Accueil Essais Essai Skoda Fabia RS : Exubérance maîtrisée (1/2)

Essai Skoda Fabia RS : Exubérance maîtrisée (1/2)

199
0
PARTAGER
C’est en même temps que le restylage opéré au dernier Salon de Genève que la Fabia a vu sa gamme étoffée d’une version musclée RS. Mais plus question de diesel cette fois, contrairement à la précédente itération : la nouvelle venue carbure au sans-plomb puisqu’elle partage son moteur avec sa proche cousine la Polo GTI, à savoir, un 1.4 TSI délivrant la bagatelle de 180 chevaux ! Autant dire que, sur le papier, les performances s’annoncent intéressantes. Mais avant de nous pencher sur la question, un petit état des lieux s’impose.
Fidèle à son habitude, la marque tchèque n’a pas cherché à faire dans le trop voyant pour sa Fabia, toute RS soit elle. Ainsi, si les habitués de Skoda ou les personnes les plus avisées de la chose automobile repèreront immédiatement qu’il s’agit bien là de la plus musclée des Fabia, la voiture se fond dans la masse pour la plupart des gens,  qui remarquent juste les imposantes jantes de 17 pouces dont elle est montée.
Il faut dire que, pour le reste,  la Fabia RS reste pour le moins discrète malgré son bouclier avant plus aéré, son diffuseur d’air arrière souligné de deux sorties d’échappement et sa calandre spécifique. Et ce ne sont pas les logos RS sur le hayon et la grille avant qui y changent quelque chose. Une impression à laquelle n’est pas étrangère la peinture noire à toit gris de notre modèle d’essai. Car il est vrai qu’avec un ensemble vert à pavillon noir comme on a pu la voir habillée sur divers salons, l’auto est nettement plus voyante. Seuls les feux de jours à LEDs dans les antibrouillards avant peuvent peut-être attirer le regard.
La Skoda Fabia RS partage la majeure partie de ses composants, y compris sa plate-forme et ses moteurs évidemment, avec la Volkswagen Polo. On n’est donc pas étonné de retrouver une planche de bord très inspirée de celle de sa cousine. Ici non plus, rien de tapageur dans la présentation malgré la présence d’un volant à l’habillage «façon carbone» et à la présence de logos RS, que l’on retrouve également sur le dossier des sièges avant et arrière. Sièges qui, à l’avant du moins, offrent un excellent maintien en toutes circonstances.
La où l’influence Volkswagen se ressent aussi, c’est dans la qualité des matériaux et de l’assemblage des différentes pièces. Certes, la Fabia n’atteint pas encore le niveau de la dernière génération de Polo, mais tout respire la qualité et le sérieux de fabrication.
La Fabia RS est sans doute l’une des citadines musclées les plus pratiques du marché grâce à ses cinq portes et à son coffre conséquent de 315 litres dans lequel Skoda a place une petite cloison amovible permettant de caser de menus objets sans que ceux-ci ne se baladent de gauche à droite au moindre virage, ou que vous ne soyez obligés de ramasser vos courses dans tout le coffre une fois chez vous. Bien vu.
La suite :
Essai Skoda Fabia RS : petite vaillante ! (2/2)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz