Accueil Actualités Entreprise La voiture électrique n’est pas la priorité des constructeurs

La voiture électrique n’est pas la priorité des constructeurs

233
14
PARTAGER

Selon une étude réalisée par KPMG (cabinet d’audit et de conseil), les constructeurs automobiles continueront d’investir massivement dans le développement des véhicules à moteur thermique d’ici à 2018.

Si les véhicules électriques occupent le devant de la scène côté médias, il semble qu’au sein des bureaux d’études, l’intérêt reste focalisé sur les voitures à moteur thermique et les véhicules hybrides. C’est ce qui ressort de l’étude KPMG réalisée auprès de 200 dirigeants du secteur automobile (constructeurs, fournisseurs, concessionnaires, …).

La réduction de la cylindrée (downsizing) et l’amélioration des techniques de combustion (calage et levée variable des soupapes, HCCI, suralimentation,…) offriraient  le meilleur potentiel de réduction des émissions polluantes pour les 10 prochaines années à venir sans générer de coûts de développement exorbitants qui grèveraient alors le prix de vente.

Les technologies hybrides font preuve d’un intérêt grandissant de la part des exécutifs. En revanche, seuls 8% des cadres supérieurs sondés précisent que leur société investit dans une technologie 100% électrique.

L’incertitude concernant l’émergence d’une technologie plutôt qu’une autre (pile à combustible, électrique à batterie, électrique avec prolongateur d’autonomie, hybride plug-in) et le manque de visibilité sur le développement des infrastructures pour recharger son véhicule sont autant de freins dans l’immédiat et pour les années à venir dans l’émergence des véhicules électriques.

Il ressort du marché actuel que les véhicules hybrides ont la préférence des acheteurs particuliers tandis que les véhicules 100% électriques sont l’apanage des véhicules de flotte (entreprises, sociétés de location, administrations,…). De fait, les ventes de véhicules électriques ne devrait pas décoller au moins avant 10 ans.

L’étude réalisée par KPMG tend à montrer que, si les véhicules électriques ont certainement leur place pour les produits de niche (Tesla), la stratégie paraît plus hasardeuse dans l’immédiat pour les véhicules à grande diffusion (Renault Zoé).

Si le pari devrait s’avérer payant dans 10 ans, il faudra travailler d’arrache-pied pour continuer à proposer une gamme de véhicules à moteur thermique attrayante d’ici là et accepter de commercialiser durant ce laps de temps des véhicules non rentables par leur faible volume de ventes.

Source: KPMG
Crédit photo: Renault

A lire également:
Fin du parking gratuit pour les véhicules électriques à l’aéroport de Los Angeles
Ventes anémiques de VE : Stephen Norman veut repositionner le marketing

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "La voiture électrique n’est pas la priorité des constructeurs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Patrick69
Invité
En effet l’évolution de la voiture électrique n’est pas aussi rapide qu’on pourrait l’espérer. Les ventes de voiture Hybride pourraient être une sorte de transition lorsqu’on voit leurs capacités techniques à l’oeuvre. Du côté de l’esthétique ou bien même de la puissance moteur, les voitures électriques ne sont pas totalement à la rue bien au contraire, mais le lobbyisme du pétrole freine réellement ce changement. En revanche, je tiens à soulever un point où je ne suis pas forcément d’accord. Vous dites dans l’article, je cite : « le manque de visibilité sur le développement des infrastructures pour recharger son véhicule »… Lire la suite >>
Membre

La transition sera dure et longue c’est sur, mais elle est nécessaire : le pétrole se fait rare, ce n’est pas le jour où il n’y aura plus une goutte qu’il faudra se demander « bon, maintenant on fait comment pour se déplacer ? ». La transition aurait dû être envisagée par les pouvoirs publics plus tôt qu’actuellement, en lieu et place d’avantager fiscalement un carburant plutôt qu’un autre

wizz
Membre

ils l’ont déjà fait, dans les années 90, avec la triplette Clio-106-Saxo électriques (ainsi que les utilitaires électriques Kangoo….)

Umaga
Membre

Quuooooiii ??? O_o Renault aurait une stratégie hasardeuse avec ses Zoé ??? N’importe quoi !
KPMG ? Vendu aux étrangers sûrement ! 😉

beniot9888
Membre

Le vrai juge de paix concernant la pertinence de la Zoé, ce sera les chiffres de vente.

Pour le reste, j’en reviens à Coluche et à son « un analyste, c’est quelqu’un qui t’expliquera l’année prochaine pourquoi ce qu’il avait prévu l’année dernière ne s’est pas produit »…

axsport92
Invité

Des acheteurs non plus !!!! L’écologie ??? RAB en période de crise !!! Il y a d’autreSSS prioritéSSS !!!!!

R1
Invité

Quand Toyota a sorti sa Prius, elle était moche et hors de prix.
En plus, elle ne se vendait pas.
Qui pense aujourd’hui que Toyota a eu raison de continuer son investissement ? Tout le monde.
J’espère bien que Renault va persister et gagner.
Ce que ne dit pas l’étude KPMG, c’est qu’il y a de la concurrence, mais qu’il ne faut pas en parler.

axsport92
Invité

Et si on supprime les aides de l’état, au revoir les hybrides Toyota !!!!! Terminé !!!!

patd'pau
Invité

Et si on supprime les aides de l’état, au revoir les Vehicules eletriques !!!!! Terminé !!!!

wizz
Membre
Il y a quand même une « petite » différence Lors du lancement de la Prius, dans les années 90, Toyota faisait des bénéfices CHAQUE année, et dont la somme fluctuait entre 10 et 15 milliards $ Avec un tel résultat global, Toyota pouvait se permettre: -de soutenir une niche à perte en attendant que le vent tourne (la prius) -de continuer à développer cette niche -et de pouvoir développer la gamme classique, c’est à dire les véhicules à moteur thermique (corolla, camry, rav4, tundra, etc….) Renault, c’est parfois des bénéfices, et parfois des pertes Les bénéfices, quand il y en a,… Lire la suite >>
wpDiscuz