Accueil MG Rover Atrocités automobiles : la Rover 800

Atrocités automobiles : la Rover 800

338
23
PARTAGER

Xxpub_03Au début des années 80, Rover était une des marques
les plus prestigieuses dans lindustrie automobile. Elle symbolisait les
meilleurs moments de lempire britannique, une culture old-fashion, des modèles
dépassés et un manque dargent dans les caisses pour le développement de
nouveaux modèles. Elle allait donc conclure lun des partenariats automobiles
le plus incongru quil ait existé avec Honda qui cherchait désespérément à
sétablir dans les segments haut de gamme. La 800 fut la plus proche collaboration avec son allié japonais.
Lidée était brillante : Honda apportait la qualité et les moteurs ;
Rover apportait son expérience de la tenue de route et les intérieurs anglais
au charme intemporel. Dès lors, pourquoi donc la Honda Legend rencontra le
succès et la Rover 800 léchec ? Que sest-il passé ?

R800_07En fait Rover ignora les suggestions dHonda sur la façon
de produire des portières qui sajustent comme il se doit et de concevoir une
planche de bord qui ne verdit pas au soleil. Pour être honnête, les seuls
équipements fiables de la voiture étaient ceux dHonda tandis que tout ce que
les anglais avaient réinventé étaient brinquebalants.
La Rover 800 rencontra le succès en terre dAlbion mais à
létranger, la très « british » 800 échoua. Dans une tentative de
raviver le glorieux passé, Rover commercialisa la 800 aux Etats-Unis. Alors que
la Legend vendu sous le label Acura fit un carton, la Rover 800 fit un flop à
cause dun marketing amateur qui la comparait au Concorde et à un réseau de
distribution plus habitué à vendre des SUV et qui ne savait pas quoi faire
dune berline. Afin de la rendre un peu plus exclusive, Rover lança en 1986 la
version Sterling qui affichait un luxe un tant soit peu ostentatoire symbolisé
par deux sièges arrières électriques. Malheureusement, Jaguar qui avait déjà eu
la peau de Rover dans le passé
lança la même année la nouvelle XJ6. Les hommes
du marketing furent malins en commercialisant une version dentrée de gamme au
même prix que la Rover 800 Sterling. Les gens qui voulaient une Jaguar
nallaient certainement pas acheter une 800 qui essayait den être une.

Xxr17_01En 1992, un coupé fut lancé. Il avait du charme mais à cette époque son
design vieux de dix ans et son prix élevé ne firent pas le poids face à la
Jaguar XJS 4.0 et à la Mercedes-Benz 300 CE. La Rover 800 fut un échec comme
bien des Rover haut de gamme après les P5 et P6 et il faudra attendre la Rover
75 conçue sous la férule de BMW pour retrouver quelques gloires du passé.

Lire également:
Atrocités automobiles l’AMC Pacer

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Atrocités automobiles : la Rover 800"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Vincent Vaillant
Invité

« Au début des années 80, Rover était une des marques les plus prestigieuses dans lindustrie automobile. »

je dirai plutôt début des années 70 car la chute était déjà amorcée en 80′

Yoann Besnard
Invité

Cela dépend de la manière dont on envisage la Rover SD-1 comme un échec ou comme une réussite? Pour ma part avec la version Vitesse, je la considère comme réussie.

Vincent Vaillant
Invité

oui mais je pensais plutot d’un point de vue économique et non d’un point de vue produit, c a d à partir de quand les indicateurs éco (CA, bénéfices, …) ont commencé à baisser ?

Alexandre Olivier
Invité
La Rover 800 a été lancée aux USA sous la marque Sterling (825 puis 827). Il ne s’agissait pas d’une version. Austin Rover desirait faire oublier l’echec total et la reputation desastreuse de la 3500 (SD1) sur le territoire américain. La voiture a été extrement bien accueillie par la presse US et a demarré honorablement sa carrière commerciale américaine. Prétendre que le marketing était « amateur » est une deduction personelle qui ne repose pas sur des faits, j’en ai peur. La campagne américaine correspondait complétement aux standards de l’époque et la mention du Concorde sur les publicités « presse » était une citation… Lire la suite >>
Vincent Vaillant
Invité
« Prétendre que le marketing était « amateur » est une deduction personelle qui ne repose pas sur des faits, j’en ai peur. La campagne américaine correspondait complétement aux standards de l’époque et la mention du Concorde sur les publicités « presse » était une citation tirée du road test de Car & Driver (The best thing thing to come out of the UK since the Concorde) » Alexandre Olivier, ferais tu partie des « amateurs du marketing » ??? sachant que le Concorde (avion de luxe) s’était vu refusé le survol des Etats-Unis (pour une fausse histoire de db), je trouve cette campagne de Rover 800 très… Lire la suite >>
wpDiscuz