L'Arabie Saoudite dévoile le futur circuit de QiddiyaLancer le diaporama
Qiddiya track
+5
LANCER LE DIAPORAMA
par Nicolas Anderbegani
Le trackmania de la Formule 1

L'Arabie Saoudite dévoile le futur circuit de Qiddiya

Prévu pour 2027, le circuit promet des innovations spectaculaires et entend bien faire de l'ombre à Las Vegas.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Stratégie de développement

Nous savions que le circuit de Djeddah, qui a accueilli le premier grand prix d’Arabie Saoudite en 2021, n’était que « provisoire ». Par le biais du Qiddiya Investment Company (QIC), l’organisme chargé de développer la nouvelle métropole touristique de Qiddiya, située près de la capitale de Riyadh, le tracé ainsi que des visuels 3D et video du nouveau circuit de Qiddiya, le Speed Park Track, ont été dévoilés.

La ville nouvelle de Qiddya constitue, avec Neom, la « ville en ligne », l’un des grands projets du prince MBS pour le développement futur de l’Arabie Saoudite, entre « soft power » et volonté de sortir l’économie saoudienne du « tout pétrole ». Qiddiya a pour ambition de devenir une véritable métropole touristique, axée sur des loisirs et des attractions haut de gamme, une sorte de « Las Vegas » du désert, mais sans doute les casinos et les strip-clubs en moins.

Un circuit parc d'attractions

Le Qiddiya Speed ​​Park Track proposera différentes configurations, combinant des éléments de circuits permanents, le tout cerné par un environnement « naturel » spectaclaire et des sections en environnement urbain pour défier les pilotes avec un mélange de sections à haute et basse vitesse.

Le circuit promet du dénivelé, ainsi que des spécificités spectaculaires, comme un tronçon longé par des montagnes russes et surtout un virage d'ouverture – surnommé « Blade » – qui ressemble un peu à celui d’Austin, mais qui aura la particularité…de s’élever « dans le vide » à une hauteur équivalente à celle d'un bâtiment de 20 étages, le tout surplombant une scène de concert. Reste à savoir si cela peut passer le cahier des charges sécuritaire de la F1. En l’état des choses, les visuels ne montrent que des murs surélevés mais aucun filet de rétention, ce qui semble inimaginable…

Les tribunes seront échangées contre « plusieurs points de vue et terrasses d'observation », les montagnes russes Six Flags étant parallèles. La vidéo de présentation montre aussi des éclairages LEDS et des jeux de lumière qui donnent l’impression d’être dans une sorte de Wipeout / Trackmania réel. Il ne manque plus que la possibilité d’envoyer des bananes ou des boulets de canon à Max Verstappen comme dans Mario Kart et c’est complet.  Bref, le Disneyland de la F1 !

Une piste au demeurant séduisante, du moins en 3D

Bien qu'il ait été confirmé que le tracé du circuit du Grand Prix comprendra 21 virages au total, la longueur de la piste n'a pas été divulguée à ce stade naissant. On apprend aussi l'ancien pilote de F1 et président du GPDA, Alex Wurz, a coopéré sur les plans avec le concepteur attitré de circuits Hermann Tilke, qui a aussi conçu la piste de Djeddah et tous les nouvaux circuits depuis 25 ans, de Sepang à Portimao en passant par celui du Vietnam (euh…) ou encore d’Abu Dhabi. Vu de dessus, le tracé donne l’impression d’être un mix de Sepang et d’Istanbul, avec dans la partie médiane un enchaînement de virages rapides qui fait penser à celui de Suzuka.

Abdullah Aldawood, directeur général de Qiddiya Investment Company, a déclaré : « Le Speed ​​Park Track sera une véritable incarnation de la philosophie de jeu de Qiddiya et positionnera Qiddiya City comme le siège du sport automobile saoudien et l'un des principaux sites de sport automobile au monde. "Les visiteurs et les spectateurs vivront l'une des expériences de course les plus uniques au monde avec une piste pionnière qui sera prête à accueillir certains des plus grands événements de sport automobile au monde."

 

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Avec ce nouveau circuit, l’Arabie Saoudite se positionne en effet comme l’un des nouveaux épicentres de la F1. Déjà fortement présent via le sponsoring d’Aramco, la société pétrolière nationale, et l’actionnariat d’Aston Martin, le pays pourrait bien obtenir deux courses, celle de Djeddah n’étant pas condamnée. N’oublions pas aussi que le fonds souverain du pays est également pressenti pour racheter la F1 à Liberty Media.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos