Accueil Super GT Super GT 2015 – 8 : Quintarelli, Matsuda et la Nissan GT-R...

Super GT 2015 – 8 : Quintarelli, Matsuda et la Nissan GT-R champions pour la seconde année consécutive à Motegi

133
3
PARTAGER

Si c’est la Lexus TOM’S no37 de Andrea Caldarelli et Ryo Hirakawa qui a franchi la ligne d’arrivée la première à Motegi, signant une seconde victoire après la manche d’ouverture, c’est la Nissan GT-R Motul Autech no1 de Ronnie Quintarelli et Tsugio Matsuda, arrivée seconde, qui signe l’exploit d’un second titre consécutif. Ronnie Quintarelli devient pour la même occasion le pilote le plus titré de l’histoire de la discipline avec quatre championnats à son compteur.

La dernière manche de la saison à Motegi, un sprint de 250 km où tous les lests de pénalités sont enlevés, était d’autant plus attendue que pas moins de six équipages étaient toujours capables d’être titrés, les meilleures chances concernant la Nissan GT-R Calsonic Impul n012 de Joao Paolo de Oliveira et Hironobu Yasuda d’un côté et la Nissan GT-R Motul Autech Nismo de Ronnie Quintarelli et Tsugio Matsuda, les champions en titre, de l’autre. Celle qui terminerait devant l’autre serait championne.

Le duel de la voiture bleue contre la voiture rouge, une très belle affiche, était très attendu d’autant que les enjeux étaient importants dans chaque camp : premier titre à aller chercher pour la célèbre GT-R Calsonic no12 depuis 20 ans malgré les années passées depuis aux avants-postes, contre un second titre consécutif possible pour la GT-R officielle Nismo en plus d’une quatrième couronne potentielle pour Quintarelli. Et pour compléter le tableau, un duel de manufacturiers également entre Bridgestone pour la bleue et Michelin pour la rouge… La tension était à son comble en arrivant sur le circuit nordiste.

Qualifications

Le temps s’avérait maussade toute la journée de samedi à Motegi, et les séances libres comme qualificatives se déroulaient sous la pluie.

GT500

Surprise lors de la Q1, les Nissan GT-R étaient à la peine et en particulier la no1, prétendante au titre, que Tsugio Matsuda ne pouvait placer plus haut que la 12ème position, un obstacle de taille dans la conquête du championnat. La seule rescapée des Nissan à passer en Q2 était justement la no12, en tête du championnat grâce à un. Le meilleur temps de la Q1, et le meilleur temps de la journée de loin, était l’oeuvre de Bertrand Baguette sur la Honda NSX Concept Epson-Nakajima no64, avec 3 dixièmes de mieux que la Lexus RCF Zent no38 de Hirohaki Ishiura qui menait la meute des Lexus RC F très en verve.

lba_Super_GT-6426

En Q2, sous une pluie qui s’intensifiait, la NSX no64 faisaient une nouvelle fois merveille pour Daisuke Nakajima mais pas suffisamment pour se protéger de Hirakawa sur la Lexus RC F Keeper-TOM’S no37 qui lui soufflait la pole position. Izawa sur la NSX Raybrig no100 devant James Rossiter sur la Lexus Petronas TOM’S no36 remplissaient la seconde ligne, et JP Oliveira sur la GT-R no12, bien placée par rapport à son adversaire direct, était aux côtés de la Lexus Zent RC F no38.

lba_Super_GT-6420

GT300

Les deux hybrides de la grille de GT300, qui disputaient là leur dernière course, étaient particulièrement en verve, et la Toyota Prius apr no31 aux mains de Yuichi Nakayama signait le meilleur temps de la Q1 devant la Honda CR-Z no55 de Shinichi Takagi. Dans la seconde session, on était parti pour un nouveau duel entre les deux mais Kobayashi sur la CR-Z partait à la faute et ne pouvait réussir de temps significatif. Koki Saga sur la Prius pouvait ainsi décrocher la pole sans souci majeur, devant les deux Mercedes SLS GT3 no11 Gainer Tanax et no0 Hatsune Miku. Le champion 2013 déjà connu, André Couto, il restait à désigner le team champion. Ce sont les deux Nissan GT-R GT3 no10 Gainer Tanax et no3 B-MAX NDDP qui pouvaient encore y prétendre et la no10 prenait un avantage psychologique important avec le 8ème temps alors que Kazuki Hoshino n’avait pas pu dépasser la Q1 et devait se contenter de la 15ème position.

lba_Super_GT-6479

Course

Après une séance libre disputée sous la pluie le dimanche matin, tout le monde espérait une après-midi ensoleillée mais le ciel se faisait farceur et une petite averse tombait juste quelques minutes avant le départ, histoire de compliquer les choix de pneus… Malgré quelques tours un peu acrobatiques au départ, la piste séchait dans la première moitié de l’épreuve et la course se terminait sur le sec.

GT500

Andrea Caldarelli prenait la tête dès le feu vert suivi comme son ombre par un Bertrand Baguette très à l’aise dans les conditions de piste piégeuses de ce début de course. Contrairement à l’année 2014, James Rossiter et JP de Oliveira ne s’accrochaient pas dans le premier tour et se faisaient même passer rapidement tous les deux par Yuji Tachikawa sur la Lexus RC F Zent. Rossiter n’allait pas très loin, victime d’un problème mécanique dans les premières boucles.

lba_Super_GT-6701

Les positions en tête de l’épreuve restaient figées pendant la première partie de l’épreuve et l’attention se reportait sur Ronnie Quintarelli qui remontait une à une les voitures concurrentes pour se retrouver bientôt septième derrière Oliveira, l’écart entre les deux hommes diminuant petit à petit et le combat mano a mano pour le titre se rapprochant…

lba_Super_GT-3154

La décision allait se faire au moment des ravitaillements que les voitures de tête entreprenaient les unes après les autres, sauf Bertrand Baguette sur la NSX Nakajima qui retardait au maximum le sien. Des deux prétendants au titre c’est Oliveira qui s’arrêtait le premier, et Quintarelli en profitait pour hausser le rythme avant de s’arrêter à son tour. Le travail remarquable des mécaniciens de Nismo permettaient à Matsuda qui l’avait remplacé de repartir très vite, devant Izawa sur la Honda no100 et surtout Yasuda sur la GT-R Impul. Malgré ses pneus froids, Tsugio Matsuda faisait usage de toute son expérience et réussissait à se maintenir devant les deux hommes. Les circonstances lui étaient favorables puisque c’est à ce moment qu’un accrochage entre la McLaren MP4-12C no9 et Motoyama sur la GT-R no46, qui y perdait son capot arrière, envoyait le safety car en piste.

lba_Super_GT-7123

Ce safety car faisait par contre une victime, Baguette sur la NSX no64 alors en tête mais qui n’avait pas encore ravitaillé. Le pilote belge devait alors le faire sous le régime de la voiture de sécurité et la Honda Epson no64 perdait toute chance de bien figurer. Un coup de malchance de plus pour l’équipe Nakajima qui s’est cette saison montrée à son avantage à plusieurs reprises sans pouvoir en retirer les fruits. Au redépart, les quatre voitures de tête étaient resserrées en une poignée de secondes : Hirakawa sur la Lexus KeePer TOM’S no37, Matsuda sur la GT-R Nismo no1, Izawa sur la Honda Raybrig no100 et Yasuda sur la GT-R Impul no12, alors qu’Ishiura sur la Lexus Zent no38 faisait une longue excursion dans le gravier derrière le quatuor.

lba_Super_GT-4325

La fin de course allait être haletante. Matsuda profitait d’un attardé pour passer en tête, y restait quelques tours avant qu’Hirakawa ne reprenne son bien en donnant une petite tape à Matsuda au passage, les quatre voitures de tête se faufilant de façon époustouflante dans le trafic. Assuré du titre si les positions en restaient là, Matsuda ne tentait pas le diable et se maintenait en seconde position alors que Yasuda ne pouvait aller le chercher.

lba_Super_GT-7498

Hirakawa franchissait la ligne d’arrivée en tête devant Matsuda et Izawa. La victoire de Caldarelli et Hirakawa, leur seconde de la saison, se trouvait éclipsée par le titre de champion de l’équipage Nismo.

 

GT300

La Toyota Prius apr no31 avait dominé les essais. Elle dominait de même la course en s’envolant dès le départ pour une course en solitaire sans histoire jusqu’à l’intervention du safety car. Comme Baguette sur la NSX, Saga se retrouvait pris au piège en ne s’étant pas arrêté assez vite et devait effectuer son arrêt pendant que toutes les voitures de la catégorie lui passaient devant…

lba_Super_GT-6883

Une chape de plomb s’abattait sur le stand apr jusqu’à ce que quelqu’un s’aperçoive qu’en fait la quasi-totalité du plateau avait un tour de retard et que la Prius était en fait quatrième ! Nakayama, ayant pris la suite de Koki Saga, repartait à l’attaque le couteau entre les dents et parvenait à repasser les trois voitures devant lui, reprenant la tête à temps pour passer victorieux sous le drapeau à damiers devant les Mercedes SLS Gainer et Hatsune Miku, conformément à l’ordre des essais.

lba_Super_GT-3188

Pendant ce temps la lutte pour le titre par équipe avait tourné court rapidement, la GT-R B-Max no3 était éliminée suite à un accrochage dans le premier tour. André Couto et Katsumasa Chiyo n’avaient qu’à dérouler gentiment jusqu’à l’arrivée que l’équipage de la GT-R GT3 Gainer Tanax no10 franchissait en sixième position.

lba_Super_GT-7395

Même s’il n’a pas pu partager le titre pilotes avec son équipier André Couto du fait de deux courses manquées à cause de ses obligation en Blancpain, Katsumasa Chiyo termine second au championnat et peut légitimement revendiquer le titre de vainqueur moral. C’est une fantastique saison pour le sympathique pilote japonais qui a mis à son palmarès en 2015 les 12 heures de Bathurst et le titre en Blancpain Endurance GT en plus de sa très belle année en GT300. Y aura-t-il un baquet en GT500 au bout de tous ces résultats ? Un test pour le moins…

Super_GT_Motegi_race-7513

Analyse

Le nouveau titre de Nismo marque une saison largement dominée par Nissan qui obtient les deux premières places du championnat en GT500 et le titre en GT300, avec deux doublés dans les deux catégories en huit courses, sachant que trois des quatre GT-R ont signé au moins une victoire… Les Lexus RC F, souvent plus rapides en qualification, n’auront pu tenir la comparaison en course, pas plus que les Honda qui ont été inconstantes.

lba_Super_GT-7156

Il convient également de saluer Michelin qui équipe la voiture championne et qui obtient son quatrième titre en cinq saisons depuis son arrivée en GT500 en 2009. C’est une remarquable statistique et des titres obtenus de haute lutte face à une concurrence très relevée, Bridgestone, Yokohama Advan et Dunlop. La même statistique s’applique à Ronnie Quintarelli, cheville ouvrière de ces quatre titres. Le pilote italien a fait toute sa carrière au Japon, et il est parfaitement intégré, parlant couramment la langue et installé avec sa famille. De ce fait il n’est pas suffisamment connu en Europe et c’est dommage car il est du niveau des tous meilleurs pilotes du WEC dont beaucoup l’ont côtoyé en Super GT. Pilote sûr et rapide, avec cette sympathie pour la mécanique qui fait les grands de l’endurance, il est parti pour se forger un palmarès de légende en Super GT. Déjà seul à avoir obtenu quatre titres, qui plus est dans un délai très court, il ne fait aucun doute qu’il va continuer dans la même veine. Son coéquipier Tsugio Matsuda, avec qui il s’entend bien, est lui l’un des très rares pilotes à avoir deux titres de Super GT et deux titres en Formula Nippon.

Du côté d’Impul on doit par contre en avoir gros sur le coeur. L’équipage de la GT-R bleue n’a pas commis d’erreur cette année, a fait la course en tête jusqu’à la fin et échoue sur le fil comme la saison dernière. Les vingt ans du dernier titre sont désormais trop loin et l’écurie d’Hoshino-san mérite de recevoir à nouveau la couronne, mais ce ne sera pas pour cette année. Il aura manqué une victoire à Oliveira et Matsuda pour se mettre hors d’atteinte. Parmi les autres déceptions, les deux voitures TOM’S n’ont pas réussi à être suffisamment régulières et les deux victoires de la no37 et celle de la no36 n’auront pas suffi à compensé les zéro points trop nombreux. La Lexus a semblé nettement plus sensible au lest réglementaire que les Nissan, ceci expliquant cela.

lba_Super_GT-7017

En GT3, le titre d’André Couto fait plaisir à tout le monde. Le pilote de Macau est un fidèle de la série, ayant piloté toutes sortes d’autos en GT500 et en GT300 et cette saison a été la bonne, grâce à une bonne combinaison entre la GT3 la plus rapide cette saison, la Nissan GT-R GT3, et les gomme Dunlop particulièrement bien adaptées à la Nissan. La Prius termine seconde du championnat avant de tirer sa révérence, comme la CR-Z. Les deux voitures hybrides à moteur central seront à la retraite la saison prochaine, remplacées par on ne sait pas encore quoi, mais sans motorisation hybride. Même s’il fallait tout l’appui des deux constructeurs respectifs pour que les voitures marchent, elle représentaient une expérimentation intéressante.

A noter également le titre de champion obtenu par le jeune Sho Tsuboi pour la première saison de F4 japonaise, organisée par la GT Association et disputée en ouverture des courses de Super GT. La grille a fait le plein d’inscriptions d’entrée et la jeune garde du sport auto japonais s’y est escrimée avec beaucoup d’enthousiasme. La nouvelle série est d’ores et déjà une étape incontournable dans le parcours des aspirants champions entre le kart et la F3.

Crédit photos : Yuji Shimizu/le blog auto et PLR/le blog auto

 

Twing Ring Motegi – 250 km

GT500

PoNoMachineDriverLapsBest LapDiff.(km/h)TireWH
137KeePer TOM’S RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Andrea Caldarelli
Ryo Hirakawa
531’41.7591:43’10.687BS
21MOTUL AUTECH GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
531’41.6060.591MI
3100RAYBRIG NSX CONCEPT-GT
Honda NSX CONCEPT-GT / HR-414E
Naoki Yamamoto
Takuya Izawa
531’41.5311.389BS
412CALSONIC IMPUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Hironobu Yasuda
J.P.L.De Oliveira
531’41.6541.63BS
538ZENT CERUMO RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
531’41.5233.112BS
639DENSO KOBELCO SARD RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Kohei Hirate
Heikki Kovalainen
531’41.8844.375BS
715Drago Modulo NSX CONCEPT-GT
Honda NSX CONCEPT-GT / HR-414E
Takashi Kogure
Oliver Turvey
531’41.57410.49BS
817KEIHIN NSX CONCEPT-GT
Honda NSX CONCEPT-GT / HR-414E
Koudai Tsukakoshi
Hideki Mutoh
531’41.6851’33.028BS
96ENEOS SUSTINA RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Kazuya Oshima
Yuji Kunimoto
531’41.4611’39.104BS
1019WedsSport ADVAN RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Juichi Wakisaka
Yuhi Sekiguchi
521’41.3841LapYH
118ARTA NSX CONCEPT-GT
Honda NSX CONCEPT-GT / HR-414E
Kosuke Matsuura
Tomoki Nojiri
521’41.8331LapBS
1224D’station ADVAN GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Daiki Sasaki
Michael Krumm
521’41.5691LapYH
1364Epson NSX CONCEPT-GT
Honda NSX CONCEPT-GT / HR-414E
Daisuke Nakajima
Bertrand Baguette
511’42.2352LapsDL
46S Road MOLA GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Satoshi Motoyama
Masataka Yanagida
251’44.27728LapsMI
36PETRONAS TOM’S RC F
LEXUS RC F / RI4AG
Daisuke Ito
James Rossiter
101’50.03443LapsBS

GT300

PoNoMachineDriverLapsBest LapDiff.(km/h)TireWH
131TOYOTA PRIUS apr GT
TOYOTA PRIUS / RV8K
Koki Saga
Yuichi Nakayama
501’49.4341:44’47.407BS
20GOODSMILE HATSUNE MIKU SLS
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
501’49.9830.976YH
311GAINER TANAX SLS
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Katsuyuki Hiranaka
Bjorn Wirdheim
491’51.4571LapDL
455ARTA CR-Z GT
Honda CR-Z / J35A
Shinichi Takagi
Takashi Kobayashi
491’51.2491LapBS
565LEON SLS
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
491’50.1581LapYH
610GAINER TANAX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Andre Couto
Katsumasa Chiyo
491’49.7821LapDL
788MANEPA LAMBORGHINI GT3
Lamborghini Gallardo GT3 / CEH
Manabu Orido
Kazuki Hiramine
491’50.3151LapYH
821Audi R8 LMS ultra
Audi R8-LMS ultra / CJJ
Richard Lyons
Tomonobu Fujii
491’51.4411LapYH
97Studie BMW Z4
BMW Z4 GT3 / P65B44
Jorg Muller
Seiji Ara
491’51.3661LapYH
1077K’sFrontier Direction 458
Ferrari 458 GT3 / F142
Naoki Yokomizo
Kyosuke Mineo
491’50.8001LapYH
1161SUBARU BRZ R&D SPORT
SUBARU BRZ GT300 / EJ20
Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
491’50.6591LapDL
1225VivaC 86 MC
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Takeshi Tsuchiya
Tatsuya Tanigawa
491’50.4741LapYH
132SYNTIUM Apple LOTUS
LOTUS EVORA MC / GTA V8
Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
481’49.7532LapsYH
1433Excellence Porsche
PORSCHE 911 GT3 R / M97/79
Yuya Sakamoto
Kenta Yamashita
481’51.6992LapsYH
1551JMS LMcorsa Z4
BMW Z4 GT3 / P65
Morio Nitta
Shigekazu Wakisaka
481’51.8202LapsYH14
1687CrystalCroco LAMBORGHINI GT3
Lamborghini Gallardo GT3 / CEH
Takayuki Aoki
Kimiya Sato
481’52.0822LapsYH
1760SYNTIUM LMcorsa RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Akira Iida
Hiroki Yoshimoto
481’53.3892LapsYH
1830NetMove GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3(MY2014) / VR38DETT
Hiroshi Koizumi
Yuki Iwasaki
481’52.5682LapsYH
19111Rn-SPORTS GAINER SLS
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Masayuki Ueda
Kazuya Tsuruta
481’53.0052LapsYH
2047DIJON Racing GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3(MY2014) / VR38DETT
Keiichi Inoue
Yusaku Shibata
471’53.0613LapsYH
215MACH SYAKEN with Iracon 86c-west
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Tetsuji Tamanaka
Shogo Mitsuyama
471’54.1003LapsYH
2250SKT EXE SLS
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Masaki Kano
Nanin Indra-Payoong
471’53.0463LapsYH
23360RUNUP Group&DOES GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Hiroki Yoshida
Atsushi Tanaka
451’53.6135LapsYH
2422GREENTEC SLS AMG GT3
Mercedes-Benz SLS AMG GT3 / M159
Hisashi Wada
Masaki Jyonai
431’52.3057LapsYH2
2548DIJON Racing GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Hiroshi Takamori
Masaki Tanaka
371’52.14513LapsYH
9PACIFIC McLaren with μ’s
McLaren MP4-12C GT3 / M838T
Takuya Shirasaka
Ryohei Sakaguchi
222’02.78328LapsYH
3B-MAX NDDP GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hoshino
Mitsunori Takaboshi
050LapsYH
20UPGARAGE BANDOH 86
TOYOTA 86 MC / GTA V8
Yuhki Nakayama
Yuji Ide
050LapsYH4

Classement final du championnat de Super GT 2015

GT500

PoNoDriverRd1Rd2Rd3Rd4Rd5Rd6Rd7Rd8Total
11Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
206855201579
212Hironobu Yasuda
Joao Paulo Lima De Oliveira
4158111315874
3100Naoki Yamamoto
Takuya Izawa
1568201160
438Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
11151818659
537Andrea Caldarelli
Ryo Hirakawa
2055422056
646Satoshi Motoyama
Masataka Yanagida
3120615550
736Daisuke Ito
James Rossiter
113425649
817Koudai Tsukakoshi
Hideki Mutoh
8113311339
96Kazuya Oshima
Yuji Kunimoto
221583232
1024Daiki Sasaki
Michael Krumm
201131
1119Juichi Wakisaka
Yuhi Sekiguchi
14211062127
1215Takashi Kogure
Oliver Turvey
531544426
1339Kohei Hirate
Heikki Kovalainen
6642523
148Kosuke Matsuura
Tomoki Nojiri
8210
1564Daisuke Nakajima
Bertrand Baguette
314

GT300

PoNoDriverRd1Rd2Rd3Rd4Rd5Rd6Rd7Rd8Total
110Andre Couto42015525515594
210Katsumasa Chiyo42052515574
331Koki Saga
Yuichi Nakayama
208222152069
43Kazuki Hoshino
Mitsunori Takaboshi
3152032061
511Katsuyuki Hiranaka
Bjorn Wirdheim
11811111152
655Shinichi Takagi
Takashi Kobayashi
151205849
77Jorg Muller
Seiji Ara
5111811247
810Ryuichiro Tomita1525545
965Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
461564641
1025Takeshi Tsuchiya
Takamitsu Matsui
5462035
110Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
66441535
1261Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
35313630
1321Richard Lyons
Tomonobu Fujii
1186328
1488Manabu Orido4108426
1588Kazuki Hiramine108422
1651Morio Nitta
Shigekazu Wakisaka
228214
1777Naoki Yokomizo
Kyosuke Mineo
38112
1831Kota Sasaki8210
1986Christian Mamerow
Shinya Hosokawa
819
2033Kenta Yamashita336
212Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
Hiroshi Hamaguchi
55
2288Kimiya Sato44
2333Alexandre Imperatori33
2333Yuya Sakamoto33
2477Taiyo Iida33
2520Yuhki Nakayama
Yuji Ide
22
2622Hisashi Wada
Masaki Jyonai
112
2760Akira Iida
Hiroki Yoshimoto
112

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Super GT 2015 – 8 : Quintarelli, Matsuda et la Nissan GT-R champions pour la seconde année consécutive à Motegi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
klm
Invité

titre pilote pro cup blancpain endurance series
double doublé titre pilote et équipes gt300 et gt500
victoire général et pro am 12 h de bathurst.

qui a dit que nissan ne sait pas faire des voitures de course.

klm
Invité

Pourriez vous ne pas oubliez pas de couvrir le super gt ?

wpDiscuz