Accueil 4x4 Essai Renault Koleos dci 150 : the Mask (1/3)

Essai Renault Koleos dci 150 : the Mask (1/3)

197
11
PARTAGER

Le Koleos, premier SUV de Renault, n’est pas si français qu’il veut bien le laisser croire. En effet, il a été conçu en étroite synergie avec les bureaux coréens de Samsung Motors. Il est d’ailleurs produit à Busan, en Corée du Sud. L’essai du Forester par Bernard, paru il y a peu est l’occasion pour nous de tester ce modèle, dont certains jugent que l’arrivée est un peu tardive.

Question style, Renault nous a dévoilé son modèle il y a deux ans et demi, au Mondial de l’Automobile de Paris en 2006, sous forme de concept. Lors de sa sortie série, le Koleos se montre bien plus sage, sans les grosses jantes et les marchepieds qui faisaient tout son caractère. Du coup, la partie inférieure semble un peu étroite, faisant perdre de l’assise visuelle au modèle.

L’avant est hérité de la Clio de 2005, notamment les naseaux et optiques. Etonnant, si on considère que la mode des capots lisses à commencé avant, avec la sortie de la Laguna III. Le profil affiche un hayon très incliné, avec une partie arrière fuyante que Patrick Le Quément qualifie de « propulsive ». Quant à la vue de plein arrière, elle affiche en son centre un logo pris dans un motif qui n’est pas sans rappeler la calandre de la R16…

Bref, le Koleos est assez déroutant, ne voulant ni mordre ni laisser mordre. Il en résulte un SUV qui ne veut pas montrer qui il est sous peine d’être taxé de pollueur, sorte d’hybride entre le 4×4 et le monospace. Ce n’est pas désagréable à l’œil, sans être aussi viril qu’un Forester qui s’assume complètement. Pour cette raison, les couleurs douces comme le Bleu Acier de notre modèle d’essai semblent être plus indiquées pour mettre les lignes en valeur.

Par contre, quelques détails de finition déçoivent, comme les parties inférieures des portes en plastique, dont l’aspect est loin d’être aussi propre que celui de la carrosserie en tôle.

201179201183201190201193201196201199201205201211201214201220

Lire également :
Essai Subaru Forester
Essai Renault Koleos : SUV à vivre
Essai Renault Koleos : Au Père Tranquille

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz