquiètent en effet de l’impact que pourrait avoir un scandale de type dieselgate sur FCA, d’autant plus que ce dernier pèse plus de deux fois moins que Volkswagen au niveau financier. A comparer à la somme de plus de 20 milliards d’euros réclamés au groupe allemand suite au scandale des logiciels fraudeurs. Le tout sur le seul territoire des Etats-Unis, avec 600.000 véhicules impactées.

Si les multiples tentatives d’alliance qu’a mené FCA n’ont pas abouti jusqu’à présent, Sergio Marchionne a néanmoins tenu à souligner qu’une fusion pour FCA était « incontournable à terme » pour que l’entreprise puisse rester dans la course. « La seule façon d’y arriver est de jouer sur l’effet de masse, il n’y a pas d’autre solution », a-t-il déclaré.

Sources : AFP, FCA, La Tribune, Le Monde

Crédit Photo : FCA

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "FCA : Marchionne confiant quant à l’impact d’un dieselgate sur les objectifs 2018"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
wizz
Membre

1948, Toyota, c’était ça
https://www.leblogauto.com/2007/05/toyota-1948.html

Aujourd’hui, Toyota n’est plus à présenter, puisque tout le monde sait ce que ça vaut (à part Hibernatus). Et pourtant, Toyota n’avait besoin de fusionner avec personne pour en arriver là. C’est à force de travail, d’amélioration, de sacrifice (tant chez les ouvriers que dirigeants), d’investissement (ex: les hybrides) et peu à peu, Toyota est parvenu au sommet du secteur de l’automobile, tant en bénéfice qu’en taille critique (nombre de véhicules vendus).

zafira500
Invité

N’oublies pas que Toyota, comme tout constructeur japonais, a pratiqué au départ la vente à perte – pratique illégale – et a un marché intérieur ultra-fermé. De plus, Toyota a noué des partenariats dont il a aussi profité (GM, VW,…) et a d’autres marques dans son groupe (Daihatsu, Hino, Subaru et Lexus).

zafira500
Invité

Remplacer « au départ » par « pendant longtemps ».

koko
Invité

Ils ont même un partenariat avec PSA il me semble 😉

zafira500
Invité

En effet, les petites 107/108, C1, Aygo. Et bientôt un pick-up. Merci pour ce rappel, koko.

Thomas
Invité

Et aussi les utilitaires compacts, qui ont donné naissance au Toyota ProAce 😉

wizz
Membre

faut pas confondre entre un partenariat ponctuel et une fusion permanente…

seb
Invité

La seule chose dont Marchionne soit confiant ( et conscient ) c’est que pour qu’FCA vende son image , il est obligé de mettre en permanence Jeep et Dodge sur le devant de la scène à tel point qu’il se fout complètement ( et à raison ) de Fiat / Alfa Romeo tant le niveau de ventes mondial est ridicule et peu représentatif pour son groupe ! 😀

zafira500
Invité

Oui, sauf que l’actu parle aussi d’Alfa Romeo (Giulia, Stelvio) et Fiat (Tipo, Argo,…). Quand à Dodge, réservé au marché U.S., il faudra que tu me dises ou il en parle constamment.

zafira500
Invité

Et j’oubliais : Ah la légendaire mauvaise foi paganienne. 🙂

seb
Invité

Ah ? On en parle encore de la Giulia et de la Tipo ? J’te rappel qu’elles sont sorti depuis belle lurette et que la hype autour du nouveau modele est descendu , les derniers articles parlant de la Giulia sont la pour afficher publiquement ses mauvais résultats de ventes … x’)

zafira500
Invité

2015 pour les deux. Oui, oui, depuis belles lurettes. T’as une drôle de notion de lurette, toi.

denis
Invité

Seb, ta rancoeur envers fca est maladive et destructrice pour toi même , j’aimerais que tu nous disent d’où elle te vient afin de te comprendre et éventuelement t’aider.
Vu tes excès il est souvent stérile de parler avec toi par contre si tu t’ouvrais se serait surement plus intéressant.

zafira500
Invité

@denis
Je préfère qu’il reste refermé sur lui même, il n’y a pas grand chose à voir dans son for intérieur. Le trollage est sa raison de vivre, tant qu’on parle de lui ça lui va, quitte à pousser la stupidité vers ses limites.

Invité

Sergio le clown qui est toujours optimiste, il était aussi sur les ventes de la Giulia avec un objectif de 75 000/100 000 ventes par an résultat on apprend qu’ils en ont vendu 19 000 en 1 an lol.

zafira500
Invité

@Alessandro Corsa
C’est vrai que sur les ventes de la Giulia, Sergio a été un poil optimiste.
Juste en aparté Alessandro, j’ai pu constater que tu dénigres beaucoup les productions italiennes. N’y aurait-il pas comme un paradoxe quand on voit que ton pseudo est… italien (mais je te rassure, tu n’es pas le seul à le faire)? 😉

wizz
Membre

dénigrer la production de voitures italiennes, des voitures de FCA….ou dénigrer le type qui gère ce groupe, pour avoir pris des décisions pas toujours bonnes?

zafira500
Invité

Les deux. 😉
Bien que dans le cas de Marchionne, j’abonderais plutôt dans son sens.

wpDiscuz