Accueil Actualités Entreprise Michelin arrête sa production en Algérie

Michelin arrête sa production en Algérie

184
8
PARTAGER

Il n’y a pas que les usines européennes qui souffrent des marchés automobile et camion maussades. Le manufacturier de Clermont Ferrand a décidé de cesser la production dans son usine d’Alger à la fin 2013. Un accord avec un repreneur a été signé.

L’actualité du Bibendum n’est pas rose. L’investissement supplémentaire et d’embauches dans l’usine de La Roche-sur-Yon ne suffit pas à compenser le « choc » des 700 suppressions de postes de l’usine de Joué-lès-Tours, Et l’annonce de la cessation de production dans l’usine d’Alger ne risque pas de redonner confiance aux salariés du groupe. A la fin de l’année 2013 Michelin aura totalement cédé son usine de Bachdjarrah qui produit actuellement des pneus de poids-lourds.

« Michelin et Cevital viennent de signer un accord de partenariat prévoyant l’entrée de Cevital dans le capital de la société Michelin Algérie à hauteur de 67% » déclare Michelin. A la fin de l’année les 33% restants seront également cédés à Cevital qui deviendra l’unique actionnaire de l’usine dont la production de pneumatiques cessera alors. « Il s’agit d’une décision industrielle prise dans un contexte de marché européen déprimé et extrêmement concurrentiel. L’usine Michelin d’Alger est située en ville et souffre d’un déséquilibre compétitif du fait de sa petite taille et de procédés industriels qui ne permettent pas de répondre à la demande actuelle des clients » précisent conjointement Michelin et Cevital.

Chacun des 600 salariés de l’usine Michelin se verra proposer un emploi dans l’une des usines de Cevital, premier groupe privé d’Algérie (Cevital emploie près de 13 000 personnes dans le pays), qui continuera de distribuer les produits Michelin. Le Bibendum pour sa part ne donne aucune précision sur l’usine vers laquelle sera rapatriée la production algérienne. Il est à parier que d’autres petites unités de production vont être fermées si la morosité du marché continue.

Source : Michelin/Cevital, photo : Michelin (modifiée par T. Emme)

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Michelin arrête sa production en Algérie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pat d pau
Invité

Manque des liens logiques.. d’un cote les medias disent que c’est le gros boom du business en Algerie… mais pas besoin de camion ?

Qqun a une explication coherente ?

Umaga
Membre
« Boom du business », ça fait effectivement un beau titre, mais c’est vague. Cette unité algérienne exporte plus de 70% de sa production en Europe, zone sinistrée… voilà la principale raison sans doute.Pour la sauver, il faudrait donc réorienter totalement la production vers les pneux dont le marché croît. Ca coûte cher; il faut faire fissa; et il faut peut-être transférer du boulot de France vers l’Algérie… Impensable dans l’urgence. P.S. J’étais en mission à Alger, en 2010 et à l’époque, les dirigeants locaux de Michelin tenaient des propos hallucinants d’optimisme « la crise est finie ! Vous allez voir ce que… Lire la suite >>
leelabradaauto
Invité

ouais difficile de dire ce que sera demain av cette conflagration mondiale. Sur que des prévisionnistes se sont plantés.
Le pneu peut être un baromètre de l’industrie automobile aussi

SAM
Invité

Entre attentisme et attentisme; voilà comment résumer le marché en France et dans beaucoup d’autres pays d’Europe, on attend. Regarder le marché auto britannique, le pays est au bord de la faillite, il est en récession et le marché auto connaît la meilleure croissance, allez comprendre, en France par contre on attend…

fistulinside
Invité

Le pays n’est pas au bord de la faillite, ils n’ont pas la politique de merde d’un Euro fort soutenue par Merkel et ils ont la City, source de tous les maux de l’économie réelle…

wizz
Membre
un euro faible, ça aide les exports, et donc nous rend un peu plus compétitif mais un euro faible, c’est aussi le carburant qui coute un peu plus cher le baril à 100$, avec l’euro à 1.30$, ce baril vaut donc 77€ que l’euro faiblisse, à 1€ pour 1$, et le baril toujours à 100$, va nous couter 100€, environ 30% d’augmentation idem pour le reste des biens de consommaton siiii « indispensable » l’iphone va dépasser 1000€, etc… et si jamais la parité s’inverse, 1$ pour 1.30€ alors le baril à 100$ nous coutera 130€, +70% d’augmentation, ce qui porterait l’essence… Lire la suite >>
Rv11
Invité

Si quelqu’un pouvait stopper les propos systématiquement partisan de fistulinside. Pour cela il y a des blogs spéciaux. Merci d’avance

wpDiscuz