Accueil Electriques Essai Tesla Model S P85D

Essai Tesla Model S P85D

303
25
PARTAGER

La Tesla Model S a pris au dépourvu les constructeurs allemands qui fourbissent leurs répliques. Mais au delà de son mode de propulsion, elle change aussi la façon de penser l’automobile sur bien des points.

La Tesla Model S, c’est plus qu’une voiture électrique, c’est une voiture conçue dans l’univers de la Silicon Valley. Un détail géographique, mais qui change beaucoup de choses à l’usage. La Model S est ainsi dès le début conçue pour être connectée, à vous et au reste du monde : accès internet embarqué, cartographie de la navigation téléchargée sur Google Maps, application smartphone…

La philosophie de la Silicon Valley se traduit aussi par les mises à jour du système en temps réel, sans passer par la case garage, permettant ainsi d’ajouter des fonctions au fil de l’eau sur les véhicules déjà en circulation : comme la mémorisation des réglages de la hauteur de suspension en fonction du lieu, utile si vous avez un ralentisseur un peu haut à la sortie de votre rue…

Connectée donc, et tout se passe sur l’écran central. Avec 17 pouces de diagonale, il est le centre névralgique de la voiture. Sa taille structure aussi le dessin de la planche de bord, avec un intérieur qui semble devoir plus au monde du mobilier que de l’automobile. Bon point, la finition est quasiment irréprochable, et digne du niveau de gamme et des prix pratiqués. A l’exception de la zone de rangement centrale.

A l’usage, ce grand écran présente toutefois ses défauts. Il lui manque sans doute l’accès direct aux commandes de base (déverrouillage des portes, ouverture du coffre, quelques favoris de radios…). Peut être manque-t-il aussi la possibilité de véritablement personnaliser son écran d’accueil en le séparant en trois ou quatre zones de taille différente selon ce que l’on veut afficher ou pas en permanence. Le fait de faire appel à Google pour les cartes est très flatteur… lorsque l’on a une bonne couverture réseau. Sinon il faudra faire avec quelques carrés gris affichés à l’écran…

En retard question aides à la conduite, Tesla se remet peu à peu à niveau, exploitant au passage sa capacité à effectuer des mises à jour sur les véhicules déjà en circulation. Ainsi, les modèles vendus depuis fin octobre 2014 sont dotés (selon le recours à la bonne option) du matériel nécessaire à toute un arsenal d’aides à la conduite. En théorie, puisque certaines fonctions sont peu à peu ajoutées. Le pilotage automatique prend pour l’heure la forme d’un régulateur de vitesse adaptatif, qui a la bonne idée de commencer à accélérer dès que l’on déclenche de clignotant pour dépasser. Dès la version 7.0 promise pour la fin de l’année, Tesla étendra les fonctions de conduite semi-autonome sur autoroute et en stationnement.

Bienvenue à bord

Dépouillé (plus besoin de commande de phares s’ils sont automatiques par exemple), le mobilier laisse de la place aux occupants, avec un grand espace libre entre les passagers avant, ou un plancher plat à l’arrière permettant d’offrir trois vraies places. Le grand espace entre les places avant permet d’y déposer un sac par exemple. Mais cette caractéristique masque une absence cruelle d’espaces de rangements à bord. Pas de bacs de porte par exemple, et il faudra choisir entre accoudoir ou bouteille d’eau sur la console centrale.

2015_Essai-Tesla-Model-S-P85D-2

Point qui ne souffre guère de critique, l’habitabilité. La sensation d’espace à bord est réelle, y compris au second rang qui profite d’un plancher plat et d’un dessin du siège prévu pour trois occupants. Le coffre arrière est énorme : 744 litres. Le petit coffre à l’avant est ici occupé par un sac renfermant les différents câbles nécessaires à la recharge.

2015_Essai-Tesla-Model-S-P85D-3

2015_Essai-Tesla-Model-S-P85D-4

Le 0 à 100 n’est pas tout…

Performante, douce et confortable, et bien entendu particulièrement silencieuse, voilà qui décrira le mieux la Model S. On notera simplement qu’en ville le bruit du moteur avant de notre P85D (4 roues motrices donc) n’est pas continu, semblant marquer en permanence quelques hésitations quant à la répartition de la motricité. Cruel silence de l’électrique qui laisse entendre des bruits habituellement inaudibles…

La suspension pneumatique absorbe sans coup férir toutes les irrégularités, sans remontées de bruits. Dommage peut être que Tesla ne propose pas de calibration Sport ou Confort de la suspension, contrairement à la direction. Cela donnerait un peu plus de piquant à la conduite de cette voiture aux performances qui sont l’un de ses arguments de vente principaux.

Car avec 772 ch au total, la P85D promet des performances de supercar. Ainsi, avec le mode d’accélération « inouïe » (traduction de Insane Acceleration), elle abat le 0 à 100 km/h en 3 secondes seulement. Mais cela n’en fait pas une sportive pour autant. D’une part, le freinage et les lois de la physique rappellent vite à l’ordre face aux plus de deux tonnes à vide.

Et à l’usage, sans être sous motorisée non plus, la Tesla Model S P85D ne se comporte pas comme une voiture de 772 ch. Comme toute électrique, elle démarre fort, mais ne peut maintenir une telle accélération sur une plus longue durée, en raison des limitations techniques des batteries. Les 772 ch annoncés ne répondent donc pas toujours présent, rendant par exemple les 250 km/h de vitesse de pointe très théoriques. En fait, dès 100 km/h la sensation d’accélération baisse significativement. Ce qui explique sans doute en partie les ventes plus difficiles en Allemagne.

Question kilomètres, Tesla cherche à vaincre l’angoisse de la panne souvent liée au véhicule électrique. Tesla annonce 491 km d’autonomie. Valeur qui sera en usage courant plus proche de 400 km sur cette P85D (P90D avec l’option d’extension de l’autonomie). Sans abuser outre mesure des capacités d’accélération…

La Model S est vite devenue un modèle d’image et de vertu, mais on remarquera qu’elle n’est pas vraiment un modèle en matière d’efficacité énergétique. Les valeurs officielles font ainsi état d’une consommation de 17,3 kWh / 100 km (90 kWh / 520 km). Par comparaison et toute proportion gardée, une Renault Zoe annonce 240 km avec ses 22 kWh, soit 9,2 kWh/100 km. Sa grande autonomie est donc essentiellement due à la taille de ses batteries plus qu’à une optimisation soignée de tous les paramètres impactant la consommation, partant du principe qu’elle entend montrer que la propulsion électrique ne nécessite aucun sacrifice.

On peut donc envisager sereinement ses déplacements quotidiens et quelques week-ends. Pour des trajets plus longs, il faudra en revanche concevoir son itinéraire en fonction du réseau de Supercharger, qui se développe peu à peu en France avec déjà (ou seulement ?) 27 stations…

+Confort
Autonomie
Comportement routier
Habitabilité
Mises à jour logicielles en direct
Masse
Prix
Consommation
Densité du réseau de Supercharger
Ergonomie du poste de conduite
Annonces de performances trompeuses en usage réel

Conclusion

Agréable à vivre pour un usage quotidien, y compris en famille, la Tesla Model S tient ses promesses en matière d’autonomie, permettant de voyager au long cours en électrique. Mais sur ce point, il faut encore faire avec un réseau de Supercharger parcellaire qui ne permet pas de choisir librement son itinéraire. Si vous habitez Paris et que vous partez en vacances à Courchevel ou sur la Côte d’Azur tout va bien. Pour aller de Lyon à Bordeaux, c’est une autre histoire.

Reste la question des performances. A tarif équivalent, une Mercedes S500e n’accélère pas aussi fort (0 à 100 en 5″2 quand même), mais a plus d’allonge sur des trajets autoroutiers au long-cours, tout en permettant malgré tout d’effectuer des trajets en électrique jusqu’à 33 km. Les deux véhicules partageant une volonté de proposer un niveau de confort très élevé et une finition soignée.

MODEL S P85D
TypeElectrique
Puissance moteur avant (kW / ch)195 / 262
Puissance moteur arrière (kW / Ch)380 / 510
Couple total (Nm)967
Capacité batterie85 kWh (90 avec l’option d’extension)
Emissions de CO2 (g/km)0
Autonomie (NEDC)491
0 à 100 km/h3,0
Vitesse maximale210
Roues motricesIntégrale
DIMENSIONS
Longueur (mm)4970
Largeur (mm)1964
Hauteur (mm)1445
Empattement (mm)2960
Volume du coffre avant (l)84
Volume du coffre arrière (l)744
PRIX DE BASE109 700€
mode Ludicrous11 000€
Diffuseur arrière carbone1 100€
Fonction pilote automatique2 700€
Mise à niveau autonomie 90 kWh3 300€
Intérieur Premium3 300€
Suspension Smart Air2 700€
Son HiFi2 700€
Pack climat glacial1 100€
TOTAL137 600€
Éligible au bonus de 6 300€ et au super-bonus de 10 000€

Crédit photos : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Essai Tesla Model S P85D"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pcur
Invité

@leblogauto. En quoi le fait qu’elle consomme 17.2 kwh/100 km contre 9.2 kwh/100 pour la zoé prouve qu’elle a été peu optimisée ? elle est plus grande, plus équipée et beaucoup plus puissante. Dans le monde des voitures thermiques on ne dit pas qu’une A8 est mal optimisée parce qu’elle consomme le double d’une A1…

Olivier
Invité

J’ai trouvé le propos assez mesuré, l’article ne dit pas que la voiture n’est pas optimisée. Il dit que l’essentiel de l’autonomie vient plus de la taille des batteries que d’une sur-optimisation par rapport à d’autres modèles. Elle n’est pas *plus* optimisée qu’une Zoé, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne l’est pas 🙂

Je trouve que c’est bien de le rappeler, tellement c’est pénible d’entendre des gens ne jurer que par Tesla, en critiquant toute voiture à moins de 200km d’autonomie comme des sous-produits…

cbr
Invité

La Zoe est une très bonne voiture électrique, mais la meilleur actuellement est la golf (ça fait bizarre d’écrire ça aujourd’hui 😉 ), très homogène et très confortable. Tous les autres essais (Leaf, I3, Zoé, Up, …) n’ont fait que renforcer ce sentiment

beniot9888
Invité

Et elle a un dernier atout : elle est très belle.

Carlos Ghost
Invité

Oui, sauf la calandre, banale. Tesla aurait dû assumer le caractère voiture électrique et ne pas mettre de calandre. Il ya a longtemps qu’on fait de beaux nez sans calandre : Floride, Alpine A 110 et GT4, WW Karmann Ghia etc.

cbr
Invité

Il faut passer par Brabus pour avoir une calandre un peu plus sport/moderne…

cbr
Invité

Autre atout, j’ai parcouru avec elle 113000kms pour moins de 1500€ de « carburant ». La Mercedes ne peut pas en dire autant ?

beniot9888
Invité

Ça n’est pas un petit peu optimiste, comme chiffrage ? J’aimerais bien voir le détail du calcul.

totoro
Invité

pas optimiste du tout, ça aurait même pu être zéro avec l’option super charger gratuit utilisé exclusivement. sinon c’est recharge maison, quelques euros le plein (environ 5 euros en heures creuse) + investissement dans un prise.

Pour une zoé c’est idem : 90% des prises en provinces sont … gratuites. le plein chez vous coûte environ 2 euros les 150 kms

beniot9888
Invité

5 euros le plein * 113 000 kilomètres / 490 kilomètres le plein, ça fait 1153 euros, en effet. Donc le chiffre est réaliste. A comparer à 8814 € pour une conso de 6L au 100 et avec un gasole à 1,30 €. Pas mal du tout.
Dans le cas de la Zoe, le coût de la location des batteries met plus en péril l’équation économique.

me
Invité

le prix du plein est plutôt de 13 euros sur la 90 kwh, mais même avec 3000 euros pour les 113000 kms cela reste raisonnable.

cbr
Invité
Pour votre info, un plein est de 75 kWh maxi sur une batterie de 85. il y a la réserve technique par exemple pour empêcher d’abimer le pack. A environ 10 centimes le kWh en heure creuse, un plein coute 7,5€ grand max en arrivant vide à la maison. Mais ça ne dit pas combien de km vous parcourez avec ce plein. Ce n’est pas la même distance que vous soyez sur l’A86 ou sur une autoroute allemande 😉 Donc, parlons consommation. En fonction de plein de paramètres, celle-ci varie de 195 à 250 Wh par km. On est donc… Lire la suite >>
philouze
Invité
« Dans le cas de la Zoe, le coût de la location des batteries met plus en péril l’équation économique. » En fait la zoé est achetée en LLD/LOA à 80%. la mensu couvre tout comme le dit la pub, soit 119 à 200 euros par mois. La part batterie on s’en fout, c’est 200 point barre AVEC, et pour 200 + 2euros le plein, y’a personne en face. si tu combines le confort, le silence, la patate, l’entretien annuel à 40€, la prime d’assurance divisée par deux, faut vraiment se faire du mal pour acheter une clito essence ou diesel sur… Lire la suite >>
Bertrand
Invité
Etant donné l’autonomie (au minimum 400Km) sur une Tesla 85Kwh, je vois pas où est le problème pour faire Lyon -> Bordeaux avec le réseau du superchargeur. Il y a un super-chargeur à Brive-la-Gaillarde, qui est à 359Km de Lyon, donc largement dans la fourchette d’autonomie de la Model S. De ce fait, je ne vois pas où serait le soucis pour faire Lyon -> Bordeaux en Model S. EN fait étant donné le réseau actuel de Super Chargeur, je ne pas le soucis de faire n’importe quel trajet en France (et il va encore plus se densifier dans les… Lire la suite >>
totoro
Invité

Et il y a en plus un revendeur Tesla à Bordeaux. CQFD

alex87f
Invité

« En fait, dès 100 km/h la sensation d’accélération baisse significativement. Ce qui explique sans doute en partie les ventes plus difficiles en Allemagne. »

On parle quand même d’une voiture qui fait 0-200 en 15.8s, soit à peu près le temps d’une RS4 de dernière génération…

totoro
Invité

Oui ça défonce, mais reste un écart énorme avec une poussée d’hypercar sur le zéro à 100, et plus « mainstream » jusqu’à 200 (une RS4 est accessible d’occase par le premier racaillou au RSA qui dealerait un peu…)

cbr
Invité

Dans ce cas, il faut prendre l’option Loudicrous avec la P90D. 1,1 G d’accélération et un 400 atteint en 10″9, soit un temps proche d’une McLaren MP4-12C (source : larevueautomobile.com). Là, on doit commencer à jouer 😉

wpDiscuz