Accueil Fun Le retour des drive-in

Le retour des drive-in

224
0
PARTAGER

Les drive-in font parti de la culture pop US, au même titre que le juke-box, la Cadillac à ailerons et Elvis Presley. Bonne nouvelle pour les fans: après deux décennies de déclins, les drive-in redeviennent à la mode.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le drive-in, c’est un cinéma en plein air, où l’on regarde le film depuis sa voiture.

Pour la petite histoire, l’idée est née en 1933. Un chimiste, Richard M. Hollingshead junior, fera de nombreuses recherches dans son propre jardin: quelle agencement pour le terrain? Comment faire lorsqu’il pleut? Où placer le projecteur? etc.


Le 6 juin, à Camden, il ouvre le premier drive-in de l’histoire. Film projeté: « wives beware ».

Le cinéma d’Hollingshead ferma après quelques mois. Mais l’idée séduisait: à l’époque, le cinéma était un loisir cher et il fallait s’habiller correctement pour y aller. Alors que le drive-in ne coute que 75 cents et dans votre voiture, personne ne sait quelle tenue vous portez…

Le décollage de la formule à lieu au lendemain de la seconde guerre mondiale, avec la motorisation de masse et l’arrivée du technicolor.

Pour le son, au début, il y avait des haut-parleurs à côté de l’écran. Plus tard, les drive-in possèderont des haut-parleurs à installer dans l’habitacle de chaque voiture.

Les drive-in diffusent généralement deux films différents dans la soirée. Entre les deux séances, c’est la ruée vers les toilettes et vers la cafetaria avec son fameux pop-corn beuré XXXXL ou son Coca vendu au litre.

Dans l’Amérique puritaine, le drive-in était aussi un moyen pour les jeunes couples d’avoir un peu d’intimité. Cet inspecteur a beau « contrôler les comportements dans les voitures », un dicton populaire dira que la moitié des baby-boomers furent conçus dans les drive-in…

Des drive-in ouvrent aux quatre coins des Etats-Unis.

A l’aube des années 60, il y avait 4 000 drive-in aux Etats-Unis.

Insolite: dans ce drive-in du Texas, il y a un parc pour chevaux!

Les années 70-80 voient leur rapide déclin: arrivée de la télévision et du magnétoscope, pression foncière… Sans oublier la saisonnalité du concept, qui compliquent la rentabilisation de l’investissement.

Le nombre de propriétaires de drive-in tombe à 400, souvent des passionnés qui animent des structures familiales.

Et donc, aujourd’hui, cela revient à la mode. Il y a les retraités qui veulent retrouver les sorties de leur jeunesse ou les couples qui veulent sortir sans avoir à payer une nounou pour les enfants. Certains drive-in ne font pas payer les enfants, un bon avantage en ces temps de crise.

Source:
Time Magazine

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz