Accueil Actualités Entreprise Renault : une usine en Inde avec Nissan et Mahindra

Renault : une usine en Inde avec Nissan et Mahindra

123
16
PARTAGER

RenaultmahindrasignatureSi récemment Carlos Ghosn, PDG de Renault avait pris la Chine et l’Inde comme modèle, estimant que le monde devait pour survivre fabriquer des voitures avec « la même mentalité frugale que les Chinois et les Indiens », il poursuit encore plus loin sa démarche désormais, puisque Nissan va s’associer à Renault et à Mahindra & Mahindra pour construire à Madras, dans le sud de l’Inde, une usine dont l’ouverture est prévue pour 2009.

Le groupe nippon avait d’ores et déjà fait savoir début novembre qu’il déciderait avant le 9 mars de rejoindre ou non le partenariat de Mahindra et Renault.

Nissan, troisième constructeur automobile japonais, ouvrira ainsi son premier site sur le marché indien, qui, selon la plupart des estimations, devrait doubler à deux millions de voitures particulières vendues chaque année d’ici 2010.

Nissan et Renault devraient détenir chacun 25% de l’usine de Madras, dont la capacité initiale sera de l’ordre de 350.000 unités. Mahindra, premier constructeur indien de véhicules utilitaires et de tracteurs, en possédera 50%.

L’usine devrait produire des dérivés de la Logan, la célèbre voiture à bas coûts de Renault, par ailleurs produite également dans d’autres contrées, telle que la Roumanie. D’autres modèles devraient y être construits par la suite, notamment sous la marque Nissan, mais aucune décision n’aurait encore été prise sur le sujet. L’accord sera officialisé lundi par les trois constructeurs et l’Etat de Tamil Nadu.

A noter que d’autres usines automobiles, dont celles de Hyundai, Ford et BMW, sont implantées à Madras.

Carlos Ghosn, directeur général de Renault et Nissan, a régulièrement répété son intérêt pour le marché indien, non seulement pour la construction de voitures, mais aussi de composantes automobiles bon marché. Nissan ne commercialise jusqu’à présent en Inde qu’un modèle de véhicule de sport, le X-Trail, dont il n’a vendu que 190 unités l’an dernier sur ce marché.

Renault et Mahindra sont d’ores et déjà associés dans une coentreprise visant à fabriquer dès cette année des Logan sur le site de Nashik, près de Bombay, au rythme initial de 500.000 véhicules par an. Le groupe indien détient 51% de cette Joint Venture.

Selon Carlos Ghosn, Chine et Inde ont déclenché une véritable « révolution » et les constructeurs occidentaux doivent s’y adapter s’ils ne veulent pas disparaître. « Il y a cinq ans par exemple, il n’y avait ni marché chinois, ni indien, ni russe. Maintenant ce sont les marchés où les ventes de voitures augmentent le plus vite et où il est nécessaire d’investir en innovation de produits et de formes de commercialisation », a noté M. Ghosn pour qui cela constitue le « nouveau défi ».

Sources : Reuters, AFP

A lire également :

. Renault : une nouvelle vie en Roumanie ?

. Renault : Ghosn prend Chine et Inde comme modèle

. Renault- Roumanie: Dacia investit 100 M d’euros

. Renault : oui au Brésil, niet en Russie

. Renault : la Russie espère mieux que la Logan

. Renault : bons baisers de Russie avant 2009

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Renault : une usine en Inde avec Nissan et Mahindra"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
philippe
Invité

A quand un artclke tiré d’un journal indien pour nous expliquer que le technocentre Renault, ne va finalement plus à Bucarest, mais à Madras ??? lol

Elisabeth
Invité

non toute la presse française s’en fait l’echo … ne t’en déplaise, Mr l’Autruche (je t’ai repondu par ailleurs)

J’espère que les Indiens et les Rouamins dénigrent moins la presse française que tu ne le fais de leurs articles…. c’est à cause des remarques de ta sorte , qu’on en est là aujourd’hui

Elisabeth
Invité

Par contre la presse chinoise se fait l’echo d’une nouvelle usine PSA en Chine, ne t’en déplaise

Alfred - CoolBranding Marketing Consulting
Invité
Un aspect sous-évalué des délocalisations : l’implantation d’une usine automobile apporte de la prospérité dans une région (ce qui explique que la planification française d’après-guerre a réparti les sites de RENAULT, PEUGEOT et CITROËN sur l’ensmble de l’Hexagone). Un Nouveau Pays Industrialisé n’acceptera d’ouvrir ses frontière à un constructeur que s’il se trouve gagnant dans le processus: D’abord faire produire localement les voitures destinées au marché local, et ensuite bénéficier de transferts de technologie en imposant un quota de production destiné à l’export (Cf. le problème de RENAULT en Iran). En destinant une part de la production à l’exportation, les… Lire la suite >>
Elisabeth
Invité

« Dabord faire produire localement les voitures destinées au marché local, » oui , on l’oublie souvent et merci pour toutes vos remarques ,extremement lucides, interessantes et constructives

wpDiscuz