Accueil Actualités Entreprise Bosch : retour en Iran, création d’emploi à la clé

Bosch : retour en Iran, création d’emploi à la clé

106
3
PARTAGER

Bosch n’éprouve pas les mêmes difficultés que Chevrolet pour faire sa place dans le marché automobile iranien, que la levée des sanctions internationales a permis d’ouvrir.

Alors que le constructeur américain vient de se voir barrer la route par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, l’équipementier allemand fait quant à lui un grand retour en Iran. Il va même ouvrir des bureaux à Téhéran, où il prévoit d’embaucher 50 personnes d’ici à la fin de l’année. « Le potentiel du pays est considérable. Nous tablons sur une croissance de l’économie iranienne de presque 5 % cette année et les perspectives à moyen terme sont très prometteuses », s’est ainsi réjoui Bosch dans un communiqué.

L’équipementier estime également que plus d’un million de véhicules seront produits en Iran cette année, soit une hausse de 9 %. Une progression due au retour de constructeurs étrangers tels que Renault, PSA Groupe, Daimler ou encore Suzuki.

La production iranienne d’automobiles, qui s’élevait à 1,65 million d’unités en 2011, a fortement chuté à 740.000 en 2013 à cause des sanctions internationales. Elle est repartie à la hausse depuis pour atteindre 1,1 million de véhicules en 2014. Selon les estimations, elle devrait atteindre 1,6 million en 2018 et deux millions en 2022.

A noter enfin, qu’avant de devoir se retirer du marché iranien en 2010, suite aux sanctions économiques mis en place contre le pays en guise de rétorsion de son programme nucléaire controversé, Bosch était présent dans le pays depuis 1924.

Sources : Bosch, Lesaffaires.com

Crédit Photo : Bosch

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Bosch : retour en Iran, création d’emploi à la clé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tartine
Invité

Etrange qu’il n’y ait pas une fatwa sur le duo VW / Bosch en Iran.
Ali Khameneï est un sayyid …… , un descendant du prophète Mahomet tolère des manipulations de moteurs ? le satan américain : non ?

greg
Invité

T´as raison et tant qu´à faire, réactivons l´inquisition en Europe pour brûler tous ces hérétiques.
Ainsi que la torture pour les faire parler, il ne faut pas tomber dans la demi-mesure.

Thibaut Emme
Admin

Le Guide Suprême voit surtout un truc, cela crée des emplois dans son pays.
Si GM ou Ford ou autres viennent et signent un accord avec l’un des petits constructeurs et investissent 300 millions de dollars dans des usines, un réseau de distribution, etc et produisent sur place, nul doute que américain ou pas cela ne posera pas de souci.

wpDiscuz