Accueil Le Mans Series LMS : Pescarolo remporte les 6 Heures du Castellet

LMS : Pescarolo remporte les 6 Heures du Castellet

42
1
PARTAGER

Voila un début de saison qui fait du bien en Le Mans Series ! A l’occasion des 6 Heures du Castellet, qui se tenaient ce week-end, c’est le Pescarolo Team qui l’emporte, signant la plus performance imaginable pour son retour à la compétition ! L’équipe d’Henri Pescarolo, qui était au plus bas il y a un an, revient de la plus belle des façons, et lance sa campagne Le Mans Series dans la bonne voie.

L’histoire d’un retour
Depuis que le rachat des restes de l’équipe Pescarolo est validé, et que les mécaniciens se sont remis au travail, on attendait cette première course. Ou allait se situer la « vieille » Pescarolo en performance après un an d’absence ? Les partenaires qui ont choisi de faire confiance à Henri Pescarolo doivent aujourd’hui être satisfaits. Certes il ne s’agit que d’une manche Le Mans Series, et pas des 24 Heures du Mans, mais Pesca est là. Première sortie, première victoire, nette, sans bavures. On attendait plutot les voitures de l’équipe Suisse Rebellion, avec pourquoi pas une victoire pour Nicolas Prost.

Des soucis de boite de vitesses vont contrarier la Lola Rebellion du jeune français, tandis que la voiture soeur doit passer par les stands pour fixer une portière qui s’ouvre de manière intempestive… Manque de chance, car les Lola Rebellion étaient, en performance, parmi les plus rapides du week-end. On attendait aussi pourquoi pas la nouvelle Aston Martin AMR-one. Mais l’équipe Anglaise nous a rappelé combien il est difficle de lancer une nouvelle voiture tout de suite dans le coup. Trop habitués à voir des Audi ou Peugeot gagner dès leurs première courses, nous (je) pensions sans doutes que la nouvelle Anglaise pourrait briller… non. L’équipe Pescarolo a profité de cette situation, mais ne s’est pas contenté de récupérer la victoire.

Une victoire acquise en piste
Dès le départ (chaotique), Christophe Tinseau doit remonter tout le peloton (la Pescarolo étant déclassée pour une pièce non conforme). Christophe Tinseau revient, prend le commandement, et rend la voiture au jeune Julien Jousse en tête. Ce dernier, qui faisait ses débuts à ce niveau, exécute sa mission dans les règles. Pas de fautes, rapide, et c’est ensuite Manu Collard qui termine. Une victoire d’équipe, pleine d’émotion pour des hommes qui ont tellement apporté aux Le Mans Series dans leurs premières années !

Première pour Nissan en P2
Le LMP2 nous a lui aussi donné un très beau spectacle. Les moteurs HPD semblent un peu à bout de souffle, et c’est ainsi Nissan qui s’impose, via le team Greaves Motorsport. Le jeune Gary Chalandon est ainsi récompensé. Les Oreca 03-Nissan de TDS Racing et Boutsen Energy Racing se sont parfaitement élancées, menant longuement la catégorie, avant de devoir composer avec des problèmes mécaniques… Il sera intéressant de voir sur la saison la performance de l’association Nissan / Oreca 03, car l’ensemble fait des merveilles. A Spa Francorchamps, début mai, l’équipe Signatech Nissan (vue à Sebring) viendra grossir les rangs, et partira avec un statut de favori !

JMW et sa 458 Italia en GTE
En l’absence de BMW, le clan Porsche se disait optimiste. Marc Lieb, qui entame sa troisième année en duo avec Richard Lietz, confiait d’ailleurs que cette absence allait permettre une belle bataille Porsche / Ferrari / Aston Martin… Il n’en sera rien !

Les Porsche sont touchées par la procédure de départ manquée (sur laquelle on ne va pas s’étendre), et le GTE-pro va se réduire à une coupe monomarque, ou la 458 Italia de l’équipe JMW prend le meilleur sur l’AF Corse de Fisichella.

Classement par équipe à retrouver ici.

Source et photo : Le Mans Series

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "LMS : Pescarolo remporte les 6 Heures du Castellet"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
TT
Invité

c’est très décevant de la part d’Aston Martin qui était quand même présent les années passées. je me demande si ce constructeur se donne les moyens de briller en endurance.
l’excuse de cette année, c’est qu’il débute avec les moteurs turbo, les années précédentes, c’était le fait que le châssis n’était pas de leur fabrication et que les diesels étaient trop avantagés. s’ils ne se donnent pas les moyens, ils n’y arriveront pas. Nissan et Toyota ont réussi à fournir des moteurs et ils fonctionnent tout en étant performant du premier coup.

wpDiscuz