Accueil Sport auto Super GT 2012-6 : Oliveira-Matsuda imbattables à Fuji

Super GT 2012-6 : Oliveira-Matsuda imbattables à Fuji

71
0
PARTAGER

Après les 1000 km de Suzuka, la course de Fuji avait des allures de sprint avec 300 km à parcourir. Pourtant comme à Suzuka c’est encore une GT-R qui s’impose, la no12 de JP de Oliveira et Tsugio Matsuda. La fameuse GT-R Calsonic du team Impul a été aux avant-postes cette saison mais n’avait pu encore concrétiser. Ce fut fait à Fuji le week-end dernier et de très belle manière, la GT-R bleue ayant dominé les essais comme la course. En GT300 l’information à retenir est la forme olympique des hybrides même si c’est la Porsche Hankook no33 qui l’emporte au final.

Qualifications

Deux choses ressortaient à l’issue de la Q1 : la GT-R Mola S-Road no1 était toujours très forte après sa victoire de Suzuka et malgré son handicap en poids, et les Honda rament toujours ! Sur les quatre éliminées, trois étaient des HSV-010. La quatrième, de façon surprenante, était la Lexus no39 qui avait pourtant gagné la manche de Fuji en mai.

En Q2 les GT-R se mettaient un peu en retrait et laissaient la vedette aux Lexus avec la no6 du team Eneos en tête devant la TOM’S no36 de Loïc Duval-Kazuki Nakajima et la no35 des jeunes Caldarelli et Kunimoto.

Mais cette domination Lexus ne se concrétisait pas en Q3 où la bataille se déclenchait entre la GT-R no1 de Ronnie Quintarelli et la no12 de JP de Oliviera. Après avoir échangé plusieurs fois la première place, c’est le pilote brésilien qui plaçait la GT-R Impul en pole, la première de JP dans la discipline. Derrière les deux GT-R, quatre Lexus se plaçaient en rangs serrés, la première Honda étant à une nouvelle fois la no17.

En GT300, si les Porsche no33 et no911 faisaient de leur mieux pendant les premières phases de la qualification, elles ne pouvaient eu Q3 rien faire devant une Prius conquérante. La Toyota a progressé à pas de géant depuis les déclarations modestes du début d’année, il faut dire qu’elle a été aiguillonnée depuis Sugo par une CR-Z très bien née qui après sa pole à Suzuka réussit le 3ème temps à Fuji.

Course GT500

Le premier virage de Fuji ne faisait pour une fois pas de dégâts et Tsugio Matsuda sur la GT-R no12, auteur d’un bon départ, prenait résolument les choses en main et se dégageait rapidement un écart significatif sur le second, Ronnie Quintarelli sur la GT-R no1. Celui-ci avait par contre fort à faire au premier virage pour contenir son compatriote Andrea Caldarelli. Le jeune italien, suivi comme son ombre par Loïc Duval, restait au contact mais était envoyé en tête à queue au septième tour par une GT300, obligeant par là-même le Français derrière lui à une excursion hors piste, ce dont profitaient deux autres Lexus, la no19 WedsSport d’André Couto et la no6 Eneos.

Les deux Lexus se rapprochaient ensuite à grand pas de la GT-R no1 et finissaient par la passer, ne pouvant cependant pas se rapprocher de la voiture de tête, Matsuda ayant totalement le contrôle de la situation. A l’issue des ravitaillements, pas de changement pour la GT-R de tête désormais aux mains de JP de Oliveira qui augmentait même l’écart sur le second, la GT-R no1 de Yanagida revenue à sa position initiale à la suite des passages aux stands.

La Lexus no6 pendant ce temps était victime de problèmes de transmission, ce qui permettait à Kazuki Nakajima aux commandes de la SC430 TOM’S no36, bien revenu, de prendre la quatrième place derrière la no19.

Course GT300

La course triomphale de la Prius en pole position ne durait pas longtemps, Morio Nitta partant tout seul en tête à queue au premier virage suite à des problèmes de frein qui le faisaient repartir en dernière position… On allait reparler de la Prius pourtant.

En attendant c’est la Porsche no33 qui prenait le commandement, bientôt attaquée par l’Aston Martin Vantage no66 fraîchement vainqueur de la manche précédente. L’Aston au mains de Hiroki Yoshimoto passait assez facilement la Porsche. Pendant ce temps la Prius revenait comme une balle et après les ravitaillements se retrouvait troisième derrière la Porsche Hankook no33 et la Honda CR-Z Mugen no16, l’Aston Martin ayant dû abandonner entre temps sur problème mécanique.

La Prius, la plus rapide en piste, revenait sur la CR-Z et la passait dans une originale et passionnante bataille d’hybrides, avant de se rapprocher de Tomonobu Fujii sur la Porsche. Ce dernier usait de toute son talent pour rester devant la Prius qui se portait plusieurs fois à sa hauteur en particulier à la réaccélération en sortie du complexe Dunlop où le supplément de traction de son moteur électrique à la relance lui donnait un avantage important sur la Porsche. Mais Kouki Saga, le jeune pilote de la Toyota, commettait une erreur fatale en ratant son freinage à l’épingle en tentant de passer la Porsche et partait en tête à queue, bien évité par Fujii sur la Porsche qui reprenait son bien.

 La CR-Z en profitait pour repasser elle-aussi la Prius. Les derniers tours étaient une nouvelle fois l’objet d’un duel entre les deux hybrides, la Prius finissant par repasser et prendre la seconde place. C’est la première fois de l’histoire du Super GT qu’une hybride grimpe sur le podium d’une course, deux hybrides en l’occurrence ! L’honneur est sauf pour Toyota sur son circuit, le constructeur ayant sans nulle doute donné tout son support au team apr pour que la CR-Z faisant preuve d’un potentiel impressionnant ne vienne pas lui rafler cette première historique sous le nez.

Au championnat, la bonne affaire du jour est pour l’équipage de la GT-R no1 qui, avec un troisième podium consécutif en trois courses prend la tête à deux épreuves de la fin, les ex-leaders Tachikawa-Hirate ne pouvant pas faire mieux que huitièmes à Fuji. Le titre n’est pas joué toutefois avec cinq équipages pouvant de façon réaliste espérer la victoire finale. Lors de la prochaine course à Autopolis les 29 et 30 septembre, le lest de pénalité sera réduit de moitié pour tout le monde.

Classement
Fuji 300 km race, les 8 et 9 septembre 2012
1. 12 CALSONIC IMPUL GT-R Tsugio Matsuda/Joao Paolo de Oliveira
2. 1 REITO MOLA GT-R Masataka Yanagida/Ronnie Quintarelli
3. 19 WedsSport ADVAN SC430 Seiji Ara/André Couto
4. 36 PETRONAS TOM’S SC430 Kazuki Nakajima/Loïc Duval
5. 17 KEIHIN HSV-010 Toshihiro Kaneishi/Koudai Tsukakoshi
6. 29 DENSO KOBELCO SC430 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura
7. 35 KeePer Kraft SC430 Yuji Kunimoto/Andrea Caldarelli
8. 38 ZENT CERUMO SC430 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate
9. 8 ARTA HSV-010 Ralph Firman/Takashi Kobayashi
10. 6 ENEOS SUSTINA SC430 Daisuke Ito/Kazuya Oshima

Championnat GT500
1. 1 Masataka Yanagida/Ronnie Quintarelli 58 pts
2. 38 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate 50 pts
3. 39 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura 43 pts
4. 12 Tsugio Matsuda/Joao Paolo de Oliveira 43 pts
5. 100 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto 38 pts

Championnat GT300
1. 33 Masami Kageyama/Tomonobu Fujii 60 pts
2. Katsumasa Chiyo 48 pts
3. Hiroshi Yoshimoto/Kazuki Hoshino 47 pts
4. 11 Tetsuya Tanaka/Katsuyuki Hiranaka 47 pts
5. 911 Kyosuke Mineo/Naoki Yokomizo 47 pts

Crédit photos : Yuji Shimizu/le blog auto (1, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 11, 12) PLR/le blog auto (2, 3, 10, 13)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz