leblogauto
leblogauto
par Nicolas Anderbegani

F1 : bientôt une écurie saoudienne ?

Les monarchies pétrolières du Golfe se livrent une concurrence géopolitique acharnée, dans laquelle les grands évènements sportifs, au service d’un soft power ambitieux, prennent une place prépondérante. La F1 est clairement la cible privilégiée de l'Arabie Saoudite.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

La F1 en outil de soft power

Le Qatar a ouvert la voie avec de gros investissements dans le football, matérialisés par le rachat du PSG ou encore la coupe du monde. L’Arabie Saoudite s’est lancée depuis plusieurs années dans cette stratégie de diversification, en s’appuyant sur la manne colossale fournie par les devises de l’or noir. Si le football est également dans le viseur – comme en attestent le pont d’or offert à CR7 et la proposition de rachat de Manchester United à 4.5 milliards, le sport automobile occupe une place centrale pour le royaume.

Outre la Formule E  et le Dakar, c’est bien sûr la Formule 1 qui est au centre des appetits saoudiens. Aramco, le géant pétrolier national, est déjà un partenaire majeur de la discipline. Jeddah s’est installé au calendrier, en attendant une 2e course qui se déroulerait sur le circuit situé dans le gigantesque complexe touristique de Qiddiya.  Mieux, le fonds souverain saoudien a manifesté son intérêt pour racheter la F1 aux américains de Liberty Media, à hauteur de 20 milliards, et il a pris des parts dans Aston Martin et McLaren, avec l’ambition à terme de délocaliser les QG des équipes dans le pays, ce qui serait un tournant culturel et historique majeur dans l’histoire de la F1. Mais mieux encore, l’Arabie rêve aussi de sa propre écurie, afin de devenir aussi un pole de technologie et de compétences, et pas seulement un « financeur » d’évènements s’appuyant sur la manne énergétique.

Une présence très ancienne

S'exprimant dans une interview à l'approche de la troisième édition de la course du pays, le prince Khalid bin Sultan Al-Abdullah Al-Faisal, président de la Fédération saoudienne de l'automobile et de la moto et de la Saudi Motorsport Company, a déclaré que "nous avons un beaucoup d'histoire avec le sport automobile puisque l'Arabie saoudite a été le premier pays du Moyen-Orient à être impliqué dans la Formule 1 - l'accord de parrainage [Saudi Air] avec Williams en 1978.

"J'étais vraiment fier de voir mon pays et le nom d'une entreprise saoudienne dans un événement international aussi prestigieux que la Formule 1. C'est ce qui m'a inspiré à travailler en étroite collaboration avec la Formule 1 et je suis heureux de voir comment cela voyage a progressé au cours des 40 dernières années.

"Cet héritage qui nous a amenés à organiser une course pourrait un jour s'étendre à nous en ayant notre propre équipe saoudienne de F1. Je m'attends à ce que notre relation se développe et joue un plus grand rôle à l'avenir.

« Nous investissons dans de nouvelles pistes, de grandes infrastructures et de nouvelles villes et nous ouvrons de nouvelles usines. Nous voulons que l'Arabie saoudite soit une plaque tournante et aide à attirer des équipes pour ouvrir des installations ici et cela profitera aux grandes entreprises que nous avons, comme Aramco. Nous avons commencé en 1978 en parrainant une équipe et maintenant nous devons envisager la prochaine étape qui est une coentreprise ou un partenariat."

Les références historiques ramènent évidemment aux sponsors saoudiens dont Williams, à court d'argent, a bénéficié à la fin des années 70, permettant à son écurie de relever la pente et de devenir un top team. Les Williams blanches et vertes arboraient en effet le nom de grandes compagnies saoudiennes, dont Fly Saudia ou encore le géant du BTP et de l’hotellerie Albilad, dont le fondateur n’était autre que le père d’Oussama Ben Laden !

Une écurie nationale, un pilote aussi ?

Le prince Khalid a également expliqué que l'Arabie saoudite souhaite voir une plus grande importance de ses propres citoyens dans la Formule 1 à long terme.

"Nous aimerions aussi un champion saoudien, un pilote capable de gagner une compétition internationale", a-t-il déclaré."Nous sommes vraiment enthousiastes à propos du sport automobile et avons de grands projets et nous voulons contribuer en jouant un rôle important dans l'avenir du sport.

"Espérons que dans 10 à 20 ans, vous verrez l'Arabie saoudite et les entreprises saoudiennes et davantage de personnes engagées dans le monde avec la Formule 1.Nous voulons créer de futurs ingénieurs, chefs d'équipe, directeurs d'équipe - et avoir des entreprises attirées par le sport automobile afin que nous ayons des voitures en cours de construction ici et plus de personnes engagées dans l'industrie. Tout cela revient au circuit de la corniche de Djeddah et à l'organisation d'une course de Formule 1 et c'est l'héritage durable que nous avons créé."

Il sera intéressant de voir si les réactions sont aussi timorées et dubitatives que pour le projet d’Andretti, hautement plus parlant d’un point de vue historique, cultuel et sportif, mais sans doute moins d’un point de vue financier...

Vous cherchez un véhicule d'occasion ?

Retrouvez des milliers d’annonces sélectionnées pour vous aider à trouver le bon véhicule d’occasion.
Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

L'Arabie Saoudite a des ambitions démesurées pour la F1 : plusieurs grands prix, projet de rachat de la discipline, délocaliser des écuries historiques et pourquoi pas disposer de sa propre équipe. L'argent en tous cas ne sera pas un problème.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.