Accueil Berlines Essai Volvo S80 D5 – Partie 1 – Découverte

Essai Volvo S80 D5 – Partie 1 – Découverte

162
2
PARTAGER

s80_01.jpg

Avec sa deuxième génération de berline S80, Volvo espère bien pouvoir concurrencer plus sérieusement que par le passé les ténors du segment des berlines statutaires. Son style peut en tout cas y prétendre. Les lignes sont simples et dépourvues de fioritures, plus dynamiques que la précédente génération, comme le veut la tendance du segment, mais sans en faire trop. Le véhicule dégage une certaine élégance bon ton, tout à fait en accord avec l’image de marque que souhaite donner Volvo, un haut de gamme dynamique mais non agressif, empreint de simplicité toute scandinave.

Le long capot avant avec son porte-à-faux imposant est adouci par la rondeur générale de la face avant, qui contraste fortement avec l’arrière tronqué, qui participe au dynamisme d’ensemble. Grâce aux lignes moins rigides des phares, la S80 possède un regard plus incisif. Les divers accessoires sont plutôt bien intégrés, en particulier les capteurs d’aide au stationnement, intégrés dans les entrées d’air et donc peu visibles.

s80_02.jpg

A l’arrière, le dessin s’est assoupli avec une ligne de pavillon plus fuyante qui se poursuit de façon ininterrompue jusqu’à l’arrière du véhicule. Marque de fabrique des Volvo, l’épaulement de caisse reste bien présent, mais plus souple. De nuit, les feux arrière viennent souligner ce pli de carrosserie, apportant ainsi une signature lumineuse au véhicule. Ici aussi, les capteurs sont discrètement intégrés à la jupe arrière. Pas de sportivité exacerbée sur cette S80 D5, dépourvue des doubles échappements chromés qui fleurissent dans le segment

s80_07.jpg

Au final, la S80 paraît presque plus compacte que sa devancière alors qu’elle pousse de 3 cm pour atteindre 4m85. Une longueur raisonnable dans le segment face à une Série 5 qui mesure 4m84 et une A6 de 4m91. Son empattement de 2m835 s’allonge de 4.5 cm, ce qui combiné à l’implantation transversal des mécaniques devrait lui permettre de marquer des points en habitabilité.

s80_03.jpg

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Essai Volvo S80 D5 – Partie 1 – Découverte"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Damien
Invité

Ca a au moins l’intérêt d’être une alternative aux allemandes…

Yves
Invité

C’est une voiture franchement agréable. Plus agréable à vivre qu’une allemande ( j’en ai une !), très confortable, équipée de sièges hallucinants, d’un moteur réjouissant ( quand c’est le 3.2 ou mieux encore le V8) mais qui manque cruellement du petit détail dans la ligne générale qui fait craquer ! Dommage cr on du coup on préférerait presque la génération précédente…avec un peu d’audace ( et une peu plus de finition dans certains réglages) elle aurait fait mieux qu’ « alternative aux sempiternelles allemandes ». ( bon celles là il y a une raison pour qu’elles le soient : sempiternelles)

wpDiscuz