Accueil Nouvelles technologies Le programme de conduite autonome d’Uber pourrait être stoppé

Le programme de conduite autonome d’Uber pourrait être stoppé

106
0
PARTAGER

Un juge fédéral pourrait stopper le programme de voiture à conduite autonome d’Uber si l’un de ses responsables refuse de continuer à témoigner par peur de poursuites criminelles dans le cadre de l’affaire Waymo/Uber.

Waymo, la filiale de conduite autonome de Google, a porté plainte le mois dernier contre le service de VTC et le responsable du programme de conduite autonome, Anthony Levandowski, pour vol de documents confidentiels. S’il n’est pas accusé directement par Waymo, Anthony Levandowski est la figure centrale du dossier. Waymo aurait découvert qu’il avait dérobé 14 000 dossiers confidentiels concernant les capteurs laser LiDAR de Waymo avant son départ pour fonder sa start-up Otto. Cette dernière avait été acquise par Uber.

Waymo a notamment demandé une ordonnance restrictive visant à suspendre le programme de développement de conduite autonome d’Uber. Lors d’une première audience à portes fermées, l’avocat d’Uber a annoncé que Levandowski invoque le cinquième amendement de la constitution américaine pour ne pas témoigner. Le cinquième amendement qui garantit la sécurité juridique empêche d’une part d’être jugé deux fois pour le même crime, et d’autre part qu’une personne ait à témoigner contre elle-même. Ce dernier cas serait invoqué par Anthony Levandowski qui craint d’être poursuivi pour des raisons criminelles.

Levandowski serait toutefois prêt à témoigner dans le cas d’un arbitrage ce que demande aussi Uber. L’arbitrage permet de régler un litige par une juridiction arbitrale privée à l’abri du public. Par ailleurs, l’avocat d’Uber a également précisé que nombre de ces documents étaient en possession de l’ex-employé de Google et non d’Uber. L’objectif d’Uber serait de convaincre le juge que la start-up n’aurait pas eu accès à ces 14 000 documents confidentiels et qu’aucun n’a été utilisé dans le cadre du programme de conduite autonome.

L’invocation du cinquième amendement aurait passablement agacé le juge en charge du dossier, William Alsup. Il aurait déclaré que malgré la difficulté à statuer sur l’ordonnance restrictive devant le refus d’Anthony Levandowski de témoigner, il n’hésiterait pas à en délivrer une… Et stopper le programme de conduite autonome d’Uber.

 

Source : Reuters

Source photo : Uber

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz