Accueil Ecologie Périphérique parisien à 70 km/h : un bilan contesté et contestable

Périphérique parisien à 70 km/h : un bilan contesté et contestable

208
20
PARTAGER

Un an après la mise en place de la vitesse limitée à 70 km/h sur le périphérique parisien, la Mairie de Paris et la Préfecture de police viennent de publier le premier bilan en terme d’accidentologie mais aussi de vitesse moyenne. Bilan évidemment flatteur pour la mesure tant contestée.

Un bilan présenté de manière positive même si plus de tués

Lors de la mise en place de la vitesse à 70 km/h du périphérique parisien, la Mairie affichait des objectifs ambitieux que ce soit sur la pollution atmosphérique (-5% prévus), sur le nombre d’accident (-23% estimés) et même sur le nombre de blessés graves et de tués (-65% attendus). Même s’il est difficile de faire un bilan avec aussi peu de données et surtout avec autant de paramètres influant sur les données (météorologie, travaux sur la voie, volume du trafic, etc.) la Préfecture de Police et la Mairie de Paris osent le faire.

Selon les constats de la Préfecture, le nombre d’accidents est en baisse de 15,5% et la Mairie de Paris souligne que c’est à l’opposé de l’Ile de France dans son ensemble qui voit cette statistique augmenter de 5%. Du coté des blessés cela baisse de 14,5% en revanche le nombre de morts augmente de 75% ! Bon en passant de 4 à 7 on a forcément des pourcentages énormes mais la Mairie elle-même jouait sur ces chiffres pour avancer des baisses prévues considérables. On n’atteint donc pas les 23% de baisse sur le nombre d’accidents même si 15,5% n’est pas si mal en soit.

La Préfecture de Police et la Mairie se réjouissent également de la vitesse moyenne du périphérique qui serait en hausse. Avec une vitesse maximale plus faible, l’insertion est parait-il plus facile et l’effet « accordéon » (ou « bouchons fantômes ») est réduit. La vitesse moyenne constatée le matin passe de 32,6 à 38,4 km/h le matin et de 30,3 à 33,9 km/h le soir. Pourtant les « sondages » des usagers du périphérique ne signalent pas une amélioration perçue. D’un point de vu nuisances sonores, le constat fait est là encore positif -1,2 dB(A) la nuit et -0,5 dB(A) en journée.

3 fois plus de PVs

Tout cela c’est bien beau mais…une baisse de 1 dB(A) et totalement imperceptible par l’oreille humaine (on considère généralement qu’en dessous de 3 dB(A) de variation personne ne percevra la différence). Les chiffres de bruit sont donc totalement inutiles dans ce constat si ce n’est pour faire joli dans le tableau.

De plus si la vitesse maximale a été diminuée, c’est surtout au profit des radars ! En effet en plus d’avoir vu leur nombre plus que doubler, ceux-ci ont enregistré une hausse vertigineuse des infractions avec 461 596 PV contre 138 138 en 2013. Une belle hausse de 234% !

Il manque surtout une donnée fondamentale dans le rapport de la Préfecture de Police et de la Mairie de Paris, le volume total du trafic routier passé par le périphérique. Car si en 2014 celui-ci est moins important qu’en 2013, alors les baisses constatées n’ont plus rien à voir avec une quelconque baisse de la vitesse limite à 70 km/h.

Et n’est-il pas paradoxale d’expliquer que la vitesse moyenne augmente considérablement (+17,8%) mais que cela fait baisser le nombre d’accidents ? Un beau pied de nez à Monsieur Cazeneuve qui veut expérimenter la baisse à 80 km/h de la limitation sur route non ?

Moins de pollution ? Vraiment ?

Enfin les « pollutologues » respectés dont ceux de AirParif estiment (voir ici) qu’une baisse de 20 km/h de la vitesse maximale aurait un « impact (…) limité et ne dépasserait pas 3% de réduction des émissions ». AirParif estime même (voir ici)  que le gain technologique des véhicules récents (et donc moins polluants) est plus important qu’une baisse de 10 km/h de la vitesse maximale. En gros chaque année les émissions polluantes baissent d’elles-même avec l’évolution du parc automobile ! Pire, en réduisant la vitesse maximale on peut induire une hausse des émissions de benzène (cancérigène reconnu) par les moteurs essence..

La Mairie de Paris de son coté reste très floue en avançant simplement un « impact positif » et on persiste et signe. Christophe Nadjovski, adjoint EELV chargé des transports, a même évoqué sur Europe 1 la possibilité d’un passage à 50 km/h pour le boulevard périphérique et que le but final était de rediriger les automobilistes vers la grande ceinture. Une manière de réduire considérablement les accidents sur le « périphe ».

Source : JDD, AirParif, Europe 1, illustration : Wikimedia (Geralix)

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Périphérique parisien à 70 km/h : un bilan contesté et contestable"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Automobiliste et Parisien
Invité

Merci!
Ceci met bien en lumière toutes les incohérences de cette belle décision et de la communication de nos chères dirigeants sur le sujet.

Vivement le périf piéton!

jifa
Invité

Si l’on reste sur un meme rapport, bien sur que la pollution sera suivant la vitesse (nbre de combustions/min)
Cela dit à 50 je suis en sous regime de 4 et en regime soutenu en 3 alors que je peux me promer tranquillement en bas de 5 sans sous regime à 70.
Cela dit, essayez de faire comprendre aux decisionnaires que ce n’est pas en reduisant la vitesse de circulation à l’exces qui va changer les choses…..

forever young
Invité
Merci le blog pour cette analyse. Cela met en lumière que le seul intérêt est une fois de plus l’argent. La mairie de Paris prend des décisions arbitraires et sans fondements. Je pense également au prix du stationnement. Comment une maire socialiste peut se permettre d’augmenter aussi fortement le prix du stationnement? Pour les résidents, le prix a été multiplié par 3. Et après on parle de justice sociale? Une fois de plus, ce sont les faibles revenus qui sont pénalisés. Et pour ce qui est d’inciter les parisiens à prendre les transports en commun, tripler le prix du stationnement… Lire la suite >>
lym
Invité
Les parisiens ont tout de même été une majorité à voter pour une maire alliée avec les khmers verts, avec un tour de vis anti véhicule à moteur particulier car c’est bien connu, les bus vides aux 3/4 hors heures de pointe et dont on doit maintenir des fréquences convenables pour attirer l’usager, ne polluent pas eux… avec leurs bons 100l/100km en ville pour ballader des sièges vides! Alors bon, vous l’avez voulu, vous l’avez eu. Le banlieusard lui subit sans avoir pu voter contre cette politique qui fait peu à peu de Paris une ville pour les touristes et… Lire la suite >>
juuhuu
Invité

Quelle foutaise et de communications de la part de la mairie de Paris !!! Vraiment se foutre de la gueule du monde, ceux sont des pros !! Vivement le 30 km/h généralisé sur le périph !!!

Cavalo
Invité

L’auteur mentionne que suite à la baisse de la vitesse limite sur le périphérique, une augmentation de la vitesse moyenne a été constatée en même temps qu’une baisse du nombre d’accident. En quoi est-ce « un pied de nez » à Monsieur Cazeneuve? Une baisse de la vitesse maximale sur route peut très bien entrainer les mêmes effets que sur le périphérique parisien, ce qui est tout bénéfique.
Je suis étonné de lire des propos aussi illogiques.

lym
Invité
L’illogisme, c’est surtout de croire que baisse des vitesses => baisse des accidents et plus encore des morts. Je n’ai pas le détail, mais je suppose que la baisse des accidents (sous entendu corporels, car eux seuls sont réellement comptés car seuls donnant lieu a un PV de police) concerne surtout les automobilistes, largement majoritaires… et que la hausse des morts seraient pour les 2 roues (piétons interdits). D’ou une hypothèse fort logique: L’homéostasie du risque. L’automobiliste ayant encore moins la sensation qu’avant du danger avec 10km/h de moins se permet alors de relâcher son attention pour lui même, mais… Lire la suite >>
lym
Invité

Notez aussi que là ou vélos/piétons sont autorisés, les effets de l’homéostasie du risque se vérifient également: Les 50km/h sont bien respectés en ville désormais, les zones 30 pullulent… et les piétons/cyclistes morts se multiplient.

Certes pour ces derniers il y a eu l’effet vélib initial. Mais pour les piétons? Et nous sommes désormais loin de leur introduction.

Un peu de lecture:
http://mpsra.blogspot.fr/2012/11/homeostasie-du-risque-route-propre.html

wpDiscuz