Accueil Actualités Entreprise Luc Donckerwolke, promu chez Seat

Luc Donckerwolke, promu chez Seat

97
9
PARTAGER

Desilvadonckerl L’actuel responsable du style Seat n’est autre que Walter de Silva, l’homme qui relança Alfa Roméo sur les voies du succès esthétique avant de s’attaquer au constructeur ibère en 2000. Depuis 2002, de nouvelles responsabilités l’ont conduit à diriger la branche sportive du groupe VAG, composée d’Audi, de Lamborghini et de Seat qu’il souhaita garder sous son directorat pour mener à bien la révolution de style qu’il avait initiée sur les Altea, Toledo et la nouvelle Leon. Aujourd’hui, la tâche est accomplie et il vient de choisir son successeur en la personne de l’emblématique Luc Donckerwolke. Ce belge de 40 ans a fait sa carrière dans le giron VAG passant de Skoda (Fabia), à Audi (A2/R8 du Mans…) pour prendre en main, en 1998, la renaissance du taureau essoufflé de Sant Agata Bolognese. Il y aura signé les Murcielago et Gallardo qui ont ravivé la flamme du tifosi et les comptes de la société par la même occasion. Le voilà donc promu à la direction du style Seat à partir du 15 septembre, permettant ainsi à Walter de Silva de se concentrer exclusivement à sa fonction première de grand superviseur des marques sportives de VAG. On peut légitimement penser Seat entre de bonnes mains.

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Luc Donckerwolke, promu chez Seat"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
.V.
Invité

Quand je vois ces Messieurs, posant fièrement la main sur le rétro à côté de leur bébé, j’me dis que c’est un sacré beau métier !!
Comme dirait Valérie Lemercier : « c’est moi qui l’ai fait !! »
Si j’en avais l’opportunité, je pourrais discuter des heures avec ces gars !

Vincent Vaillant
Invité

Designer auto est un très beau mais très dur métier puisqu’il faut des qualités artistiques certaines, mais aussi maîtriser des logiciels de DAO et CAO très compliqués. Le temps du simple grifouillage au crayon à papier sur un nappe d’un restaurant pour ensuite le donner aux ingénieurs pour qu’ils se démerdent avec est définitivement fini. Les designers d’aujourd’hui doivent être multi-produits (extérieur, intérieur, 4×4, microcar, …) et multi-supports (PC, feutre, clay, …). J’aurai bien aimé exercer cette fonction mais dès la maternelle je me suis apperçu que j’avais des pieds à la place des mains ! =:’o(

P.Garcia
Invité

Encore plus que le talent de graphiste absolument necessaire, il faut avoir une faculté à imaginer des concepts sinon viables au moins crédibles pour séduire une direction. Ensuite le début de carrière demande une abnégation et une patience inimaginable car lorsqu’on sait qu’un designer peut « pondre » 5/6 dessins par jour pendant des mois sans ne jamais en voir un seul passer au stade de la production, c’est extremement frustrant et usant. La motivation et la certitude de soi sont des qualités vitales dans ce metier. Tout comme un bon relationnel. Je confirme c’est très très difficile

Vincent Vaillant
Invité

Tu as raison Patrick, je sais pas si tu étais allé au dernier Salon de Paris, mais sur le stand Opel (ou Ford) il y avait des jeunes designers qui venaient faire une démo de leurs talents, et c’était impressionnant de voir à quelle vitesse et avec au final très peu de traits ils arrivent à faire un croquis d’une voiture.

P.Garcia
Invité
Oui, j’ai la chance d’en connaitre au moins deux. Un est maintenant au Japon chez Nissan dans des conditions pas reellement trepidantes mais l’autre est au studio avancé de Design GM à Détroit et il n’est pas malheureux.Tous les gars au salon sortaient plus ou moins du Strate college et trouvaient là un petit boulot qui montre l’étendue de leur talent de graphistes. Paradoxe, il n’etait en rien de la maison GM à l’époque mais dessinaient toutes les Cadillac et toutes les Opel en – de 10 minutes. Je connais aussi qqs designers dejà en place chez des constructeurs et… Lire la suite >>
wpDiscuz