Accueil Berlines Mercedes Classe C: à l’essai

Mercedes Classe C: à l’essai

133
7
PARTAGER

Mercedes_C350_avantgarde_AMG_Pack.jpg
Rien de tel qu’un petit 3°C matinal et une neige hostile pour me convaincre que Paris n’est décidément pas l’endroit rêvé pour rencontrer la dernière berline de chez Mercedes. Direction donc la Costa Blanca ou le relief montagneux des abords de Valencia et sa température plus clémente offriront sans nul doute un circuit naturel de choix pour tester suspension active, châssis sport et boite 7G-Tronic, entres autres bien entendu.

La rencontre est importante, la Classe C représente un enjeu important pour Mercedes face à ses concurrentes Germaniques de chez Audi et BMW.

Les essais se feront sur deux jours et notre choix se portera sur deux modèles de la gamme: la C320 CDI Elegance et sa cousine plus musclée et plus électronique la C350 Avantgarde Pack AMG.

D’un point de vue extérieur, la nouvelle classe C démode d’emblée sa prédécesseure qui marquait pourtant une nette évolution sur les designs précédents. Out les 1,4 millions vendus, leur seul avenir se trouve désormais au coeur des pages des magazines VO. Reste à savoir si cette nouvelle version séduira autant que son aînée… Il semblerait au premier coup d’oeil qu’elle puisse même faire mieux, si le marché lui prête vie.

La nouvelle Classe C est plus imposante avec une longueur de 4581mm et une largeur de 1770mm soit 55mm de long et 45mm de large de plus que le modèle précédent ainsi qu’un empattement plus grand de 45mm. Au delà de son apparence plus cossue, cela donne immédiatement une impression nette d’espace intérieur et de confort. Les deux modèles, Elegance et Avantgarde se distinguent par la présence de l’étoile traditionnelle sur le capot dans le premier cas ou de façon plus imposante sur la calandre dans le second, comme cela était le cas jusqu’à présent sur les coupés sportifs de la marque.

Au niveau design, la Classe C est réussie, particulièrement dans sa version Avantgarde et encore plus dans sa livrée AMG avec ses jupes latérales lui conférant un aspect véritablement agressif. L’ADN familial de la Classe S contribue à son ascension sociale même si ce dernier, à l’instar de toutes les familles nobles, semble avoir été subrepticement transmis à sa cousine la Chrysler Sebring.

L’intérieur est sobre et luxueux avec des plastiques de très bonne qualité, une bonne position de conduite et une instrumentation laissant présager de quelques gadgets électroniques que nous testerons dès la clef de contact engagée le bouton start pressé.

A suivre

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Mercedes Classe C: à l’essai"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Ben
Invité

Pour l’avoir vue en vrai à Genève, j’ai trouvé la calandre trop verticale, trop massive. Et l’arrière ne m’a guère convaincu non plus.

BaummIII
Invité

Une « calandre trop verticale », enfin!
Je suis content de lire ça, je pense pas qu’on vas revenir au calendre type « requin » comme sur une 635CSI, mais un peu de verticalité dans ce monde plongeant,
voir coulant, quelle bonne nouvelle!

olive
Invité

Elle est ou la suite, vraiment dommage que leblogauto soit aussi chiant a lire

fred uk
Invité

Merci Christophe pour l’article. A suivre … 🙂

wpDiscuz