Accueil Endurance WEC 2016 – 2 : Audi survit à l’hécatombe à Spa

WEC 2016 – 2 : Audi survit à l’hécatombe à Spa

90
8
PARTAGER

Les six heures de Spa Francorchamps ont été la course de WEC la plus folle depuis longtemps. C’est l’Audi no8 qui s’impose après être passée au travers des incidents et problèmes qui ont touché la quasi-totalité des prototypes d’usine.

Qualifications

Spa est l’occasion pour les participants de valider leur package aérodynamique pour les 24 Heures du Mans. C’est ce qu’ont fait Porsche et Audi, mais Toyota est resté avec une configuration à fort appui et, surprise, les voitures japonaises se sont retrouvées beaucoup plus dans le rythme que sur le circuit anglais. Si les Porsche ont assuré la première ligne une fois de plus, la no1 devant la no2, les Toyota et les Audi se sont retrouvées intercalées, avec la TS050 no6 devant l’Audi no8 en seconde ligne et la no5 devant la no7 en troisième ligne, l’équipage de l’Audi victorieuse avant d’être déclassée à Silverstone se plaignant du trafic durant les tours de qualifications.

Spa_WEC_2

En LMP2, comme d’habitude les écarts étaient serrés et l’Oreca-Nissan G Drive Racing no26 faisait le meilleur temps avec moins d’une demi-seconde d’avance sur l’Alpine-Nissan Signatech no36, elle même d’un souffle devant l’Oreca-Nissan Manor no45.

Les Ferrari 488 GTE AF Corse ont dominé les qualifications du GTE Pro, la no71 devant la no51, et l’Aston Martin no97 a contenu a grand peine les Ford GT qui se rapprochent des meilleurs. En GTE Am, l’Aston Martin no98 a devancé la Ferrari 458 no83.

Course

Après un départ conforme à l’habitude, les deux Porsche prenaient le large suivies par l’Audi no8 de Lucas di Grassi, alors que Benoît Tréluyer sur l’autre Audi avait toutes les peines du monde à contenir des Toyota très en verve grâce à un bon choix de pneus. Le premier coup de théâtre ne tardait pas puisqu’au sixième tour la Porsche no2 baissait soudainement de rythme. Les ingénieurs de Porsche diagnostiquaient avec la télémétrie un système hybride hors service, et la 919 désormais poussive dégringolait dans le classement… Second incident, la Toyota no6 de Mike Conway éperonnait une BR-01 et écopait d’une pénalité, avant d’abandonner un peu plus tard sur problème électronique.

Tout n’était pas noir cependant pour Toyota puisque Sébastien Buemi sur la no5, doublant les relais avec ses pneus, fondait sur la tête et prenait le commandement. La Porsche no1 elle crevait une première fois, puis une seconde alors que l’Audi no7 passait quinze minutes au garage pour changer de fond plat endommagé sur un vibreur ! Alors que l’on n’était pas à la mi-course, que de rebondissements pour les LMP1-H… Et ça continuait ! La Porsche no1, malade de ses tours sur trois roues après à sa double crevaison, devait changer sa boîte de vitesses et restait un long moment au stand. En tête, la situation était relativement stable avec la Toyota no5 devant l’Audi no8, alors que les malheurs de l’Audi no7 continuaient quand Marcel Fässler percutait une LMP2 à son tour et devait rentrer à nouveau au stand pour changer l’avant.

Alors que l’on entamait la quatrième heure, la Toyota de tête s’ornait d’un panache de fumée blanche, signe de problème moteur rédhibitoire, et ouvrait la voie pour la rescapée, l’Audi no8 qui reliait finalement l’arrivée en tête. En seconde position, la Porsche no2 qui avait tourné sans son système hybride durant toute la course, devant la Rebellion no13 qui signe son second podium en autant de courses. Toyota remettait in extremis la Toyota no5 au moteur HS en piste pour un dernier tour en mode purement électrique afin d’être classé et de récupérer quelques points, mais se voyait pénaliser pour non-respect du temps de conduite minimum pour Kazuki Nakajima. Quand ça veut pas… L’équipage de la Porsche no2, avec un podium inespéré, consolide son avance au championnat.

Spa_WEC_3

En LMP2, si les voitures ont été plus fiables qu’en LMP1, la course n’a pas été de tout repos non plus avec une somptueuse bataille entre les Alpine, les Oreca Manor, et les Ligier Tequila Patron et Morand Racing. Après avoir mené la seconde partie de l’épreuve, l’Alpine no36 se faisait sortir par l’Audi no7 et ne devait qu’au talent de Nicolas Lapierre de récupérer le commandement à quelques encablures de l’arrivée face à la Ligier Tequila Patron no31, elle-même sous la menace de l’Oreca Manor no45 et la Ligier Morand Racing no43. Les quatre premières LMP2 terminent en moins de 10 secondes !

La course fut plus limpide en LM GTE Pro, largement dominée par les deux Ferrari 488 GTE officielles qui survolent la discipline en ce début de saison et pourraient se voir ramener dans le peloton par une balance de performance d’ici Le Mans. Mais la catégorie n’échappait pas aux rebondissements puisque la no51, qui avait mené l’épreuve tout du long, devait abandonner moteur cassé à deux tours de la fin. C’est la seconde Ferrari no71 qui récupérait la victoire devant la Ford GT no67 qui devance l’Aston Martin no97. L’autre Ford GT a été éliminée, détruite dans un crash impressionnant en haut du raidillon, sans conséquences majeures heureusement pour Stefan Mücke à son volant.

Spa_WEC_4

Le LM GTE Am a été le terrain d’une belle bataille entre l’Aston Martin  no98 et la Ferrari « bretonne » no83, la course tournant finalement à l’avantage de la voiture britannique.

Après une telle course haletante comme rarement, on ne sait trop que penser quant aux 24 heures du Mans. Manifestement les constructeurs en LMP1 flirtent avec la limite de la technologie cette année, et aucune hiérarchie claire en performance ne s’est dégagée à Spa, Toyota revenant dans le jeu de façon inattendue après sa prestation en retrait de Silverstone. Le dilemme est cornélien pour tout le monde : pousser les feux pour prendre l’avantage ou garder une marge et risquer de se voir distancer ? Et pendant ce temps les Rebellion sont là pour récupérer les pots cassés… Vivement juin !

Crédit images : Audi, Porsche, Ferrari

Pos Cat Driver Car T Laps Total Time Gap
1 8 LMP1 Lucas DI GRASSI, Loïc DUVAL, Oliver JARVIS Audi R18 M 160 6:00’32.112
2 2 LMP1 Romain DUMAS, Neel JANI, Marc LIEB Porsche 919 Hybrid M 158 6:00’54.770 2 Laps
3 13 LMP1 Mathéo TUSCHER, Dominik KRAIHAMER, Alexandre IMPERATORI Rebellion R-One – AER D 156 6:01’05.018 4 Laps
4 12 LMP1 Nicolas PROST, Nelson PIQUET JR, Nick HEIDFELD Rebellion R-One – AER D 155 6:01’31.523 5 Laps
5 7 LMP1 Marcel FÄSSLER, André LOTTERER, Benoît TRÉLUYER Audi R18 M 155 6:01’37.733 5 Laps
6 4 LMP1 Simon TRUMMER, Oliver WEBB, James ROSSITER CLM P1/01 – AER D 151 6:01’29.131 9 Laps
7 36 LMP2 Gustavo MENEZES, Nicolas LAPIERRE, Stéphane RICHELMI Alpine A460 – Nissan D 151 6:02’07.889 9 Laps
8 31 LMP2 Ryan DALZIEL, Luis Felipe DERANI, Christopher CUMMING LIGIER JS P2 – Nissan D 151 6:02’11.468 9 Laps
9 45 LMP2 Matthew RAO, Richard BRADLEY, Roberto MERHI Oreca 05 – Nissan D 151 6:02’12.958 9 Laps
10 43 LMP2 Ricardo GONZALEZ, Filipe ALBUQUERQUE, Bruno SENNA LIGIER JS P2 – Nissan D 151 6:02’13.353 9 Laps
11 26 LMP2 Roman RUSINOV, Nathanaël BERTHON, René RAST Oreca 05 – Nissan D 150 6:01’56.635 10 Laps
12 38 LMP2 Simon DOLAN, Giedo VAN DER GARDE, Jake DENNIS Gibson 015S – Nissan D 148 6:02’26.430 12 Laps
13 30 LMP2 Scott SHARP, Ed BROWN, Johannes VAN OVERBEEK LIGIER JS P2 – Nissan D 146 6:01’01.652 14 Laps
14 71 LMGTE Pro Davide RIGON, Sam BIRD, Ferrari 488 GTE M 145 6:02’44.667 15 Laps
15 44 LMP2 Tor GRAVES, Will STEVENS, James JAKES Oreca 05 – Nissan D 144 6:02’14.704 16 Laps
16 67 LMGTE Pro Marino FRANCHITTI, Andy PRIAULX, Harry TINCKNELL Ford GT M 144 6:02’45.331 16 Laps
17 97 LMGTE Pro Richie STANAWAY, Fernando REES, Jonathan ADAM Aston Martin Vantage V8 D 144 6:02’47.164 16 Laps
18 77 LMGTE Pro Richard LIETZ, Michael CHRISTENSEN, Porsche 911 RSR (2016) M 142 6:01’08.585 18 Laps
19 98 LMGTE Am Paul DALLA LANA, Pedro LAMY, Mathias LAUDA Aston Martin Vantage V8 D 140 6:00’52.343 20 Laps
20 83 LMGTE Am François PERRODO, Emmanuel COLLARD, Rui AGUAS Ferrari F458 Italia M 139 6:00’34.035 21 Laps
21 50 LMGTE Am Yutaka YAMAGISHI, Pierre RAGUES, Paolo RUBERTI Chevrolet Corvette C7-Z06 M 139 6:01’07.670 21 Laps
22 78 LMGTE Am Christian RIED, Wolf HENZLER, Joël CAMATHIAS Porsche 911 RSR M 139 6:01’07.831 21 Laps
23 86 LMGTE Am Michael WAINWRIGHT, Adam CARROLL, Ben BARKER Porsche 911 RSR M 138 6:02’10.095 22 Laps
24 37 LMP2 Vitaly PETROV, Kirill LADYGIN, Victor SHAYTAR BR01 – Nissan D 136 6:00’57.083 24 Laps
25 88 LMGTE Am Khaled AL QUBAISI, David HEINEMEIER HANSSON, Patrick LONG Porsche 911 RSR M 136 6:01’28.729 24 Laps
26 5 LMP1 Anthony DAVIDSON, Sébastien BUEMI, Kazuki NAKAJIMA Toyota TS050 – Hybrid M 114 6:06’21.258 46 Laps
27 1 LMP1 Timo BERNHARD, Mark WEBBER, Brendon HARTLEY Porsche 919 Hybrid M 112 6:00’57.448 48 Laps
28 35 LMP2 David CHENG, Ho-Pin TUNG, Nelson PANCIATICI Alpine A460 – Nissan D 143 5:46’41.380 17 Laps
29 51 LMGTE Pro Gianmaria BRUNI, James CALADO, Ferrari 488 GTE M 140 5:51’06.508 20 Laps
30 27 LMP2 Nicolas MINASSIAN, Maurizio MEDIANI, Devi MARKOZOV BR01 – Nissan D 123 4:54’17.337 37 Laps
31 66 LMGTE Pro Billy JOHNSON, Stefan MÜCKE, Olivier PLA Ford GT M 100 4:50’51.661 60 Laps
32 6 LMP1 Stéphane SARRAZIN, Mike CONWAY, Kamui KOBAYASHI Toyota TS050 – Hybrid M 87 3:23’08.845 73 Laps
33 42 LMP2 Nick LEVENTIS, Danny WATTS, Jonny KANE Gibson 015S – Nissan D 78 3:08’35.677 82 Laps
34 95 LMGTE Pro Nicki THIIM, Marco SØRENSEN, Darren TURNER

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "WEC 2016 – 2 : Audi survit à l’hécatombe à Spa"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

C’est autre chose que la F1…………….

🙂

Invité

Bon la course m’a été gâché par la diffusion cacastrophique de l’équipe 21, cependant ça c’était une course à suspens, rebondissement et bagarre ! 😮

Thibaut Emme
Admin

J’ai l’impression que les 24 heures cette années vont réserver une surprise sur le podium.
Pkoi pas un LMP1 privé, ou carrément une LMP2.

Sinon pour ceux qui pensaient que le Raidillon était devenu « aseptisé » depuis l’élargissement de la trajectoire, Ford a montré qu’il n’en était rien. Ca part toujours au moindre faux pas (sans conséquence pour Mücke, tant mieux).

akouel
Invité

Quelle course !!! Je regrette encore d’avoir dû bosser…
Pour le crash de Mücke, il me semblait qu’il a été dû à un contact avec une P2 qui tentait de passer…
Endurance info a écrit un article quant à l’hypothèse de voir une P1 privée voire une P2 sur le podium. Pourquoi pas en effet, même je reste dubitatif sur la P2, le Mans reste le Mans!

Thibaut Emme
Admin

Non la voiture part toute seule :

Après à voir la raison (sur-vitesse et décrochage, pièce aéro responsable d’un déséquilibre, autre).

Pour Le Mans, il ne faut pas oublier qu’il y a bcp de changements techniques sur les voitures qui cherchent à récupérer 8MJ désormais.
L’an dernier les technos avaient été « fiabilisées ». Là, la concurrence et la fiabilité des nouveautés vont peut-être faire une course à élimination.

Un constructeur « prudent » mettra peut-être ses oeufs dans deux paniers différents…un à l’attaque à fond, l’autre à l’endurance.
A voir.
Rebellion a aussi prouvé que les LMP1 privées n’étaient pas mal lotis cette année.

akouel
Invité

1000 excuses, je confonds avec le crash de l’aston !!!
Et oui bizarre de se dire que le grand Stefan ne soit plus chez Aston ^^

Le Mans s’annonce réellement passionnant, et je reste parmi les fidèles supporters de toyota, à espérer enfin une première victoire 🙂
Mais la priorité reste une belle course comme celle qu’on vient d’avoir !

jeannot
Invité
Excellente course, j’y étais, il faisait un temps splendide et Francorchamps est le plus bel endroit du monde quand il fait 24° et un grand soleil ! Beaucoup de rebondissements, un public de plus en plus nombreux, beaucoup plus de bagarre qu’en F1, vraiment ce championnat a tout pour plaire mais à 2 conditions : – que les équipes privées type REBELLION ou KOLLE puissent disposer rapidement de moteurs hybrides fournis par les grands constructeurs – que 2 ou 3 grands constructeurs supplémentaires reviennent dans la course car il est à la merci d’une défaillance d’un des 3 en lice… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Les moteurs hybrides évoluent tous les ans. Peut-être que dans 2 ou 3 ans on aura des moteurs clients disponibles, mais actuellement cela semble utopique de voir un constructeur qui met des millions dans son système moteur aller le vendre (et surtout quel privé peut se payer un système hybride à plusieurs millions, plusieurs dizaines probablement ?). Nissan est au coeur d’une rumeur de moteur LMP1 hybride pour écurie privée. Mais pour le moment rien de concret. L’un des soucis actuel du Mans c’est qu’en attirant les constructeurs, il fait aussi grimper les enchères. Les budgets qui étaient à 75… Lire la suite >>
wpDiscuz