Accueil Général Parc automobile : L’Etat se serre la ceinture

Parc automobile : L’Etat se serre la ceinture

166
1
PARTAGER

Au delà des conducteurs, c’est désormais l’Etat lui-même qui va se serrer la ceinture. S’exprimant dans un entretien au Parisien, samedi, le ministre des finances, Michel Sapin, a annoncé que le parc automobile de l’Etat français allait être réduit de 10 % d’ici 2017 en vue d’économiser 150 millions d’euros.

Le ministre a par ailleurs insisté sur la « descente en gamme » des véhicules. Tous les niveaux de fonctionnaires seront concernés, les ministres n’échappant pas à la règle, et devant bien au contraire être exemplaires. Sont toutefois exclus de cette mesure, les véhicules opérationnels, tels ceux de la police et de la gendarmerie.

« Le parc automobile est considérable, il compte 65.000 véhicules » – pour un coût annuel de l’ordre de 600 millions d’euros – s’est également exclamé Michel Sapin. Lequel déplore à la fois leur nombre trop important et leur mauvaise utilisation, regrettant que  » trop de véhicules sont peu ou pas assez utilisés ».

La part des véhicules propres sera quant à elle augmenté. Selon Michel Sapin, ceux-ci « représentent dès cette année un tiers » des achats de l’Etat. Lequel s’est donné pour objectif de porter ce taux à 50 % en 2016. Ce qui, mathématiquement, entraînera « une baisse considérable des véhicules diesels ».

Le recours à la location de longue durée (LLD) reste proscrit sauf pour les véhicules hybrides et électriques. Les prix d’achats des véhicules seront par ailleurs plafonnés.Les modèles des véhicules achetés seront progressivement standardisés tandis que les équipements et options non indispensables à l’exercice des missions seront exclus pour l’achat de nouveaux véhicules.

L’achat de véhicules dits de « segment B1 thermique » sera désormais exclu et orienté soit vers des véhicules de « segment B1 électrique » soit des véhicules de « segment B2 ». Sont ainsi désormais exclus les Renault Twingo, Peugeot 107, Ford Ka. Ludospaces, monospaces, Crossovers sont également bannis des achats, tels les Modus, Scenic, Espace, Galaxy, Sharan, C3 et C4 picasso, 3008 et 5008. Il en est de même pour les 4×4 et SUV. Les versions 3 portes et versions break ne sont plus admises. Et bien évidemment les versions coupé, cabriolet et sport ….

Sources : Le Parisien, Ministère de l’Economie et des Finances

Crédit Photo : Porsche

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Parc automobile : L’Etat se serre la ceinture"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Verslefutur
Invité

C’est un beau projet, mais un échelon a été oublié.
Est il normal que le contribuable paye pour les véhicules des anciens présidents de la république?
44.141 € pour la C6 de Nicolas Sarkozy, sans oublier les 4.000 € de carburant par an !
Il y a encore des économies à faire !

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/les-tres-couteux-privileges-de-nicolas-sarkozy-1005670

wpDiscuz