Credit Photo - Conseil d'Etat
par Thibaut Emme

Contrôle technique des deux-roues, les quadricycles concernés

Le Conseil d'Etat vient de rendre une décision historique. Le contrôle technique des deux-roues ne pourra plus être repoussé au-delà du 1er octobre 2022. Et cela concernera les quadricycles lourds, VSP et autres Twizy ou AMI. Cela ne va pas sans poser des soucis pour les centres de contrôle.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Ce contrôle technique des deux-roues, beaucoup d'associations l'appellent de leurs vœux depuis longtemps. Selon elles, cela va permettre d'écarter de la route les véhicules mal entretenus, mais aussi les plus polluants. Il est vrai que les normes Euro des 2 roues ont toujours un temps de retard par rapport à celles des automobiles et des utilitaires.

Néanmoins, si cela apparaît comme une victoire de ce point de vue, il y a des bémols à mettre. Déjà, cela ne concerne que les véhicules de 125 cm3 ou plus. Les "mobylettes" débridées ou trafiquées auront toujours droit de cité et passeront à côté des Fourches Caudines. Ces sont souvent ces "49,9 cm3" qui font une grosse partie des nuisances sonores même si les pots "déchicanés" sont également une plaie. Ceux-ci devraient "rentrer dans le rang".

Les 50 cm3 ne sont pas concernés

De plus, c'est une petite victoire puisque le CT des deux-roues avait été repoussé non aux Calendes Grecqués mais au 1er janvier 2023. Ce sont donc quelques mois de moins sur la mise en application imposée par le "droit" Européen depuis le 1er janvier 2022.

Mais, pour ce qui concerne la voiture, qu'est-ce que cela change ? Eh bien, cela risque fortement d'engorger les centres de contrôle. Ces derniers ne sont pas forcément encore équipés et vont sans doute demander encore une dérogation le temps d'avoir les bons équipements de contrôle. Surtout, les agendas ne sont pas extensibles et les centres vont se retrouver engorgés.

Mais les quadricycles oui

Le décret de mise en application prévoie dans un premier temps que seuls les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2016 sont concernés. Cela représente en fait la quasi-totalité des véhicules concernés et la "mise en application progressive" ne le sera sans doute pas plus que cela. Tout le monde va vouloir son rendez-vous.

D'autant plus que les quadricycles à moteur seront normalement aussi concernés. Ainsi, les "voitures sans permis" (appellation trompeuse car il faut le permis AM) et autres Twizy seront amenés à aller passer un contrôle technique. Pour les quadricycles électriques, le CT devraient être rapides puisqu'il n'y a pas de contrôle de la pollution par exemple. L'état général du véhicule, ainsi que des trains roulants seront regardés. Pour quel prix ?

Pénurie de rendez-vous à prévoir ?

Les centres ont déjà été pas mal désorganisés avec la pandémie. Le CT automobile avait été "suspendu" durant quelques mois et le retour à la normale est encore fragile. Dans certains centres, il faut plusieurs semaines pour un rendez-vous. Avec la mise en place du CT moto/maxi-scooter, il va falloir s'y prendre bien à l'avance pour avoir un rendez-vous pour votre automobile.

L'achat des équipements spécifiques au contrôle technique moto ne devrait pas influer sur le prix du CT automobile. Cependant, ce sont des charges globales qui vont augmenter et les centres devraient tout de même en répercuter une partie. Evidemment, les associations "motardes" comme la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) sont vent debout contre le CT deux-roues et devraient rapidement le montrer dans la rue.

A propos du contrôle technique automobile

Le contrôle technique des véhicules légers est obligatoire en France depuis le 1er janvier 1992. On fête donc les 30 ans de sa mise en application cette année. Encadré par des directives européennes, le CT vise à vérifier le bon état des véhicules en circulation. L'aspect sécuritaire est important au début avec l'inspection des trains roulants, des pneus, des phares, de la carrosserie.

Puis, au fil des années, l'aspect environnemental a pris le pas. Désormais, la vérification du respect des normes pollution en vigueur lors de la mise en circulation du véhicule est strictement faite. La liste des points contrôlés s'est enrichie et le prix de la visite technique également. Comptez entre 75 et 80 € en moyenne.

Les véhicules de plus de 4 ans sont concernés par une visite tous les deux ans. Lors de la vente d'un véhicule de plus de 4 ans, un contrôle technique de moins de 6 mois est obligatoire.

Pour résumer

Le Conseil d'Etat vient de rendre une décision historique. Le contrôle technique des deux-roues ne pourra plus être repoussé au-delà du 1er octobre 2022. Et cela concernera les quadricycles lourds, VSP et autres Twizy ou AMI. Cela ne va pas sans poser des soucis pour les centres de contrôle. La FFMC est contre et devrait réagir.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.