Accueil Berlines Essai Lexus IS200d F-Sport : une si belle robe…

Essai Lexus IS200d F-Sport : une si belle robe…

557
11
PARTAGER

Adieu à la Lexus IS 220d et bonjour à l’IS 200d. Et oui pour satisfaire aux nouvelles normes Euro V, le moteur de la Lexus s’est adapté avec ses 150ch. De plus, le restyling de la japonaise apporte un nouveau pack aéro, dénommé F-Sport…

Digne concurrente des berlines premium tels que l’Audi A4 ou la BMW Série 3, cette nouvelle Lexus adopte un style toujours autant racé avec ses lignes tendues, dans l’air du temps. Les proportions ramassées de celle-ci contribuent au look dynamique de la voiture. A la fois élégante et sportive, la nouvelle Lexus possède un nouveau restylage du bloc avant avec une calandre retravaillée notamment sur les feux. Le capot avant participe également à la ligne sportive de la Lexus.

Mais ce qui fait son look si ravageur, c’est le pack aérodynamique F-Sport. Certains diront que cela s’apparente plus à du tuning mais personnellement, je le trouve en totale adéquation avec l’image que reflète la voiture. Les différentes pièces constituant le pack proviennent d’ailleurs de la radicale IS-F, puissante berline de 423ch. Elle se pare ainsi du pare-chocs avant avec spoiler, des jantes 18′ finition Titane ainsi que d’un becquet arrière bien intégré à la malle de coffre.

Pour l’intérieur, le pack F-Sport apporte beaucoup au style sportif de la voiture. Les sièges avant sport Cuir/Alcantara noir sont fermes mais offrent un excellent maintien avec un soutien lombaire réglable. Un bon point lorsque l’on souhaite chahuter avec la voiture lors d’enchaînements. Ceux-ci sont en plus réglables électriquement et on trouve assez facilement sa position de conduite. On remarque également la touche de sportivité avec le pédalier et le repose-pied sport en alu ainsi que le volant sport en cuir perforé du plus bel effet.

Pour le tableau, la qualité de fabrication progresse énormément avec une netteté des ajustages au niveau des différents matériaux composant celui-ci mais inférieures à une Audi, référence du segment. Cependant, l’écran est bien intégré mais parait d’un autre temps avec notamment l’horloge digitale, un peu « old school » (déjà vu sur l’essai de la Lexus IS 250 C). Autre point à signaler, l’ergonomie générale des différents boutons peut dérouter un peu le conducteur. Un point défavorable par rapport à une BMW Série 3 ou une Audi A4.

Pour l’arrière, les passagers sont plutôt bien choyés avec une banquette au confort indéniable, un peu comme ceux de l’avant mais il faut souligner que la place du milieu est optionnelle. En effet, assis sur le tunnel, il ne faut pas dépasser les 1m80, faute de rester recroquevillé tout le long du trajet. Dommage par rapport à ces concurrentes directes. Autre point, le dossier de la place centrale fait aussi office d’accoudoir et renferme la trappe à skis.

Pour terminer sur l’intérieur de la Lexus, le ciel de toit en noir donne une impression de cocon et peut aussi se transformer à tout va avec le toit ouvrant électrique de série. En fait, celui-ci permet de transformer la voiture en vraie sportive lorsque celui-ci est fermé mais également en une berline ouverte vers l’extérieur avec ses différentes positions.

Pour les équipements, la Lexus reste assez branchée nouvelles technologies comme la plupart des berlines premium. On retrouve notamment des feux diurnes à allumage automatique, des détecteurs de pluies, des radars avant et arrière… Mais le petit plus, par rapport aux autres concurrentes, reste la caméra de recul intégré dans le coffre. Celui-ci permet de se garer très facilement et vous guide grâce à des signalisations très compréhensibles par le conducteur.

Face à cela, la grosse nouveauté de cette Lexus, c’est le nouveau moteur 4 cylindres à rampe commune de la maison Toyota de 150ch (au lieu de 177ch). Développant 340Nm (contre 400Nm sur son prédécesseur), le couple est disponible entre 2000tr/min et 2800tr/min. Plutôt bruyant au démarrage à froid, celui-ci se révèle être peu bruyant par la suite même si on ressent quelques vibrations dans le levier de vitesses au ralenti. Avec le toit ouvert, on entend quelque peu celui-ci mais ne l’oublions pas, il s’agit quand même d’un moteur diesel.

Niveau performances, le moteur de 150ch se révèle plutôt creux à bas régime sous 2000tr/min. Disponible jusqu’à 3500tr/min, celui-ci s’essouffle par la suite. Plage d’utilisation logique au vue du couple disponible durant cette plage. Pour résumer, on joue assez souvent du levier lorsque l’on souhaite relancer la berline mais celui-ci se révèle bien positionné, tombant bien sous la main et on passe les vitesses sans accrocher.

Sur la route, la Lexus montre un comportement serein. On arrive très facilement à prendre en main la voiture et à la placer de façon naturelle dans les virages. Le train avant réagit bien et ne décroche pas. D’ailleurs, il a été très difficile de la mettre en défaut dans des enchaînements. Le train arrière reste également bien guidé et ne rend pas la voiture instable et dangereuse.

Pour les liaisons au sol, même si chaussée en 18′, la Lexus s’en ressort plutôt bien. Celles-ci se montrent pourtant fermes mais ne dégradent pas le profil de la route. Mis à part des nids de poules, le confort de la Lexus reste hors-pair avec un profil de voiture typé dynamique et sportif. Niveau freinage, on aurait aimé qu’il soit plus mordant et incisif lors de changements de virage serré. Un point à peut-être améliorer pour rendre la Lexus plus compétitive.

Dernier point et non des moindres : le prix. Et là, le bas blesse… Comptez 43 700€ pour cette Lexus IS200d avec pack F-Sport. Alors oui, c’est cher pour une berline de 150ch mais comparé à une BMW Série 318d Pack M, il faut rajouter près de 5000€… Niveau look, elle assure, reste juste des performances un peu en retrait et le tout serait parfait et vous, que vous inspire-t-elle ?

A lire également :
Essai Lexus CT200h: petit hybride maxi fonctions
Essai Infiniti G37 Cabrio face à la Lexus IS250C (2/3)

A voir également : Galerie Essai Lexus IS200d F-Sport
[zenphotopress album=11560 sort=random number=8]

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Essai Lexus IS200d F-Sport : une si belle robe…"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
seb
Invité

« le moteur de 150ch se révèle plutôt creux à bas régime sous 2000tr/min. »
En Europe on fait des essence typé diesel et au japon on fait des diesel typé essence? ^^

Invité

j’ai pas mal conduit un Corolla Verso avec ce moteur en version 177ch, effectivement il est creux à bas régimes, bruyant à froid, mais il il déplace avec facilité la voiture et se révèle agréable
mais surtout il fait parti des diesel les plus propres et ça ce n’est pas négligeable, d’ailleurs ce moteur en version 159ch est-il toujours muni d’un filtre à nox?

Frederic.E
Invité

le plumage mais pas le ramage ! on en vient a regretter l’excellente IS 200 de la version Mk1.

Lux
Invité

« Dernier point et non des moindres : le prix. Et là, le bas blesse… Comptez 43 700€ pour cette Lexus IS200d avec pack F-Sport. Alors oui, c’est cher pour une berline de 150ch mais comparé à une BMW Série 318d Pack M, il faut rajouter près de 5000€… Niveau look, elle assure, reste juste des performances un peu en retrait et le tout serait parfait et vous, que vous inspire-t-elle ? »
Ce paragraphe ne me paraît pas très clair. Au final, c’est la Lexus ou la BMW qui est 5000€ plus cher ?

rob
Invité

Très bien la voiture!
Pour être eco essaie de pratique le covoiturage dynamique!

wpDiscuz